Les Grands Macabres
Programmation musicale
Mardi 16 mars 2021
3 min

Jean Cartan, une exception chez les matheux

Issu d’une famille de scientifiques de haut niveau, il n’a pas toujours été compris par ses contemporains et sera un météore dans la musique de l’entre-deux-guerres.

Jean Cartan, une exception chez les matheux
Le compositeur Jean Cartan (Collection particulière)
  • Aujourd’hui, 16 mars, je voudrais vous parler de Jean Cartan, mort le 16 mars 1932 à l’âge de vingt-cinq ans. 
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Élie Cartan est le fils d’un maréchal-ferrant à Dolomieu, dans l’Isère, et il deviendra un des plus grands mathématiciens du XXe siècle. Je ne vous répèterai pas ce que disent les dictionnaires quant à tous les domaines dans lesquels ses apports sont décisifs – je n’y comprends rien. Mais il y a quelque chose de magnifique dans sa famille. Sa petite sœur, Anna, est elle aussi devenue mathématicienne et c’est une élève de Marie Curie.
Élie Cartan a quatre enfants : Henri, mathématicien, un des fondateurs du groupe Bourbaki, né en 1904 et mort en 2008 – faites le calcul ; Louis, physicien, né en 1909 et résistant contre le nazisme, ce qui le conduira à la mort en déportation en 1943 ; Hélène, née en 1917, également mathématicienne ; et puis – vous l‘attendiez, nous ne sommes pas France Mathématiques, nous sommes France Musique – et puis Jean Cartan, né en 1906.
Il est à peine adolescent qu’il annonce à ses parents qu’il ne sera pas mathématicien mais compositeur. Surprise générale mais on l’encourage.
Jean Cartan entre à dix-huit ans au Conservatoire de Paris. Il a pour condisciples Olivier Messiaen et Maurice Duruflé mais ses relations avec les professeurs ne sont pas toujours excellentes. Ce jeune compositeur a en effet une écriture un peu trop abstraite, à la fois très sophistiquée et dépouillée, volontiers animée d’une sorte de nervosité qui semble le reflet d’une âme troublée. 

Nous écoutons :
Le 3e mouvement de la Sonatine en trois mouvements composée à dix-neuf ans par Jean Cartan, en 1925, enregistré par le pianiste Thomas Tacquet  en 2019. 

L'équipe de l'émission :