Les traverses du temps
Entretien
Jeudi 13 septembre 2012
51 min

Hervé Di Rosa, artiste peintre

Hervé Di Rosa, artiste peintre
Hervé Di Rosa, artiste peintre

partons en voyage...
© Hervé Di Rosa

Invités

Hervé di Rosa

Né le 17 décembre 1959 à Sète, Hérault, France.

Frère de Richard Di Rosa ; Beaux-Arts de Montpellier ; 1983 boursier de l'Etat français à New York ; 1993 ouvre un atelier à Kumasi, Ghana. Peintre. Inconnu en 1980, célèbre en 1981 : Ben l'incorpore au regroupement de la figuration libre. Sur des supports de carton, et couverts de bord à bord, il accumule des sujets anecdotiques de la BD, de la science-fiction, de l'épouvante, dans une mise en page mouvementée ; les teintes acides complètent le climat d'agression. Son art est directement issu de celui de la bande dessinée, sans la médiation ennoblissante que lui avait conférée Roy Lichtenstein, sans l'élaboration de l'Erro. Il est le Jérôme Bosch de la science-fiction. En 1984, ses toiles retrouvent des châssis et sont peuplées de monstres robotisés peuplant la touffeur acide des eaux et de la végétation, Diropolis (1985, MNAM, Paris) et La Vie (1985, MAMVP, Paris). A la fin des années 80, une certaine ironie, parfois tendre, le gagne. Au début des années 90, une installation reconstitue les couleurs obscurs d'un bar, grouillant de clients grandeur nature en noir et blanc, traités d'un graphisme grimaçant. Son style se modifie ; la construction se dépouille, l'encombrement disparaît au profit d'arrière-plans, et le graphisme est plus linéaire, moins grotesque, La Vie des pauvres (1993), disposé comme un retable-triptyque avec sa scène centrale et quatre panneaux latéraux. Il crée un atelier de décoration, en commun avec son frère Richard Di Rosa, dit Buddy. En 1993-1994 il peint au Ghana et reprend son style d'antan pour des panneaux inspirés des enseignes publicitaires sans que le regard puisse se fixer sur l'abondance des images. Simultanément, d'autres toiles prennent des dimensions africaines, avec ce qu'elles emportent de naïveté. Et, il adopte le patchwork des artisans égyptiens pour décrire par le tissu les scènes de la vie nègre, la peau de mouton tendue sur cadre de bambou. Restant lui-même, il se coule dans le style de la région visitée, celui des coptes en 1996, en multipliant les traits parallèles, des plis de vêtements, des doublements colorés des bords de figures, en insistant sur l'œil, quitte de le multiplier.

Site de Hervé di Rosa

Ballade en forêt

Marcel Quillévéré

-

Programmation musicale

GENERIQUE de L'EMISSION : Suite Panaméenne de Kurt Weil
utilisé comme thème de la célèbre chanson Youkali
Rosemary Hardy, soprano
Ensemble Modern
B K Gruber
Album :Berlin im Licht réf : LARGO 5114

Oscar Strauss
Die Lustigen Nibelungen : Finale Acte 2
Orchestre Symphonique de la Radio de Cologne
Siegfried Köhler
Capriccio 10752

Cimarosa
L'Armide Imaginaire : Duo O Bella Venere
Alla Simonischvili, Anna Rosa Peraino , chant
Orchestre du Théâtre Bellini de Catane
Eric Hull
Dynamic DYNA CDS 205 / 1-3

Johnny Burnett
Rock Billy Boogie
Johnny Burnette et The Rock'n'Roll Trio
Universe VERSE UV 162

Caetano Veloso
Coraçao Vagabundo
Caetano Veloso e gal Costa
Mercury Universal 838 555 2

Massenet
Le Cid : Air de Chimène : « Pleurez mes yeux »
Maria Callas
Orchestre National de la Radiodiffusion Française
G Prêtre
EMI 7631822

Nana del Caballo Grande
Royal Philharmonic Orchestra
Camaron de la Isla
UNIVERSAL MUSIC 0602498676608

Turina
Oracion del Torero
Hollywood String Quartett
Testament SBT 1053

Anonyme
Ay Pilato (Saeta)
Nina de los Peines
Le Chant du Monde CDM LDX 274859

L'équipe de l'émission :
Mots clés :