Entretien
Lundi 19 novembre 2012
51 min

Pascal Greggory, comédien

Pascal Greggory, comédien
Pascal Greggory, comédien

Affiche du Retour

Il vient nous présenter la pièce Le retour de Harold Pinter avec Bruno Ganz, Louis Garrel, Pascal Greggory, Jérôme Kircher, Micha Lescot, Emmanuelle Seigner

mise en scène : Luc Bondy
au Théâtre de l'Odéon (Paris)

Invités : Pascal Greggory

débute sa carrière de comédien, au théâtre puis au cinéma, au milieu des années 1970.

Au théâtre, Pascal Greggory a travaillé avec, entres autres : Jorge Lavelli, Andreas Voutsinas, Régis Santon, Eric Rohmer : La Petite Catherine de Heilbronn d'Heinrich von Kleist (1979), Louis Do de Lencquensaing : Anéantis de Sarah Kane (2000), Arthur Nauzyciel : Ordet de Ray Munk, au Festival d'Avignon 2008 puis en tournée. C'est avec Patrice Chéreau qu'il collabore le plus souvent : Hamlet de William Shakespeare (1988), Le temps et la chambre de Botho Strauss (1991), Dans la solitude des champs de coton de Bernard-Marie Koltès (1995), Phèdre de Jean Racine (2003), Rêve d'Automne de Jon Fosse (2010).

Il rencontre Luc Bondy en 1996 pour la pièce Il ne faut pas jouer avec le feu d'Auguste Strindberg. Pascal Gréggory a tourné dans plus de 50 films. Il a obtenu son premier grand rôle en 1979 dans le film Les soeurs Bronté d'André Techiné puis tourné avec Eric Rohmer Le beau mariage, Pauline à la plage, Le Maire, l'arbre et la médiatèque. Mais aussi avec Claude Berry, Luc Besson (Jeanne d'Arc), Laurent Bouhnik (Zonzon), Raoul Ruiz (Le temps retrouvé), Andrzej Zulawski (La Fidélité), Jacques Doillon (Raja), Ilan Duran Cohen (La confusion des genres), Olivier Dahan (La Vie promise et La Môme), Werner Schroeter (Nuit de chien), Maïwenn (Pardonnez-moi) ...

Patrice Chéreau (Le temps et la chambre, La Reine Margot, Ceux qui m'aiment prendront le train, Gabrielle). Derniers films à ce jour : Aux quatre vents de Jacques Doillon, Bye Bye Blondie de Virginie Despentes.
Il a également joué dans de nombreux téléfilms.

Bande annonce

Bande-annonce Le Retourpar TheatreOdeon

Philippe Djian à écrit :

Marcel Quillévéré

A relire Pinter aujourd'hui, un demi-siècle après la création du Retour et moins d'une décennie après son prix Nobel, sa véritable stature et son originalité prennent un relief nouveau. Il suffit d'entrer chez lui pour passer dans un autre monde au verso de nous-mêmes, du côté de notre part inavouée, en un point où se rejoignent le rêve et l'insomnie.
Voyez Le Retour, qui s'ouvre sur le silence d'un individu lisant le journal. Homme et espace sans qualités ou presque, banalité d'un jour que rien ne distingue, telles sont les données initiales.
En quelques scènes, ce trompe-l'oeil devient une toile de Lucian Freud - ou comme le dit Luc
Bondy, « une île de la solitude ». Il suffit pour cela qu'un homme, après des années d'absence, revienne présenter son épouse à son père et à ses frères. Mais pourquoi n'a-t-il prévenu personne ?
Et pourquoi reviennent-ils en pleine nuit ?... Ce « retour » est aussi un retournement : tous les jeux sociaux, familiaux, professionnels, matrimoniaux tels qu'ils se jouent couramment sont subvertis sous nos yeux, tantôt par degrés minuscules, tantôt par brèves et brusques saccades (le temps dramatique de Pinter est d'ailleurs inséparable de sa vision : immobile puis jaillissant, c'est un temps venimeux d'animal et de prédateur, un temps de serpent).
A une telle partition, il faut des interprètes qui sachent tenir et relancer les mille nuances d'un registre qui s'étend de la vague allusion à la menace la plus précise, du sous-entendu presque anodin à l'attaque frontale. Luc Bondy aime ces oeuvres mystérieuses qui frôlent et puis foudroient, suggérant plus qu'elles n'affirment. Pour aborder la subtile musique de chambre pintérienne, il en a commandé une version nouvelle à un traducteur qui parle couramment tous les dialectes de la tension

Théâtre de l'Odéon

Site officiel de Harold Pinter

Paris, exposition Poulenc

Programmation musicale

GENERIQUE de L'EMISSION : Suite Panaméenne de Kurt Weil
utilisé comme thème de la célèbre chanson Youkali
Rosemary Hardy, soprano
Ensemble Modern
B K Gruber
Album : Berlin im Licht réf : LARGO 5114

Mozart
La Flûte Enchantée Quintette de l'acte 2 » Les 3 Dames, Tamino et Papageno
I.Druet, A.Gravelius, I.Kalna et D.Behle, ténor; D.Schmutzhard, baryton
Akademie für Alte Musik de Berlin
René Jacobs
HM HMC 902068.70

Benjamin Britten
Symphonie Op 68, 2è mouvement : Presto inquieto
Mstislav Rostropvitch, violoncelle
English Chamber Orchestra
Benjamin Britten
Decca 4783577

Thomas-Louis Bourgeois
Phèdre et Hippolyte (1715 Phèdre après la mort d'Hippolyte)
Isabelle Desrochers, soprano
Ensemble Ausonia
Musique en Wallonie MWAL MEW 0422

Richard Wagner
Tristan et Isolde « O sink hernieder nacht der Liebe »
Waltraute Meier, soprano; Siegfried Jerusalem, ténor
Orchestre Philharmonique de Berlin
Daniel Barenboim
TELDEC 4509-94568-2

Francis Poulenc
Concerto pour piano : Andante
Eric le Sage, piano
Orchestre Philharmonique de Liège
Stéphane Denève
RCA 82876 603082

Philip Glass
Symphonie N°9, La coda du 2è mouvement
Orchestre Bruckner de Linz
Dennis Russell Davies
Orange Mountain ORMOU OMN0081

Adele Adkins, Paul Edworth
Skyfall
Adele Adkins
XLRE XL5593CD

L'équipe de l'émission :
Mots clés :