Les Grands Macabres
Programmation musicale
Jeudi 27 août 2020
3 min

Stevie Ray Vaughan, le blues, les excès et le sort

Surdoué du blues-rock, il était parvenu à surmonter la drogue et l’alcool mais il est monté dans un hélicoptère...

Stevie Ray Vaughan, le blues, les excès et le sort
Le guitariste américain Stevie Ray Vaughan en concert, Italie, 1985. , © Getty / Luciano Viti
  • Aujourd’hui, 27 août, je voudrais vous parler de Stevie Ray Vaughan, mort le 27 août 1990 à l’âge de 35 ans.

Parfois, on se dit que ça pourrait être pire mais ça ne console pas. Ce soir-là, après le concert dans la salle de spectacles de la station de sports d’hiver d’Alpine Valley, dans le Milwaukee, Stevie Ray Vaughan monte en hélicoptère pour retourner à Chicago. Les artistes partent toujours par les airs parce que la seule route est embouteillée par les spectateurs. 

Et, pendant quelques heures, on va craindre qu’Eric Clapton soit monté dans le même appareil que lui. Mais non : c’était seulement l’agent, le tour manager et le garde du corps de Clapton qui étaient avec lui. En fait, ils avaient pris les places réservées pour Jimmie Vaughan, le frère aîné de Stevie Ray Vaughan, lui aussi guitariste de blues. 

Quand on a appris que l’hélicoptère dans lequel avait pris place Stevie Ray Vaughan s’était écrasé dans le brouillard contre une piste de ski, à peine six cents mètres après son décollage, on s’est souvenu d’une prédiction de Muddy Waters. Des années plus tôt, la figure emblématique du Chicago blues avait dit que le gamin n’atteindrait pas les quarante ans s’il n’arrêtait la poudre. Eh bien il avait arrêté la cocaïne et il est mort quelques semaines avant d’avoir trente-six ans. 

Nous écoutons :
Pride and Joy, enregistré en 1983 par Stevie Ray Vaughan avec son trio Double Trouble. Son plus grand succès commercial, devenu un standard du blues-rock avec une petite particularité dans ce genre musical : c’est une chanson d’amour heureux. 

L'équipe de l'émission :