Les Grands Macabres
Programmation musicale
Mercredi 10 mars 2021
3 min

Misuzu Kaneko, poétesse maudite

Écrasée par le poids du patriarcat et du sexisme dans le Japon des années 1920, elle a laissé un héritage redécouvert longtemps après sa mort.

Misuzu Kaneko, poétesse maudite
La poétesse et auteur de chansons pour enfants Misuzu Kaneko en 1930, © Getty
  • Aujourd’hui, 10 mars, je voudrais vous parler de Misuzu Kaneko, morte le 10 mars 1930 à l’âge de vingt-six ans. 

Les enfants japonais grandissent aujourd’hui en chantant des poèmes de Misuzu Kaneko. Ce n’est pas toujours sur une musique extrêmement originale ni avec des intentions émancipatrices outrancières, mais il s’agit toujours de textes doux et lumineux, qui disent la splendeur du monde autour de nous – ce poème sur la boue, par exemple, qui dit que dans la boue du pauvre quartier de son enfance, il y avait le ciel bleu, toute la profondeur du ciel bleu ; et puis ces vers qui disent « je voudrais aimer tout le monde, le médecin tout comme le corbeau noir, je voudrais tout aimer sans rien laisser ».
Les enfants japonais d’aujourd’hui ont bien de la chance. Misuzu Kaneko, elle, n’a pas connu grand-chose de la chance.
Elle nait en 1903 dans une petite ville côtière du sud du Japon. Son père meurt alors qu’elle a trois ans. Son petit frère est adopté par leur oncle, qui possède une librairie. Misuzu Kaneko est une bonne élève au lycée et elle se voit confier la gérance d’une petite succursale de la librairie familiale, où elle passe une bonne partie de son temps à lire. Elle découvre un concours de poésies dans un magazine pour enfants et ses premiers poèmes sont publiés. 

Nous écoutons :
Le poème Es-tu un écho ? de Misuzu Kaneko dans une adaptation contemporaine destinée aux enfants japonais, par Hiraoki Matsuoka. 

L'équipe de l'émission :