MAXXI Classique
Programmation musicale
Lundi 22 mars 2021
3 min

Django Reinhardt reprend le Concerto en ré mineur BWV 1043 de Bach

Max Dozolme nous parle du "Concerto pour deux violons en ré mineur BWV 1043" de Bach. Un concerto qui a été repris plusieurs fois par trois musiciens de jazz de premier plan : les violonistes Eddie South et Stéphane Grappelli et le père fondateur du jazz manouche Django Reinhardt !

Django Reinhardt reprend le Concerto en ré mineur BWV 1043 de Bach
Portrait de Django Reinhardt, © William Gottlieb/Redferns

De tous les musiciens classiques, Jean-Sébastien Bach est peut-être celui qui a été le plus repris, transcrit et arrangé de différentes manières ! Parmi les premières reprises jazz de sa musique figurent les deux enregistrements en 1937 de son concerto pour deux violons par trois musiciens très différents : un violoniste français, Stéphane Grappelli, un violoniste américain Eddie South et un guitariste manouche né en Belgique : Django Reinhardt !

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Nous sommes le 23 novembre 1937 au Studio Pathé, au 69 avenue de la Grande Armée à Paris. Le critique et fondateur du label Swing, Charles Delaunay, a convié les trois musiciens à une séance d’enregistrement un peu originale. Il a apporté un enregistrement du Concerto de Bach par Yehudi Menuhin et Georges Enescu ainsi qu’une partition de ce concerto qu’il adore. Charles Delaunay, grand amateur de musique classique et défenseur du jazz manouche en France se souvient : « J’avais demandé aux deux violonistes de se livrer à une improvisation simultanée aussi libre que possible, plus fidèle à l’esprit qu’à la lettre de la partition originale. »

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Au début, l’enregistrement est difficile. Grappelli et South ne sont pas emballés par l’idée. Ils ont du mal à improviser et à se libérer de la partition, et respectent scrupuleusement ce que Bach a écrit. Alors Charles Delaunay les met au défi : une fois l’introduction et la première partie jouée, l’agent artistique enlève la partition du pupitre. Les violonistes sont étonnés mais essaient de suivre la grille de Django qui continue de jouer, imperturbable. Il faut d’ailleurs saluer cette manière de faire swinguer une partition baroque et cet art de la synthèse qu’il a opéré. Django parvient à réduire un ensemble baroque à une seule guitare en donnant l’illusion d’une basse en jouant plus fort certaines parties graves. Un contrepoint manouche ...

« L’interprétation Swing du Premier mouvement du concerto en ré mineur de Jean Sébastien Bach », le titre original de cette reprise n’est pas la seule version enregistrée par Eddie South, Stéphane Grappelli et Django Reinhard. Deux jours plus tard, le 25 novembre 1937, les trois musiciens enregistrent une nouvelle version de ce mouvement intitulée cette fois « Improvisation sur le Premier mouvement du Concerto en ré mineur de Jean-Sébastien Bach ». Une nouvelle version, très proche de la première qui est publiée sur l’autre face du même 78 tours

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Le producteur de jazz Hugues Panassié présent à l’enregistrement, vante les mérites de cette rencontre étonnante et expérimentale entre Bach et le swing. Mais Stéphane Grappelli, qui joue la partie du violon 1 dans ces deux enregistrements, est beaucoup plus critique : « A mon avis , nous devrions laisser Bach tranquille et jouer plutôt des morceaux de jazz. Mais apparemment certains masochistes aiment cela… Je pense qu’il est dangereux de jaser la musique classique, c’est une erreur. C’est comme quand j’entends à la radio une version disco de la Cinquième Symphonie de Beethoven, ces types devraient aller en prison… Je pense que nous avons assez de morceaux jazz pour laisser la musique classique tranquille ».

  • Première diffusion le 4 décembre 2020
L'équipe de l'émission :