Entretien
Lundi 4 mars 2013
51 min

Laurent Joyeux, directeur de l'Opéra de Dijon

© Gilles Abegg

Invités

LAURENT JOYEUX

Pendant ses études à Sciences-Po Paris et sa formation supérieure de violon d'harmonie et de contrepoint, Laurent Joyeux commence sa carrière diplomatique comme chauffeur, petite-main, pigiste, tourneur de pages, barman, chargé de production, organisateur de colloques, bureaucrate et scribe auprès d'Olivier Poivre d'Arvor et de Gérard Fontaine pour la réouverture de l'Institut Français puis au sein de l'Ambassade de France à Prague.
Ses études terminées, il aborde avec sérieux de nouvelles responsabilités : après l'Orchestre de Paris où il découvre les joies des négociations sociales et les enjeux de la communication, il devient Directeur de la Culture et Directeur Financier de la Ville de Guyancourt à Saint-Quentin en Yvelines.
Il quitte ensuite la région parisienne par amour du Potjevleesch et s'installe à Lille, où il prépare la réouverture de l'Opéra aux côtés de Caroline Sonrier comme directeur administratif et financier, dans le cadre de Lille 2004, Capitale Européenne de la Culture et du défi relevé par Martine Aubry.
Désireux de renouer avec les charmes du clos des amoureuses, et de prendre la direction d'une institution musicale, il est nommé directeur général et artistique de l'Opéra de Dijon par François Rebsamen fin 2007. Il y conçoit et met en œuvre depuis 2008-2009 un nouveau projet artistique, culturel et social.
Parallèlement à cette activité, il retrouve les amphis de Sciences-Po où il anime pendant quatre ans une conférence en économie et politique de la culture et des médias.
Soucieux de ne pas perdre le contact avec le quotidien d'un musicien, Laurent Joyeux a toujours entretenu une pratique musicale régulière et exigeante de la musique, comme violon solo d'un orchestre amateur ou comme chambriste, tant sur instrument moderne que sur instrument authentique, avec des amis musiciens et compositeurs.

En 2013, il signe la mise en scène du Ring de Wagner / Pauset, à l'Opéra de Dijon.

Don Giovani l'«opéra des opéras»

dans lequel Mozart revisite le mythe de Don Juan, est donné à l'Auditorium pour cinq représentations très attendues. Dans cette production de l'Opéra de Dijon, le metteur en scène Jean-Yves Ruf et le chef Gérard Korsten ont choisi de présenter la toute première partition de Don Giovanni, celle de 1787, « une version plus tendue, où la narration avance et où Don Giovanni accélère le mouvement » ( Jean-Yves Ruf ).

Mars
ven 22 20h
dim 24 15h
mar 26 20h
jeu 28 20h

sam 30 20h*

Don Giovani l'«opéra des opéras»

Auditorium de Dijon

Auditorium de Dijon

La saison de l'Opéra de Dijon

Marcel Quillévéré

Programmation musicale

GENERIQUE de L'EMISSION : Suite Panaméenne de Kurt Weil
utilisé comme thème de la célèbre chanson Youkali
Rosemary Hardy, soprano
Ensemble Modern
H.K. Gruber
Album : Berlin im Licht réf : LARGO 5114

Rameau
Gavotte et doubles (extrait)
Rafael Puyana, clavecin
MERCURY 434364-2

Brice Pauset, J-S Bach
Kontrapartita, Prelude Partita N°3 en Mi Majeur BWV 1006, Bourrée
David Grimal, violon
AMIE AM 181

Rameau
Castor et Pollux : Air de Télaïre « Trsites apprêts »
Karine Deshayes, mezzo
Le Concert d'Astrée
Emmanuelle Haïm
VIRGIN CLASSICS 5099995650227

Richard Wagner
La Walkyrie : Adieux de Wotan
Hans Hotter
Orchestre du festival de Bayreuth de 1953
Clemens Kraus
Orfeo ORFO C 809 113 R/5

Busoni
Turandot
Sabine Hogrefe
Orchestre de Dijon Bourgone
Daniel Kawka
Privé, Opéra de Dijon

Ludwig van Beethoven
Les Créatures de Prométhée
Les Dissonnances
David Grimal
APARTE APO23

Claude Debussy
Images : Iberia : Le matin d'un Jour de Fête
Anima Eterna Brugge
Jos van Immerseel
Zig Zag Territoires ZIZA ZZT313

Louis-Nicolas Clérambault
1er Livre de Pièces pour le clavecin : Suite en Ut mineur. Courante, Gigue
Andreas Staier, clavecin
Harmonia Mundi HMC 902143

L'équipe de l'émission :
Mots clés :