MAXXI Classique
Programmation musicale
Jeudi 28 octobre 2021
3 min

Aquaserge rend hommage à la musique moderne et contemporaine

Aujourd’hui Max Dozolme nous parle du dernier album d'Aquaserge, " The possibility of a new work for Aquaserge, une relecture d'oeuvres de Gyorgy Ligeti, Giacinto Scelsi, Edgard Varèse et Morton Feldman.

Aquaserge rend hommage à la musique moderne et contemporaine
Détail de l'album "The possibility of a new work for Aquaserge" sorti le 15 octobre chez Crammed Discs, © Crammed Discs

Commençons par faire les présentations. Formée en 2005, Aquaserge est une formation à géométrie variable. Autour du trio fondateur formé par Julien Gasc, Benjamin Glibert et Julien Barbagallo, Aquaserge a pu accueillir jusqu’à huit musiciens. Des artistes qui ont tous fait le Conservatoire et qui interprètent une pop française colorée et sophistiquée, une sorte de fusion entre la poésie de Gainsbourg et l’imprévisibilité harmonique et rythmique du jazz et du rock progressif.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Explorateurs perpétuels, les membres d’Aquaserge s’attaquent aujourd’hui à un monde qui semble bien éloigné de la pop française. Avec The possibility of a new work for Aquaserge le groupe se saisit d’œuvres de jeunesse de figures tutélaires de la musique contemporaine. Des révolutionnaires qui ont nom Giacinto Scelsi, Morton Feldman Gyorgy Ligeti ou encore Edgard Varèse ! Le disque s’ouvre d’ailleurs sur une reprise pour formation rock et soufflants d’une mélodie méconnue d’Egard Varèse, Un Grand sommeil noir (1906). 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Une mise en musique d’un poème de Paul Verlaine qui sonne comme un adieu à la tradition musicale pour Edgard Varèse, ce musicien qui a bouleversé notre rapport au concert en faisant dialoguer des enregistrements de bruits d’usine et une partition symphonique avec sa pièce Désert qui fit scandale en 1954 et qui préférait de loin le son brut et minéral des vents et des percussions à celui des cordes. Percussions et vents sont donc tout naturellement les ingrédients de 1768°, le second titre de l’album d’Aquaserge qui rappellent quelques pages de Désert, Density 21,5 ou Ionisation du compositeur français. 

Le nouveau projet d’Aquaserge rend également hommage à l’un des compositeurs américains les plus radicaux de sa génération à savoir Morton Feldman. Un musicien que l’on retrouve dans le titre de l’album inspiré par la pièce de Morton Feldman The Possibility of a New work for Electric Guitar mais aussi dans cette reprise d’une mélodie que l’Américain composa à 21 ans.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Les arrangements que l’on peut entendre dans ce disque montrent à quel point Aquaserge connait ses anti-classiques. C’est ce que l’on constate par exemple avec le titre Hommage à Giacinto Scelsi. Une révérence où l’on reconnait l’ambiance minimaliste des Quatre pièces pour une note seule, chef-d’œuvre du compositeur italien. Perdre nos repères et mieux redécouvrir un répertoire méconnu. Avec ce nouveau disque c’est peut-être à cela que je sers semble nous chuchoter Aquaserge.

L'équipe de l'émission :