MAXXI Classique
Programmation musicale
Vendredi 19 février 2021
3 min

Charles Trenet s’amuse avec Rossini et Bach

Il nous a quittés il y a 20 ans, le 19 février 2001. Saviez-vous que Charles Trenet aimait, parfois, faire des clins d’oeil humoristiques à la musique classique ?

Charles Trenet s’amuse avec Rossini et Bach
Portrait de Charles Trenet dans les années 50. , © REPORTERS ASSOCIES/Gamma-Rapho via Getty Images

Trenet ou l'anatole à la française

Charles Trenet a plus de points en communs avec le jazz de George Gershwin qu'avec la musique classique. Les compositions de l’Américain accompagnent Trenet depuis son enfance à Narbonne (son père possédait de nombreux disque de Gershwin). Ce n'est peut-être pas un hasard si ses plus grands succès se souviennent d'une tournure musicale très utilisée par Gershwin. En effet, si vous écoutez l'harmonie d'I Got Rhythm, vous retrouverez la même basse, le même enchaînement d’accords que les chansons La Mer, Nationale 7 ou Boum ! Une tournure musicale que l'on nomme "Anatole". 

Les Boeufs (1951)

Contrairement au jazz et à ses anatoles, le classique est peu présent dans l’œuvre de Charles Trenet. En cherchant bien dans l'importante discographie du chansonnier, on trouve tout de même le titre Les Boeufs que Charles Trenet a interprété plusieurs fois, notamment au Théâtre de l'Etoile, à Paris, en 1951. Avec Les Bœufs, Charles Trenet se moque de la gourmandise de Rossini mais aussi des titres abstraits de certaines œuvres classiques. Il prend un ton ampoulé pour nous présenter une farce musicale, une interprétation très libre de l’air de la calomnie, extrait du Barbier de Séville, de Rossini.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Au lieu de chanter le texte original, Charles Trenet superpose un texte de 1845 du chansonnier Pierre Dupont (1821-1870). Une chanson naturaliste intitulée Les Bœufs et dans laquelle un fermier raconte toute la passion, tout l’amour et la fierté que lui inspirent ses deux boeufs. Résultat : trois minutes de détournement délirant et de faux bel canto…

Les Fugues de Bach (1969)

Comme parolier, Charles Trenet écrivait aussi pour des complices. En 1969, lui et son frère Claude Trenet écrivent une chanson  pour Monique Leyrac, chanteuse québécoise qui aimait chanter sur des airs classiques. Cette chanson, peu connue et intitulée Les Fugues de Bach est un portrait imaginaire du jeune Jean-Sébastien Bach. La tentation était grande de faire un lien entre la fugue physique et la fugue instrumentale. Charles Trenet a cédé…    

L'équipe de l'émission :