Les Grands Macabres
Programmation musicale
Mardi 2 février 2021
3 min

Sid Vicious, comme ça devait finir

Y a-t-il un personnage aussi parfaitement no future que lui dans toute l’épopée du punk ?

Sid Vicious, comme ça devait finir
Le chanteur et bassiste Sid Vicious et les Sex Pistols sur scène au Great South East Music Hall, le 5 janvier 1978 à Atlanta, Etats-Unis , © Getty / Richard E. Aaron/Redferns
  • Aujourd’hui, 2 février, je voudrais vous parler de Sid Vicious, mort le 2 février 1979 à l’âge de vingt et un ans. 

On ne peut pas dire que quiconque ait été surpris de la mort de Sid Vicious. L'enchaînement des faits est tellement prévisible, après tout... Ce garçon que la planète ne connaît pas pour un quelconque talent mais pour une rumeur de hargne, de désespoir et d'incendie meurt un peu misérablement, dans un lit pas bien propre, sans que personne ne se rende compte qu'il part, après une fête morne dans laquelle on a fait semblant d'être joyeux.
Commençons par la veille au soir, donc. Sid Vicious est sorti de prison et, chez sa nouvelle petite amie, on fête ça. Il vient de passer plus de huit semaines sous les verrous, la justice américaine jugeant qu'il est répréhensible de casser une bouteille au visage de quelqu'un – d'ailleurs, ce quelqu'un est Todd Smith, le petit frère de Patti Smith.
Le juge a été d'autant moins indulgent que Sid Vicious avait été libéré sous caution quelques semaines plus tôt. Il est soupçonné de meurtre mais il n'y a pas de preuve irréfutable. Il était défoncé quand Nancy Spungen, sa petite amie, a été poignardée. Ils se sont disputés violemment, il a sorti un couteau mais il est possible que ce soit un dealer venu leur livrer de l'héroïne qui ait assassiné Nancy. Elle avait vingt ans. Lui ne se souvient de rien.

Nous écoutons :
La version punk enregistrée au printemps 1978 à Paris du classique My Way, par un Sid Vicious au bord de l’abîme. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'équipe de l'émission :