Les Grands Macabres
Programmation musicale
Vendredi 16 avril 2021
3 min

Johann Jacob Bach, le frère parti au loin

L’aîné de Jean-Sébastien a eu une vie particulièrement romanesque, notamment en se mettant au service du roi de Suède.

Johann Jacob Bach, le frère parti au loin
Couverture de la partition du Capriccio sopra la lontananza del suo fratello dilettissimo, BWV 992 de Jean-Sébastien Bach (Capriccio - ou caprice - sur le départ de son frère bien-aimé)
  • Aujourd’hui, 16 avril, je voudrais vous parler de Johan Jacob Bach, mort le 16 avril 1722 à l’âge de quarante ans. 

Les Bach sont si nombreux qu’il faut les numéroter. Il n’y certes qu’un seul Johann Sebastian Bach mais nous avons des Johann Christoph Bach numérotés de I à VIII. Et donc il y a trois Johann Jacob Bach. Johann Jacob Bach I, appelé le plus souvent Jacob Bach, est un cousin de Jean-Sébastien, puisque leurs arrière-grands-pères, Veit Bach et Hans Bach, étaient frères. Johann Jacob Bach II laisse dans l’histoire de la musique une trace furtive mais, au moins, on l’a numéroté, contrairement à deux ou trois Johann Jacob Bach morts dans leur enfance.
Venons-en donc à Johann Jacob Bach III, frère aîné de Johann Sebastian Bach.   
Nous sommes dans la branche d’Eisenach, jolie ville de Thuringe dont Johann Ambrosius Bach est stadtmusikant. Il a déjà eu six enfants, dont cinq sont encore vivants, quand naît Johann Jacob, baptisé le 11 février 1682. Trois ans plus tard, en 1685, naîtra Johann Sebastian.
Quand leur père meurt en 1695, les deux enfants partent chez leur frère aîné Johann Christoph, organiste à Ohrdruf, à une petite journée de cheval. Johann Sebastian y restera cinq ans mais Johann Jacob retourne au bout de deux ans à Eisenach où il reçoit l’enseignement du successeur de leur père, Johann Heinrich Halle. Mais le souffle de l’Histoire passe par là. En 1704, l’armée de Charles XII envahit la Saxe. Depuis plusieurs années, la Grande Guerre du Nord voit le jeune roi de Suède accumuler les succès militaires et diplomatiques et le musicien de vingt-deux ans s’engage. Il sera hautboïste de l’armée suédoise en campagne – c’est-à-dire le soir, pour le délassement du roi et de son état-major.
C’est sans doute à cette occasion que Jean-Sébastien Bach compose le Capriccio sur le départ de son frère bien-aimé, BWV 992. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Nous écoutons :
Capriccio sopra la lontananza del son fratello diletissimo en Si bémol majeur BWV 992, composé par Jean-Sébastien Bach pour son frère Johan Jacob, ici le mouvement fuga al’imitatione di posta interprété au clavecin par Christophe Rousset en 2010. 

L'équipe de l'émission :