Les Trésors de France Musique
Entretien
Lundi 22 juin 2020
59 min

"Beethoven, l'âme singulière" : Vienne 1804, par Mildred Clary : Une archive de 1995 (11ème épisode)

En s’appuyant sur des documents, des témoignages et sur la correspondance de Beethoven, Mildred Clary nous raconte la vie de Ludwig van Beethoven dans un feuilleton de 26 épisodes. Bernard Fresson prête sa voix à Beethoven et Jean-Pierre Hané incarne les différents témoins de la vie du musicien.

"Beethoven, l'âme singulière" : Vienne 1804, par Mildred Clary : Une archive de 1995 (11ème épisode)
"Beethoven, l'âme singulière", par Mildred Clary , © Radio France / Guillaume Decalf

« Symphonie héroïque... pour célébrer le souvenir d'un grand Homme. »

« On sait que la Symphonie héroïque fut écrite pour et sur Bonaparte, et que le premier manuscrit porte encore le titre : Buonaparte. Sur ces entrefaites, Beethoven apprit le couronnement de Napoléon. Il entra en fureur : « Ce n'est donc qu'un homme ordinaire! » cria-t-il; et dans son indignation, il déchira la dédicace, et écrivit ce titre vengeur et touchant la fois :

« Symphonie héroïque... pour célébrer le souvenir d'un grand Homme. » (Sinfonia eroica... composta per festeggiare il sovvenire di un grand Uomo.) 

Schindler raconte que dans la suite, il se départit un peu de son mépris pour Napoléon; il ne vit plus en lui qu'un malheureux digne de compassion, un Icare précipité du ciel. Quand il apprit la catastrophe de Sainte-Hélène, en 1821, il dit : « II y a dix-sept ans que j'ai écrit la musique qui convient à ce triste événement. » Il se plaisait à reconnaître dans la Marche funèbre de sa symphonie un pressentiment de la fin tragique du conquérant. — Il est donc bien probable que la Symphonie héroïque, et surtout son premier morceau, était, dans la pensée de Beethoven, une sorte de portrait de Bonaparte, très différent du modèle, sans doute, mais tel qu'il l'imaginait, et tel qu'il l'eût voulu : le génie de la Révolution. »

Romain Rolland, La vie de Beethoven (Paris, Hachette et Cie, 1914)

Programmation musicale

Ludwig van Beethoven
Symphonie n°3 en Mi bémol Maj op 55 « Eroica » : 1er mvt
Orchestre de la Philharmonie Tchèque de Prague, dir. Lovro Von Matacic

Ludwig van Beethoven
Symphonie n°3 en Mi bémol Maj op 55 « Eroica » : 2ème mvt
Orchestre symphonique de la Columbia, dir. Bruno Walter

Ludwig van Beethoven
Sonate n°21 en Ut Maj op 53 « Aurore »
Abdel Rahman El Bacha, piano

Ludwig van Beethoven
Andante en Fa Maj WoO 57
Ronald Brautigam, piano

Christoph August Tiedge / Ludwig van Beethoven
An die Hoffnung op 94
Peter Schreier, ténor
Walter Olbertz, piano

Ludwig van Beethoven
Triple concerto en Ut Maj op 56: Andante
Geza Anda, piano
Wolfgang Schneiderhan, violon
Pierre Fournier, violoncelle
Orchestre Radio Symphonique de Berlin, dir. Ferenc Fricsay

Ludwig van Beethoven
Sonate N°23 en fa min op 57 « Appassionata » : 1er et 3ème mvt
Abdel Rahman El Bacha, piano

L'équipe de l'émission :