Les Grands Macabres
Programmation musicale
Mardi 22 septembre 2020
3 min

Tino Casal, le glam rock et la movida

Personnalité flamboyante et artiste pluridisciplinaire dans l’Espagne d’après-Franco, il est monté un soir dans une voiture qui roulait trop vite…

Tino Casal, le glam rock et la movida
Le chanteur espagnol Tino Casal à Madrid en Espagne en 1990 , © Getty / Gianni Ferrari/Cover/Getty Images
  • Aujourd’hui, 22 septembre, je voudrais vous parler de Tino Casal, mort le 22 septembre 1991 à l’âge de quarante et un ans. 

Le glam rock et les années 80 ont quelque chose de commun dans l’effusion chromatique. De l’orange, du rouge, du turquoise, du velours, des paillettes, des carreaux, des spirales, des superpositions et même, pourquoi pas, une canne en plexiglas. Quand on regarde aujourd’hui les vidéos de Tino Casal, on le voit souvent avec cette canne et, finalement, c’est sans doute l’élément le plus sobre de sa garde-robe. 

Son inspiration est évidemment David Bowie, qu’il découvre en direct à Londres, alors qu’il est dans une école d’art plastique. Il avait commencé la musique à treize ans, en 1963, dans l’Espagne de Franco où il fait partie de la première génération rock qui peut s’exprimer un petit peu dans une société encore vigoureusement corsetée.  

Nous écoutons :
Eloise, qui est peut-être le plus gros succès commercial de Tino Casal, paru sur l’album Larmas de cocodrilo en 1988. Vous reconnaissez la mélodie : c’est l’adaptation d’un succès britannique de 1968, Eloise, chanté par Barry Ryan, également adapté en français par Claude François. 

L'équipe de l'émission :