Les Grands Macabres
Programmation musicale
Mercredi 23 décembre 2020
3 min

Terence Judd, le surdoué et les falaises

Ce jeune prodige britannique du piano est miné par la dépression et a même subi des traitements psychiatriques d’une autre époque.

Terence Judd, le surdoué et les falaises
Le jeune et talentueux pianiste Terence Judd (1957 - 1979) au Royal Festival Hall le 18 avril 1969. , © Getty / Bob Aylott/Keystone/Hulton Archive
  • Aujourd’hui, 23 décembre, je voudrais vous parler de Terence Judd, mort le 23 décembre 1979, à l’âge de vingt-deux ans. 

On ne sait pas avec certitude quand est mort Terence Judd. La loi britannique fait que la date anniversaire de son décès est fixée à la découverte de son corps, au pied des immenses falaises crayeuses de Beachy Head, tout près d’Eastbourne, dans le Sussex.
Peu importe, après tout. Il est venu là pour en finir et il a pris le train depuis la maison de ses parents dans la banlieue de Londres avec un aller simple. Est-ce le jour même, le 16 décembre, qu’il est parti vers le rivage du sud de l’Angleterre ; ou le lendemain, le surlendemain ? Peu importe, donc ; pour la justice du Royaume Uni et pour les dictionnaires, Terence Judd est mort le 23 décembre 1979.
Le plus étrange de son existence de musicien n’est pas tant cette fin tragique qu’un début presque incompréhensible. Parce que, souvent, les génies ont derrière eux un mauvais génie – des parents, un professeur, un agent, un amour qui pousse, qui tire, qui exige.
Mais les parents de Terence Judd ne sont pas ce genre-là. Ce sont des musiciens professionnels mais discrets, l’un et l’autre bassonistes. Et ils n’insistent pas quand le petit Terence ne veut pas faire son piano. De toute façon, cela n’arrive pas. 

Nous écoutons :
L’Étude Op.42 no.5 de Scriabine interprétée par Terence Judd, le plus russe des pianistes britanniques, comme l’avait dit un critique lors de sa belle performance au concours Tchaïkovski.

L'équipe de l'émission :