Les légendes du jazz
Concerts
Samedi 1 avril 2017
1h

Mahalia Jackson à Juan-les-Pins en 1968

Mahalia Jackson à Antibes-Juan-les-Pins le 25 juillet 1968.

Mahalia Jackson à Juan-les-Pins en 1968
Mahalia Jackson

Mahalia Jackson a grandi au sein d’une famille religieuse et un cousin qui lui fait découvrir les chanteuses Ma Rainey et Bessie Smith. Elle chante d’abord au sein de l’église baptiste Mount Moriah. Puis, en 1927, au milieu de la Grande Migration, elle part s'installer à Chicago et sera vite engagée par les meilleures formations gospel telles que le Greater Salem Baptist Church Choir et les Johnson Gospel Singers. S’ensuit une association de 14 ans avec le compositeur Thomas A. Dorsey qui lui permet de se produire dans de nombreuses églises et conventions. Mais le succès n’est pas au rendez-vous car elle refuse obstinément les nombreuses propositions de chanter de la musique profane, un choix qu’elle maintiendra d’ailleurs tout au long de sa carrière. Il faudra attendre la signature avec le label Apollo, en 1947, et son enregistrement du titre « Move On Up a Little Higher » pour que son nom soit, à jamais, associé au chant gospel. Huit millions d’exemplaires plus tard, la vie professionnelle de Mahalia n’est plus la même: elle passe des églises aux salles de concerts et aux festivals internationaux.

.
.

Mahalia Jackson (voix)
Charles Clency (orgue)
Eddie Robinson (piano)
Ray Neapolitan (contrebasse)

  • We Have Come A Mighty Long Way (traditionnel)
  • How I Got Over (Clara Ward)
  • Down By The Riverside (traditionnel)
  • That's All Right (traditionnel)
  • Nobody Knows The Trouble I've Seen (traditionnel)
  • Come On Children, Let's Sing (Harriet E. Smith)
  • You Can't Hurry God (traditionnel)
  • I Found the Answer (Johnny Lange)
  • The Lord Will Make A Way Somehow (traditionnel)
L'équipe de l'émission :
Mots clés :