MAXXI Classique
Programmation musicale
Vendredi 24 septembre 2021
3 min

Ani-Kuni : les origines amérindiennes d’une comptine

Ani-Kuni est une comptine qui a retrouvé un regain de popularité cet été avec le duo français Polo and Pan. Mais saviez-vous que derrière cette chanson se cache en réalité une prière, un chant de lamentation séculaire arapaho ?

Ani-Kuni : les origines amérindiennes d’une comptine
Extrait du clip "Ani Kuni" de Polo and Pan, © Polo and Pan 2021

A la radio, sur les chaines musicales de la télévision mais aussi dans les magasins et les paillotes des plages, impossible de passer à côté de cette chanson. Ani Kuni, le dernier titre de Polo and Pan fut bel et bien l’hymne de notre été 2021. Fondé en 2013 par deux DJ nommés Paul Armand-Delille et Alexandre Grynszpan, le duo Polo and Pan est un habitué des hits-parades. Avec Ani Kuni, les deux musiciens renouent avec la recette qui ont fait leur succès. Prendre des mélodies et des samples de musiques du monde plus ou moins connus pour les adapter à des sonorités et des rythmes dansants et électroniques.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Ani-Kuni est aussi l’occasion pour le duo Polo and Pan de surfer sur la nostalgie des auditeurs. En effet cette chanson est une reprise d’une comptine très célèbre. Il est très probable que dans votre jeunesse, à l’école mais aussi dans les bivouacs et les camps des scouts et des éclaireurs vous ayez appris à chanter cette air aux paroles étranges. "Ani’qu ne’chawu’nani’, Awa’wa biqāna’kaye’na; Iyahu’h ni’bithi’ti".. Drôle de paroles pour un tube de l’été ! 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Comme l’indiquent cette trompette de western spaghetti et ces cloches très "morriconiennes", Ani Kuni est à l’origine un chant qui vient du centre des Etats-Unis. Il s’agit à l’origine d’une prière d’une tribu amérindienne. Cet air a été transcrit par la première fois en 1896 et on a longtemps été attribué à la nation iroquoise mais selon le chercheur canadien Stephen Puzkas, cet air serait en fait un chant traditionnel des Arapahos, des amérindiens qui se comptent aujourd’hui en une dizaine de milliers de membre dont certains dirigent aujourd’hui des casinos dans le sud de l’Oklahoma. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Ce que ne nous disent pas les lettre colorés du clip Polo and Pan ni les nombreuses reprises de cette chanson par Rika Zaraï, Natasha Saint-Pierre ou encore Madeleine Chartrand dans cette version de 1974, c’est que les paroles d’Ani Kuni sont des lamentations qui disent ceci : "Père, aie pitié de moi, Car je meurs de soif, Tout a disparu - je n'ai rien à manger." Bref, on est loin, très loin des cocktails en terrasse…

L'équipe de l'émission :