Les légendes du jazz
Concerts
Dimanche 10 février 2019
1h

Earl Hines à Limoges en 1965 (2/2)

Earl Hines au Grand Théâtre de Limoges le 25 mars 1965

Earl Hines à Limoges en 1965 (2/2)
Earl Hines sur scène, au piano, en 1965, © Getty / David Redfern / coll. Redferns

Le trompettiste Dizzy Gillespie qui fut membre de son big band aux côtés de Charlie Parker, à partir de 1942, déclarait : « Il a changé le style du piano. Vous pouvez trouver les racines de Bud Powell, de Herbie Hancock et tous ceux qui sont venus après. S’il n'avait pas tracé le chemin de la génération suivante, il est impossible de dire où et comment ils joueraient maintenant. Il y a des variations individuelles mais le style du piano moderne vient de Earl Hines ». Horace Silver considère qu’« il a un style complètement unique. Personne ne peut obtenir ce son, aucun autre pianiste ». Pour Count Basie, c’est tout simplement « le plus grand pianiste du monde ». Et enfin, Erroll Garner disait de lui : « Quand vous parlez de grandeur, vous parlez d'Art Tatum et Earl Hines »…

.
.

Earl Hines (piano)

  • I've Got The World On A String On (Harold Arlen, Ted Koehler) / The Sunny Side Of The Street (Jimmy McHugh, Dorothy Fields) / Body And Soul (Johnny Green) / These Foolish Things (Eric Maschwitz, Jack Strachey) / Clopin Clopant (Pierre Dudan, Bruno Coquatrix) / Que Reste-t-il De Nos Amours? (I Wish You Love) (Léo Chauliac, Charles Trenet) / C'est Si Bon (Henri Betti, André Hornez)
  • Humoresque (Antonin Dvořák)
  • Black Coffee (Sonny Burke, Paul Francis Webster)
  • Canadian Sunset (Eddie Heywood) / Lullaby Of Birdland (George Shearing) / Misty (Erroll Garner) / Satin Doll (Duke Ellington, Billy Strayhorn)
  • St Louis Blues (W. C. Handy)
  • I Ain't Got Nobody (Spencer Williams, Roger A. Graham)
L'équipe de l'émission :