Les Grands Macabres
Programmation musicale
Mercredi 21 avril 2021
3 min

Prince, immense et toujours recommencé

Un génie ? Évidemment, et aussi une star qui embrassait plusieurs genres, de multiples instruments et mille exigences d’un seul geste.

Prince, immense et toujours recommencé
Prince et son épouse Manuela Testolini aux 77ème Annual Academy Awards au Kodak Theatre à Los Angeles, 27 février 2005, © Getty / Chris Polk/FilmMagic
  • Aujourd’hui, 21 avril, je voudrais vous parler de Prince, mort le 21 avril 2016 à l’âge de cinquante-sept ans.

On a beaucoup opposé Prince à Michael Jackson, et lui-même a souvent cédé à cette tentation ! Mais, avec le recul, ce n’était pas la même histoire : Prince n’a jamais voulu être le nouveau Elvis ou les nouveaux Beatles ; il n’a aspiré qu’à être lui-même, délicieusement lui-même, frénétiquement lui-même, follement lui-même.  Flamboyante, baroque, torrentueuse, exagérée en tout, son œuvre suscite autant de délectation que de vertige, de plaisir que d’interrogations. Avec Prince, on ne s’arrête pas au genre, au style, à la catégorie. Tout est outrance, mais une outrance savante, délectable, partagée, offerte, tout en étant d’une cohérence évidente, y compris dans les contrastes, les virages, les ruptures, les demi-tours. En fait, c’est comme si Prince n’était pas un artiste mais un pays, dans lequel deux, dix ou cent créateurs travaillaient chacun dans son coin en utilisant une langue commune. Et on dirait que tous ces gens ne sont pas la France, ou la Patagonie mais une nation qui s’appelle Prince.Nous écoutons :  Purple Rain, sorti en 1984, que l’on choisit un peu par commodité, parmi dix ou cent autres titres connus de tous et qui pourraient également symboliser l’immense génie de Prince.
 

L'équipe de l'émission :