Les lundis de la contemporaine
Magazine
Lundi 24 juin 2013
2h 24mn

Lindberg/Posadas/Rihm par l'ensemble Exaudi, dir. F.-X. Roth (Festival ManiFeste)

20h00 : LE CONCERT DU SOIR, par Arnaud Merlin

21h30 : LE MAGAZINE DE LA CONTEMPORAINE, par Arnaud Merlin avec les reportages de Pierre Rigaudière et l'interview "sur le vif" de Jean-Pierre Derrien


Le concert du soir
Concert enregistré le samedi 15 juin à Paris, Cité de la Musique, dans le cadre de la sixième Biennale d'art vocal et du festival ManiFeste

Magnus Lindberg (né en 1958)
Jubilees, pour ensemble
Ensemble Intercontemporain
François-Xavier Roth, direction

Alberto Posadas (né en 1967)
Tenebrae
- pour six voix, ensemble et électronique (commande de Françoise et Jean-Philippe Billarant, création)
Ensemble Intercontemporain
Ensemble vocal Exaudi
François-Xavier Roth, direction
Thomas Goepfer, réalisation informatique musicale Ircam

Wolfgang Rihm (né en 1952)
Klangbeschreibung II - Innere Grenze
- pour quatre voix et ensemble
Ensemble intercontemporain
Ensemble vocal Exaudi
François-Xavier Roth, direction

Avec ce concert, on attendait impatiemment une création d'Alberto Posadas, on se réjouissait de découvrir la nouvelle version d'une Å“uvre de Wolfgang Rihm, et l'on retrouvait avec bonheur une pièce écrite voici dix ans par le compositeur finlandais Magnus Lindberg, "Jubilees", une partition qui a déjà une histoire puisqu'elle est la version orchestrée d'une pièce antérieure, pour piano, écrite en l'an 2000 pour les 75 ans de Pierre Boulez.

C'est avec cette pièce de Magnus Lindberg que s'ouvrait le concert, donc dans sa version pour ensemble qui a été créée en 2003 par l'Ensemble Intercontemporain qui en était le commanditaire - à l'époque Jonathan Nott était aux commandes ; le 15 juin dernier, l'ensemble était placé sous la direction de François-Xavier Roth, un des chefs qui montent depuis quelques anénes, il est le directeur musical de l'Orchestre de la radio SWR de Baden Baden et Freiburg depuis septembre 2011 mais il dirige aussi beaucoup en Angleterre, sans oublier l'orchestre qu'il a créé, "Les Siècles", qui jouent sur des instruments anciens ou modernes selon les programmes ; c'est un musicien très ouvert à la création et à ce titre il retrouve souvent l'Ensemble Intercontemproain depuis quelques années.

Magnus Lindberg est donc parti d'une pièce pour piano et il en a tiré une version orchestrale avec des ajouts et des transformations de texture par rapport à la version pianistique initiale. La pièce est constituée de six mouvements, dont le premier se révèle le plus complexe, il permet aussi de présenter le matériau utilisé ; les mouvements suivants alternent le tempo lent et le tempo rapide, jusqu'au sixième et dernier, qui fait apparaître la structure harmonique "sous une forme compressée, purifiée, en une succession d'accords dont les registres extrêmes se rapprochent par mouvement chromatique", comme le précise Risto Nieminen...

Le concert continuait avec une création très attendue du compositeur espagnol Alberto Posadas, un musicien que nous suivons depuis quelques années déjà ; né en 1967, il a été l'élève de Francisco Guerrero, il fait partie de ces musiciens qui cherchent à expérimenter de nouveaux modèles inspirés par les sciences, par l'architecture, notamment, et il a déjà beaucoup travaillé sur l'électroacoustique pour cette création, il a oeuvré en collaboration avec Thomas Goepfer, réalisateur en informatique musicale à l'Ircam, que l'on a déjà apprécié aux côtés de Gilbert Amy, Ivan Fedele ou Hector Parra.
Cette nouvelle partition de Posadas, "Tenebrae", prend pour point de départ l'Office des Ténèbres ; le compositeur conserve d'ailleurs au moins en partie la trame latine de la liturgie catholique, en y incorporant des vers de Novalis, de Stefan George et de Rainer Maria Rilke – dont les poèmes entrent en résonance avec le texte religieux, comme le souligne Jérémie Szpirglas. Les six voix sont traitées ici à la manière d'un choeur Renaissance, comme une entité unique, encore amplifiée par le recours à l'électronique et à la spatialisation.
Ces six voix sont issues de l'ensemble Exaudi, un ensemble créé en 2002 par le chef James Weeks et la soprano Juliet Fraser, et que l'on a déjà entendu dans cette émission à plusieurs reprises, ntoamment pour des créations de Wolfgang Rihm, de Gérard Pesson ou de Stefano Gervasoni.

Après l'entracte, on découvrait la nouvelle version d'une pièce déjà assez ancienne de Wolfgang Rihm, "Klangbeschreibung II", sous-titrée "Innere Grenze", qui a été écrite en 1986-1987 sur des textes de Nietzsche tirés de "Le Voyageur et son ombre". On peut traduire le titre général du cycle Klangbeschreibung par "description du timbre", et le sous-titre de cette deuxième partie, Innere Grenze, par la "frontière intérieure". La partition fait appel à quatre voix, cinq instruments à vent et six percussionnistes.

Comblement

Wolfgang Rihm (né en 1952)
Umsungen
V. Quatuor à cordes (Zwischenblick : "Selbsthenker !")

Ensemble Modern
Ars Musici AM 0825-2


Billet
par Arnaud Merlin

Inclassable

Parmi les facilités du langage critique, la notion d'"inclassable" révèle bien souvent les faiblesses de l'analyste et la roublardise du commentateur. Et pourtant, certains personnages marquants résistent à la tentation taxinomiste, et se laissent difficilement circonscrire. C'est très certainement le cas de Luc Ferrari, compositeur libre, indépendant et irréductible, que l'on vient de fêter au cours de la dernière édition du festival Extension, organisé par La Muse en Circuit, le studio qu'il a créé en 1982, et dont son ami David Jisse a repris les rênes en 1999.

A l'heure où l'on vient d'apprendre la nomination officielle du successeur de David Jisse, le compositeur Wilfried Wendling, dont on a tout lieu de croire qu'il continuera de faire vivre et prospérer ce lieu d'effervescence artistique devenu l'un des rares "centres nationaux de création musicale" reconnus par la puissance publique, il est sain de se replonger dans l''oeuvre de Luc Ferrari, disparu voici huit ans et malheureusement quelque peu oublié aujourd'hui.
Très complémentaire du beau coffret publié voici quelque temps sous la responsabilité éditoriale de l'INA-GRM, une belle parution phonographique et vidéographique, avec un CD et un DVD, nous incite à poursuivre l'aventure artistique de Luc Ferrari : il s'agit de sa "Symphonie déchirée", enregistrée à l'Hippodrome de Douai voici quelques années, une grande oeuvre qui lui ressemble.

Illustration musicale

Luc Ferrari (1929-2005)
Symphonie déchirée
VIII. Déchirure

Ars Nova
Philippe Nahon, direction
Enr. 2007
L'Empreinte digitale EDVD733


Reportage
par Pierre Rigaudière

Diana Soh dans le cadre du festival ManiFeste

ManiFeste, festival-académie de l'Ircam, proposait la semaine dernière, dans le cadre d'un beau portrait consacré à Yan Maresz, une création de la Singapourienne Diana Soh. Composition de fin de cursus, la pièce "Arboretum : of Myths and Trees" n'avait cependant rien d'une pièce scolaire, et reposait au contraire sur un projet ambitieux et osé.
En fin de répétition, nous rencontrons la compositrice, la soprano Élise Chauvin et Grégoire Lorieux, qui assurait l'encadrement pédagogique du projet.

Illustration musicale

Diana Soh
Arboretum : of Myths and Trees
Élise Chauvin, soprano
Ensemble Court-Circuit
Extraits enregistrés en concert (prise de son : Clément Marie, Ircam)

lien : Le site de Diana Soh


Sur le vif
par Jean-Pierre Derrien

Frank Madlener
L'académie-festival ManiFeste s'achève à la fin de cette semaine avec un concert dirigé par Heinz Holliger. Frank Madlener, directeur de l'Ircam, en est l'initiateur, l'animateur et plus encore...

Illustrations musicales

Karlheinz Stockhausen ‎
Hymnen - Region I
Document Stockhausen-Verlag

Mauro Lanza
Ludus de morte regis
Les Cris de Paris, dir. Geoffroy Jourdain
Informatique Ircam Gilbert Nuno
Document Ircam

Yan Maresz
Sul Segno
Ensemble Intercontemporain, dir. Jonathan Nott
Universal 474 7200

lien : Le Réseau Varèse


Le coup de coeur d'Arnaud Merlin
par Arnaud Merlin

Puneïga

La semaine prochaine dans cette émission il n'y aura pas d'agenda, puisque nous diffuserons un débat entre Karol Beffa, Gérard Condé et Claude Abromont - je vous renvoie donc au site du Centre de Documentation de la Musique Contemporaine, le CDMC, qui tient à jour un agenda de la musique contemporaine, vous y trouverez les dates des événements, concerts et festivals de l'été. On trouve de la création dans un certain nombre de lieux de festivals notamment : je pense à Cluny début juillet, je pense aux Jeunes talents à Paris, au Festival d'Aix où il y a toujours au moins une création, je pense à Cordes-sur-Ciel, je pense au festival de Chaillol un peu plus tard, au Festival de Bangor, à celui des Nuits d'été dans les Alpes, je pense dans la même région au festival Messiaen au pays de la Meije où nous allons enregistrer pour vous deux concerts avec George Benjamin, concerts qui seront diffusés dans cette émission les deux premiers lundis de septembre.
Et pour la dernière semaine de juin, nous venons d'en parler avec son directeur Frank Madlener, l'actualité est dominée, en région parisienne, par les derniers feux du festival ManiFeste, avec vendredi au CentQuatre Aubervilliers des ateliers musique électronique et vidéo, ainsi qu'un concert avec Jean-François Heisser et Jean-Frédéric Neuburger dans "Mantra" de Stockhausen ; on retrouve les mêmes protagonistes le lendemain, samedi, toujours au CentQuatre pour le concert de leur masterclass de duo de pianos, ainsi que des créations des ateliers de composition, avec l'Ensemble Intercontemporain, l'ensemble Exaudi et la soprano Valérie Philippin ; enfin, le dernier jour du festival, dimanche prochain 30 juin, trois concerts au programme avec à 15h à l'Ircam, un concert de musique de chambre, puis au Centre Pompidou à 17h, un atelier danse, percussion et électronique, et enfin retour à l'Ircam à 20h pour le concert final avec l'ensemble de l'Orchestre de l'Académie du Festival de Lucerne, dirigé par Heinz Holliger - au programme des pièces de Zimmermann, Carter, Ligeti, Montalti, et Holliger lui-même, et parmi ces pièces de Heinz Holliger on pourra écouter un cycle de lieder sur des poèmes de Anna Maria Bacher, cela s'appelle "Puneigä"...

Illustration musicale

Heinz Holliger (né en 1939)
Puneïga
X. Dechä un Werter

Sylvia Nopper, soprano
Felix Renggli, flûte, piccolo, flûte alto, flûte basse
Elmar Schmid, clarinette, clarinette basse, clarinette contrebasse
Olivier Darbellay, cor
Jürg Dähler, alto
Daniel Haefliger, violoncelle
Matthias Würsch, percussion, cymbalum
Heinz Holliger, direction
Enr. 2007
ECM New Series 2201 476 3977

lien : Le site du Centre de Documentation de la Musique Contemporaine


Le coup de coeur de Jean-Pierre Derrien
par Jean-Pierre Derrien

Morton Feldman
Tapisserie plutôt que concerto, "Violin and Orchestra" de Morton Feldman (1926 - 1987) est servi par une magnifique interprétation de Carolin Widmann.

Illustration musicale

Morton Feldman
Violin and Orchestra
Carolin Widmann, violon
Orchestre Symphonique de la Radio de Francfort, dir. Emilio Pomarico
ECM New series 2283

L'équipe de l'émission :