MAXXI Classique
Programmation musicale
Lundi 31 août 2020
3 min

Gabin et Blier face à Wagner

Ce soir, Arte diffuse le film "Le Président", du réalisateur Henri Verneuil. Pour l'occasion, Max Dozolme vous parle de ce classique du cinéma, décortiquant l'impact de la musique de Wagner chez nos protagonistes.

Gabin et Blier face à Wagner
Scène du concert du Vaisseau Fantôme de Wagner, au Théâtre des Champs Elysées, dans le film "Le Président" , © Henri Verneuil

"Le Président" est un film sorti en 1961 réalisé par Henri Verneuil, où l’on suit l’affrontement politique entre un président du conseil interprété par Jean Gabin et son directeur de cabinet, Bernard Blier, le tout avec des dialogues signés Michel Audiard.

Dans ce film, inspiré d’un roman de Georges Simenon, nous plongeons dans les souvenirs d’un président à la retraite, Emile Beaufort, incarné par Jean Gabin. On apprend rapidement que le premier souvenir de ce président est musical et concerne un concert de Wagner.

Une musique révélatrice

Durant une scène tournée au Théâtre des Champs Elysées à Paris, l’Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire dirigé par Richard Blareau, joue l’Ouverture du Vaisseau Fantôme de Richard Wagner.

Le président Emile Beaufort et ses ministres assistent au concert, mais tandis que l’Ouverture vient à peine de commencer, le président se retire dans une loge avec quelques conseillers, dont Bernard Blier, son directeur de cabinet de l’époque. C’est dans l’intimité des loges du Théâtre des Champs Elysées que le président et ses conseillers mettent au point une mesure décisive pour la suite du film : la dévaluation du Franc.

Dans cette séquence à priori anodine, on voit donc à l’écran le président et Bernard Blier, son directeur de cabinet qui deviendra son adversaire politique. Lorsque la musique démarre, on comprend que les deux hommes sont diamétralement opposés. L’un est un homme de culture sûr de ses goûts et de ses convictions, tandis que le personnage de Bernard Blier semble déjà plus relativiste voire opportuniste.

La scène du vaisseau fantôme dans "Le Président" n’est donc pas dénué de sens, elle nous montre déjà que le président et son directeur de cabinet sont deux hommes aux caractères et aux destins bien différents et qui s’affronteront bientôt.

Par ailleurs, le vaisseau fantôme de Wagner est la seule oeuvre préexistante dans ce film car pour le reste, c’est la musique de Maurice Jarre qui dialogue avec la caméra de Verneuil.

C’est une des premières bandes originales que Maurice Jarre compose pour un long métrage. Il dirige d’ailleurs lui même l’orchestre de la société des concerts du conservatoire pour assurer la musique du Président de Henri Verneuil. 

Vous pouvez regarder les extraits du film "Le Président", en cliquant ici.