Entretien
Vendredi 21 mars 2014
51 min

Silvia Baron Supervielle, écrivain, invitée pour le Salon du Livre

L’édition 2014 du Salon du livre de Paris mettra à l’honneur la littérature argentine avec une délégation de 46 écrivains. Nous recevons à cette occasion cette grande poétesse Silvia Baron Supervielle.

Salon du Livre du 21 au 24 mars
Paris XV - Porte de Versailles
Pavillon 1 Boulevard Victor

Poèmes de Silvia Baron Supervielle .
Publiée le 19 janv. 2013
par Marie-Armelle Deguy en compagnie de Juanjo Mosalini au bandonéon. BnF, Paris, 19/01/2013

Silvia Baron Supervielle est née à Buenos Aires d’une mère d’origine espagnole et d’un père d’origine française. Elle commence à écrire des poèmes et des nouvelles en espagnol, sa langue maternelle. En 1961, elle s’installe à Paris et choisit le français comme langue d’écriture. En 1970, Maurice Nadeau publie une série de ses poèmes dans Les Lettres Nouvelles. La Distance de sable paraît en 1983 aux éditions Granit. Puis elle publie plusieurs livres de poésie et de prose aux éditions José Corti. Parallèlement, elle traduit en français des écrivains argentins tels que Borges, Julio Cortázar, Silvina Ocampo, Macedonio Fernández, Alejandra Pizarnik, Roberto Juarroz, Angel Bonomini etc., et traduit en espagnol la poésie et le théâtre de Marguerite Yourcenar. Son dernier livre paru en mai 2013, Lettre à des photographies (Gallimard) a fait l’objet d’une très vaste couverture critique

Bibliographie

Collection Blanche, Gallimard Lettres à des photographies
Quelques photos sauvées de l'oubli, disposées près de la table de travail de Silvia Baron Supervielle, sont le point de départ de ces lettres bouleversantes, adressées à une mère disparue très tôt. Ces missives tentent d'imaginer la vie trop brève de la mère de l'écrivain. Son physique, ses origines, son mariage sont évoqués, conjurés même par Silvia Baron Supervielle afin de mieux la comprendre, et de lui rendre justice. Car après le remarriage du père, l'évocation de sa mémoire est interrompue. La jeune Silvia quitte l'Argentine – où, peut-être une douleur trop forte l'empêche de vivre pleinement – pour devenir écrivain et poursuivre ce dialogue jamais suspendu avec sa mère. Les cent soixante lettres rassemblées ici sont l'aboutissement poétique et biographie de ce cheminement, comme une façon de racheter un silence imposé autour d'une blessure existentielle trop vive.
Parution : 07-05-2013

Aux Editions José Corti
Lectures du vent, 1988.
L’Or de l’incertitude, ,1990.
Le Livre du retour, 1993.
L’Eau étrangère, 1993.
La Frontière, 1995.
Nouvelles Cantates, 1995.


Programmation musicale

Générique de l’émission :
Extrait de la Suite Panaméenne de Kurt Weill (utilisé comme thème de la célèbre chanson Youkali)
Ensemble Modern
Direction : B K Gruber
Album :"Berlin im Licht" LARGO 5114

J S Bach
Suite pour violoncelle N°1 en Sol majeur BWV 1007 -Sarabande
Anne Gastinel, violoncelle
Naïve V 5121

Felix Mendelssohn
Le Songe d’une Nuit d’Eté
Martha Argerich, piano
EMI EMICLA 607367 2

Michal Kleophas Oginsky
Polonaise en La mineur N°1 « Adieu au Pays natal »
Wanda Landowska, clavecin
(enreg. De 1951)
Testament TEMT SBT 1380

Eladia Blazquez
El Corazón al sur
Susanna Rinaldi, chanteuse
Enregistrée avec son orchestre au théâtre Odeon de Buenos Aires le 14 août 1977
Discmedi Blau DISCME DM 407 02

Susana Baron Supervielle. Poèmes de Silvina Ocampo et deAlejandra Pizarnik.
Los Delfines
Poème pour chant à capella
Ana María Kieffer, soprano - Corrado Silva, piano
Cosentino IRCO 304

Susana Baron Supervielle. Poème de Federico Garcia Lorca
Paisaje
Eleonora Noga Alberti, soprano - Juan Antonio Garcia Cid, piano
Pretal PRCD 131

Eduardo Fabini
Triste N°2
Beatriz Balzi, piano
BBCD 01(Brasil)

Alberto Ginastera
Canciones populares argentinas - Triste
Aurora Nátola Ginastera, violoncelle - Alberto Portughéis, piano
ASV CD DCA 865

Carlos Gardel - A. La Pera
Cuesta Abajo
Susanna Rinaldi, chanteuse
Enregistrée avec son orchestre au théâtre Odeon de Buenos Aires le 14 août 1977
Discmedi Blau DISCME DM 407 02

L'équipe de l'émission :
Mots clés :