Les Grands Macabres
Programmation musicale
Lundi 14 juin 2021
3 min

Rory Gallagher, toute une carrière dans une guitare

Le bluesman irlandais à la voix éraillée pratique une musique à la fois simple et prodigieusement maitrisée. Mais tout dans sa vie n’est pas très bien réglé.

Rory Gallagher, toute une carrière dans une guitare
Le guitariste irlandais Rory Gallagher à Londres le 6t juillet 1972, © Getty / Michael Putland
  • Aujourd’hui, 14 juin, je voudrais vous parler de Rory Gallagher, mort le 14 juin 1995 à l’âge de quarante-sept ans. 

Rory Gallagher sur scène, ce n’est pas très compliqué : il joue un riff de guitare et, derrière lui, son bassiste et son batteur doivent le reconnaître et lui emboîter le pas. Pendant une vingtaine d’années, la basse est tenue par Gerry McAvoy, un autre Irlandais dont les fans disent qu’il ne se trompe jamais ; et que, si l’on croit qu’il se trompe, c’est qu’en fait, c’est Rory Gallagher qui s’est trompé. Mais finalement, si vous me permettez de donner mon avis, sa seule erreur aura été d’avoir, pendant quelques années, un pianiste derrière lui. Quelle drôle d’idée. Un trio guitare-basse-batterie, c’est amplement suffisant. Enfin, suffisant pour Rory Gallagher.
L’essentiel, c’est cette puissance de locomotive lancée à pleine vitesse, quelque chose qui tient du prodige tellurique spectaculaire et dévastateur – enfin, dévastateur… ; une dévastation qui nourrit, qui remplit, qui ressource. Le blues rock comme défi à la géométrie : le sommet du genre en même temps que sa base. Rythmique immuable, voix éraillée et véhémente…
Quand les Rolling Stones se séparent de Mick Taylor en 1974, il est sur la short list de guitaristes pressentis pour le remplacer. Finalement, ce sera été Ron Wood, un peu plus discret.

Nous écoutons :
The Last of the Independents, un classique autobiographique de Rory Gallagher qui raconte sa vie de musicien de rock en tournée, ici dans un enregistrement en public datant de fin 1979-début 1980.

L'équipe de l'émission :