MAXXI Classique
Programmation musicale
Lundi 4 janvier 2021
3 min

De l'usage de Pergolèse dans Bach, Stravinsky, Hindemith et Bonne nuit les petits !

Il est né il y a 311 ans, le 4 janvier 1710 à Jesi en Italie, et n'a vécu que vingt-six années. Jean-Baptiste Pergolèse a pourtant inspiré de nombreux musiciens ! On retrouve même une de ses oeuvres dans un série télévisée française culte des années soixante...

De l'usage de Pergolèse dans Bach, Stravinsky, Hindemith et Bonne nuit les petits !
Pochette de l'album Bonne nuit les petits (1963)., © Philipps

Tilge, Höchster, meine Sünden de Bach

Des voix qui tentent de s'élever, comme la mère du christ qui se tient droite malgré la perte de son fils. Ainsi commence le Stabat Mater de Pergolèse. Compositeur qui ne sera resté sur Terre que l’espace d’un souffle puisqu’il disparait à 26 ans ! Pourtant en si peu de temps, il a laissé des oeuvres qui ont influencé des musiciens très différents à commencer par l’un des plus grands, Jean-Sébastien Bach et sa cantate  Tilge, Höchster, meine Sünden, (BWV 1083). En 1740, Le Stabat Mater est remanié, l’effectif reste le même mais on passe du latin à l’allemand.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Sancta Susanna de Paul Hindemith

Bach n’est pas le seul musicien à adapter le Stabat Mater ! En 1921 et en seulement deux semaines, le compositeur allemand Paul Hindemith compose un opéra de jeunesse très sulfureux : Sancta Susanna, sous-titré Stabat Mater. Et pour cause, cet opéra alterne entre musique originale de Hindemith et arrangements du Stabat Mater de Pergolèse.

Pulcinella de Stravinsky 

Qui dit Pergolèse et reprise dit aussi Pulcinella ! Le ballet néoclassique de Stravinsky qui nous plonge dans une représentation imaginaire de la Commedia dell'arte et qui fait entendre plusieurs pages de Pergolèse. C'est le cas, par exemple, de la Sérénade qui s'inspire d'un thème que l'on retrouve dans les opéras Il Flaminio et Lo frate nnamorato

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Le générique de Bonne nuit les petits 

Chaque épisode de Bonne nuit les petits se termine avec une mélodie attribuée à Pergolèse ou à Antoine Albanèse, un castrat napolitain qui a vécu au XVIIIe siècle et écrit des paroles sur cet air intitulé Que ne sais-je la fougère. Le classique est vraiment partout ! 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies
L'équipe de l'émission :