Entretien
Jeudi 23 mai 2013
52 min

Hommage à Henri Dutilleux

Henri Dutilleux, Geneviève Joy et Marcel Quillevéré

mars 1997 création de Tout un Monde Lointain

concerto pour violoncelle et orchestre de Henri Dutilleux,chorégraphié par Michel Kéléménis au Grand Théâtre de Genève.

Ballet du Grand Théâtre de Genève
17 danseurs

Michel Kéléménis dit de cet création :
"Choisir une musique, s'inspirer de son titre pour écrire une chorégraphie n'est pas habituel pour moi. Dans le cas présent, je dirai que pour un chorégraphe contemporain français, il ne faut pas moins 2 à 3 ans pour s'attacher la collaboration d'un orchestre symphonique, et que la commande conjointe de travailler avec un nombre important de danseurs et un tel outil musical est une proposition de grand bonheur.

J'aime la musique de Dutilleux pour son ouverture spatiale tout autant que pour son détail. Alors, rien n'est plus simple, puisqu'il n'existe aucun système derrière lequel s'abriter, qu'il faut inventer pour chaque instant l'équilibre qui permettra à la danse comme à la musique d'exister pleinement, indépendamment mais sans refus de l'autre, peut-être au service de l'autre. Ma danse, j'espère, aidera certains à découvrir cette musique, et je suis convaincu que celle-ci saura porter ma danse.
Sur le magnifique concerto pour violoncelle et orchestre Tout un monde lointain de Henri Dutilleux, j'appuie l'idée d'une quête d'un être vers un autre être, inconnu. Cette idée simple ne l'est pas pour moi autant qu'il paraît au 1er abord, car la narration ne m'intéresse pas beaucoup. En revanche, dans la recherche de l'autre, l'hypothèse d'une découverte et de son frémissement, le rapprochement puis enfin la rencontre, je trouve autant de prétextes à écrire les danses. Il fallait un nombre impair, ici 17 danseurs, de façon que sur l'un d'entre eux se cristallise la quête."

Découvrez la vidéo de Tout un Monde Lointain

Production Grand Théâtre de Genève
Tout un monde lointain (création 1997)
chorégraphie Michel Kelemenis

pour le Ballet du Grand Théâtre de Genève

En 1997, le Ballet du Grand Théâtre de Genève est le premier à confier à Michel Kelemenis une création hors de sa propre compagnie.

Les 17 danseurs explorent le mystérieux concerto "Tout un monde lointain" auquel la pièce emprunte son titre.
Une femme cherche quelqu'un à travers une succession d'images denses. De partenaire en partenaire et en rapprochements, les miroitements aboutissent à un duo sensuel et passionné, dans le dos d'un jeune homme observant la figure d'une silhouette féminine étendue, au loin, inaccessible.
La création à Genève est marquée par la présence du compositeur Henri Dutilleux que l'on retrouve en scène au moment des saluts.
Musique Henri Dutilleux
Scénographie et costumes Christine Le Moigne
Lumières Manuel Bernard

Genevieve Joy - piano

Marcel Quillévé

L'équipe de l'émission :