Les Grands Macabres
Programmation musicale
Vendredi 28 mai 2021
3 min

Felipe Villanueva, la revanche de l’Indien

Il n’était pas d’ascendance européenne et il venait de la campagne mais, au cours de sa courte vie, il a quand même conquis la postérité comme compositeur classique.

Felipe Villanueva, la revanche de l’Indien
Tombe de Felipe Villanueva au cimetière de Mexico City, © Thelmadatter
  • Aujourd’hui, 28 mai, je voudrais vous parler de Felipe Villanueva, mort le 28 mai 1893 à l’âge de trente et un ans.

Felipe de Jesús Villanueva Gutiérez porte un nom tout entier enraciné dans l’onomastique de la vieille Espagne. Mais il suffit de le voir pour comprendre qu’il n’est pas exactement Européen. Il a beau être le fils d’un notable de la petite ville de Tecámac, à l’est de l’état de Mexico, on voit au premier coup d’œil qu’il est Nahua, c'est-à-dire amérindien.

Le petit Felipe Villanueva le sait bien mais cela n’a pas beaucoup d’importance pour lui. Quand il approche d’un clavier, grâce à une cousine organiste à l’église, il se révèle qu’il a un don en même temps que la passion de la musique.

En ce début des années 1870, le Mexique se passionne pour la mazurka et, à l’âge de dix ans, il compose sa première mazurka mais aussi sa première cantate. Tout n’est pas parfait, évidemment, et il sait bien qu’il faudrait qu’il aille étudier sérieusement au conservatoire de Mexico.

Nous écoutons : La Vals Poetico de Felipe Villanueva, enregistrée en 1997 par l’Orchestre Philharmonique de Montpellier sous la direction d’Enrique Diemecke.

L'équipe de l'émission :