Les Grands Macabres
Programmation musicale
Lundi 11 janvier 2021
3 min

Domenico Cimarosa, entre Mozart et Rossini

Ce compositeur prolifique est un des artistes les plus successful de son temps. Mais il est séduit par les idéaux de la Révolution française.

Domenico Cimarosa, entre Mozart et Rossini
"Concert de Domenico Cimarosa", une peinture de Gaspare Vizzini avec Cimarosa au piano. Museo Nazionale Di San Martino (Naples), © Getty
  • Aujourd’hui, 11 janvier, je voudrais vous parler de Domenico Cimarosa, mort le 11 janvier 1801 à l’âge de cinquante-deux ans. 

Quand on apprend son cours d’histoire de la musique, on sait que Domenico Cimarosa est un personnage important à la charnière de deux époques. Symboliquement, on place son opéra Le Mariage secret exactement entre Les Noces de Figaro de Mozart et Le Barbier de Séville de Rossini – entre les deux, mais pas en dessous. 

Son talent lui permet d’échapper à sa condition sociale et sa phénoménale capacité de travail fait de lui un des musiciens les plus respectés d’Europe. À vingt-trois ans, en 1772, le premier opéra-bouffe de Domenico Cimarosa lui vaut la gloire à Naples ; puis ce sera Florence, toute l’Italie, les états allemands grâce à l’enthousiasme de Goethe, puis quatre ans à Saint-Pétersbourg chez Catherine II, puis un séjour chez Léopold II à Vienne. 

C’est là que survient un événement unique dans l’histoire de l’opéra : à la première du Mariage secret, l’empereur est tellement enthousiaste qu’il fait bisser l’œuvre en entier, immédiatement. Un bis de deux heures trente. 

Nous écoutons : Sanza tante ceremonie, l’air du Comte à la scène 7 du premier acte d’Il Matrimonio Segreto (Le Mariage secret) de Domenico Cimarosa, avec Alberto Rinaldi dans le rôle du Comte, avec l’English Chamber Orchestra sous la direction de Daniel Barenboim en 1976.

L'équipe de l'émission :