Les Grands Macabres
Programmation musicale
Vendredi 23 octobre 2020
3 min

Lebo Mathosa, l’audace d’après l’apartheid

Dans l’Afrique du Sud enfin démocratique, une jeune chanteuse bouscule les stéréotypes féminins.

Lebo Mathosa, l’audace d’après l’apartheid
La chanteuse sud africaine Lebo Mathosa sur scène à Sun City, Afrique du Sud, le 9 juin 2006 , © Getty / Gilles BASSIGNAC/Gamma-Rapho
  • Aujourd’hui, 23 octobre, je voudrais vous parler de Lebo Mathosa, morte le 23 octobre 2006 à l’âge de vingt-neuf ans. 

Lorsque l’Afrique du Sud sort de la longue nuit de l’apartheid, les bouleversements touchent le quotidien. Le pays s’adoucit, se détend. Il n’est pas étonnant qu’un nouveau genre musical apparaisse. Ce sera le kwaito. 

Pour des oreilles occidentales, cela peut paraître assez banal mais, là-bas, c’est une révolution : sur une rythmique house pas trop rapide se posent des grosses basses, des mélodies accrocheuses, des paroles en anglais, tantôt chantées, tantôt rappées, des motifs rythmiques tirés des musiques urbaines sud-africaines plus traditionnelles…

En 1994, l’année des premières élections démocratiques en Afrique du Sud, apparaît le groupe Boom Shaka. Sa chanteuse principale a dix-sept ans et elle s’appelle Lebo Mathosa. 

Nous écoutons :
Siyaziwisa, une chanson du troisième et dernier album de Lebo Mathosa, Lioness (c'est-à-dire « la lionne ») paru l’année de sa mort en 2006.

L'équipe de l'émission :