Les vendredis du Philhar
Concerts
Vendredi 19 septembre 2014
2h 13mn

Evgeni Kissin joue le concerto N°2 de Rachmaninov avec l'Orchestre philharmonique de Radio France dirigé par Myung-Whun Chung

[vidéo] Le pianiste Evgeni Kissin et l'Orchestre Philharmonique de Radio France placés sous la direction Myung-Whun Chung interprètent des oeuvres de Serge Rachmaninov et Piotr Ilyitch Tchaïkovski.

Evgeni Kissin joue le concerto N°2 de Rachmaninov avec l'Orchestre philharmonique de Radio France dirigé par Myung-Whun Chung
Evgeny Kissin © Sony Classical

Serge Rachmaninov
Concerto N°2 en ut mineur Op.18 (1900-1901) *

Piotr Ilyitch Tchaïkovski
Symphonie N°6 en si mineur Op.74, Pathétique (1893)

Evgeni Kissin, Piano
Orchestre Philharmonique de Radio France
Myung-Whun Chung,
Direction*

Evgeny Kissin se souvient en ces termes de Evgeny Svetlanov :

guillemets ouvrants
guillemets ouvrants

C'est l'un de mes musiciens préférés. Je suis un peu gêné d’en parler, mais je pense que, moi aussi, je lui étais proche en tant que musicien. Une de nos premières interventions ensemble ( en janvier 1990 à Toulouse, nous avons joué le Premier Concerto de TchaÏkovski ) fut particulièrement réussie ; nous étions tous, comme on dit, en forme, et il en résulta une sorte d’extraordinaire fusion, autant avec la musique qu’entre nous. Et Evgeny Fiodorovitch m’a dit que je lui rappelais lui-même dans sa jeunesse.

Quelques mois à peine avant son décès, il m’envoya une lettre dans laquelle il parlait en termes très flatteurs de mes derniers enregistrements ( quelque temps auparavant, je les lui avais envoyés en cadeau ) ; il m ‘écrivit qu’à son avis, je devais jouer Medtner. Comme on le sait, Svetlanov lui-même avait fait une propagande active de la musique de Medtner . Il considérait que cet artiste n’était pas apprécié à sa juste valeur. Il a laissé beaucoup de magnifiques enregistrements de ses œuvres pour piano. Beaucoup de concerts de Svetlanov resteront à jamais parmi les impressions les plus vives et marquantes de ma vie.

Je n’oublierai jamais, lors de la seconde partie de ce fameux concert à Toulouse, l’interprétation de la Troisième Symphonie de Tchaïkovski par Evgeny Fiodorovitch. Jusqu’alors, j’avais dans ma tête l’idée stéréotypée que la Troisième est la moins réussie de toutes les symphonies de Piotr Ilitch, et donc, mon rapport à cette œuvre était conforme à cette idée. Svetlanov la dirigea alors avec une telle inspiration que depuis lors-et jusqu’à ce jour- je suis tout simplement tombé amoureux de cette musique ! Je me souviens qu ‘au Festival de la petite ville française de Colmar, Evgeny Fiodorovitch interpréta le « Poème de l’Extase » de Scriabine : au dernier accord, toute la salle se leva brusquement, saisie par cette puissante force intérieure et par cette inspiration ( bien que cette musique soit très complexe à appréhender et que l’écrasante majorité des auditeurs ne pouvait la connaître ).

Je ne pourrai jamais oublier l’interprétation de Svetlanov de la Première Symphonie de Mahler qui fut tout simplement saisissante d’originalité et de force intérieure. Quelques mois avant sa mort, j’eus le bonheur d’assister à un concert de Evgeny Fiodorovitch à Londres, où il dirigeait la Deuxième Symphonie de Rachmaninov. J’ai encore dans les oreilles le thème principal de la première partie avec toutes ses intonations « parlantes », frémissantes, ses rubato si subtils, ses harmonies qui se succédaient et dont chacune était transmise à l’auditeur dans toute s splendeur ! Et dans la troisième partie, pour laquelle Svetlanov prit un tempo extraordinairement lent ( comme le font souvent des musiciens quand ils ont envie de dire beaucoup de choses et qu’ils n’arrivent pas à le faire dans des tempi plus vifs ) ,il créa …pas seulement un chef d’œuvre, mais une authentique révélation.

Alors, que dire : cet homme était un génie. De pure race. Et un être d’une Abnégation absolue , avec un A majuscule, pour son art. C’est pourquoi participer au concert qui est dédié à sa mémoire est pour moi, non seulement un honneur, mais aussi quelque chose de très important et de particulier à mon cœur. C’est dur de prononcer de telles paroles, mais c’est ainsi.

guillemets fermants
guillemets fermants

www.arte.tv

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :