Les légendes du jazz
Concerts
Samedi 5 mai 2018
1h

Didier Lockwood à Nice en 1989 (1/2)

Concert de Didier Lockwood à la Grande Parade du Jazz à Nice le 15 juillet 1989.

Didier Lockwood à Nice en 1989 (1/2)
Didier Lockwood, © Getty / David Redfern

« Musicien incontournable », « ambassadeur mondial du jazz à la française », « immense violoniste », « un musicien d’exception, un homme aux qualités rares », il y aura même un tweet présidentiel saluant, « son rayonnement, son ouverture d'esprit et son immense talent musical », autant de qualificatifs élogieux, le 18 février dernier, à l’annonce de la disparition brutale de Didier Lockwood. Dans le monde du spectacle, une telle unanimité est plutôt rare. C’est peut-être dû au fait que celui qui incarnait le violon dans le jazz, depuis les années 70, aura passé sa vie à rassembler. Rassembler les styles en ne faisant aucune distinction entre rock progressif, jazz manouche ou musique classique. Rassembler les générations en vouant une passion à la transmission, à l’éducation musicale. De Miles Davis à Herbie Hancock, de Dave Brubeck à Martial Solal, de Claude Nougaro à Barbara ou Jacques Higelin, Didier Lockwood aura aussi côtoyé les meilleurs en érigeant, jusqu’à son denier coup d’archet, l’improvisation au rang de grand art. Chez lui, pas de chapelle! Même si ses choix musicaux auront toujours balancé entre deux grandes influences : l’acoustique héritée de Stéphane Grappelli et l’électrique inspirée de Jean-Luc Ponty…

.
.

Didier Lockwood (violon)
Jean-Marie Ecay (guitare, claviers)
Laurent Vernerey (basse)
Angel Celada (batterie)

  • Format 1 (Didier Lockwood)
  • Brasilia (Didier Lockwood)
  • Ending To Reign (Didier Lockwood) 
  • Tiny Twins (Didier Lockwood)
  • Elephant Blues (Didier Lockwood)
  • Precious Joy (Didier Lockwood)
L'équipe de l'émission :