Mardi 27 octobre 2020
59 min

"Beethoven, l'âme singulière" : Vienne 1822 -1823 par Mildred Clary : Une archive de 1995 (22ème épisode)

En s’appuyant sur des documents, des témoignages et sur la correspondance de Beethoven, Mildred Clary nous raconte la vie de Ludwig van Beethoven dans un feuilleton de 26 épisodes. Bernard Fresson prête sa voix à Beethoven et Jean-Pierre Hané incarne les différents témoins de la vie du musicien.

"Beethoven, l'âme singulière" : Vienne 1822 -1823 par Mildred Clary : Une archive de 1995 (22ème épisode)
"Beethoven, l'âme singulière", par Mildred Clary , © Radio France / Guillaume Decalf

En 1823, le jeune Franz Liszt, âgé de 11 ans, rencontre Beethoven :

«  J’étais âgé de 11 ans, lorsque mon vénéré maître Czerny me conduisit chez Beethoven, depuis longtemps déjà, il m’en avait parlé, et je l’avais prié de me faire entendre de lui. Seulement, Beethoven éprouvait une telle aversion pour les enfants prodiges, qu’il se défendait toujours vivement de me recevoir. Enfin, il se laissa persuader par l’infatigable Czerny et finit par dire avec impatience : «  Oh nom de Dieu ! Amenez-moi donc ce drôle ! ».

Il était dix heures du matin, lorsque nous pénétrâmes dans les deux petites chambres du Schwarzspanierhaus où habitait Beethoven.

Moi, un peu honteux, Czerny m’encourageant amicalement. Beethoven était assis à la fenêtre, devant une table longue et étroite, et travaillait. Il nous regarda un moment d’un air sombre, échangea quelques paroles rapides avec Czerny, puis resta silencieux, lorsque mon bon maître me fit signe de me mettre au piano. Je jouais d’abord un petit morceau de Ries, lorsque je finis, Beethoven me demanda si je pouvais jouer une fugue de Bach, je choisis la Fugue en ut mineur du Clavier bien tempéré. 

« Pourrais-tu aussi la transposer dans un autre ton ? », me demanda-t-il, par bonheur, je pus le faire. Après le dernier accord, je le regardais : Perçant, le regard ardent du grand maître se posa sur moi, et soudain un bon sourire adoucit ses traits. Beethoven s’approcha tout près, se pencha vers moi, posa sa main sur ma tête et me caressa plusieurs fois les cheveux, il murmura :

«  Diable de gamin, voilà un drôle ! »

Je pris tout de suite courage, et je demandais hardiment : « Oserais-je jouer quelque chose de vous ? ». Beethoven approuva en souriant, je jouais le Concerto en ut mineur. Lorsque j’eus terminé, il me prit à deux mains, m’embrassa sur le front, et me dit doucement : «  Va, tu es un heureux et tu rendras heureux d’autres hommes, il n’y a rien de mieux, de plus beau »

Programmation musicale

Ludwig van Beethoven
11 Bagatelles op 119
Stephen Bishop Kovacevich, piano   

Ludwig van Beethoven
Sonate n°7 en ut mineur op 30 n°2 pour violon et piano : 3ème mvt
David Oïstrakh, violon
Lev Oborin, piano   

Franz Schubert
Variations sur une mélodie française en mi mineur op 10 D 624
Duo Crommelynck, piano à 4 Mains   

Ludwig van Beethoven
Sonate n°32 en ut mineur op 111 : 2ème mvt
Maurizio Pollini, piano   

Gioacchino Rossini
Le Barbier de Séville : Ouverture (Extrait)
Academy of Saint-Martin-In-The-Fields, dir. Neville Marriner   

Carl Maria von Weber
Der Freischütz : Ouverture (Extrait)
Staatskapelle de Dresde, dir. Carlos Kleiber   

Ludwig van Beethoven
La Consécration de La Maison op 124 : Ouverture
Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, dir. Kurt Masur   

Ludwig van Beethoven
Fidelio (Extraits)
Lucia Popp, soprano
Adolf Dallapozza, ténor
Orchestre Philharmonique de Vienne, dir. Leonard Bernstein    

Ludwig van Beethoven
Missa Solemnis op 123 : Agnus Dei
Eva Mei, soprano
Marjana Lipovsek, contralto
Anthony Rolfe-Johnson, ténor
Robert Holl, basse  
Chœur Arnold Schoenberg
Orchestre de chambre d’Europe, dir.Nikolaus Harnoncourt   

Ludwig van Beethoven
Concerto n° 3 en ut mineur op 37 : 3ème mvt
Murray Perahia, piano  
Orchestre Royal du Concertgebouw d'Amsterdam, dir. Bernard Haïtink   

Ludwig van Beethoven
Quatuor n°8 en en mi mineur op 59 n°2 : 3ème mvt
Quatuor Alban Berg
 

L'équipe de l'émission :