Les Grands Macabres
Programmation musicale
Mercredi 18 novembre 2020
3 min

Danny Whitten et les dégâts de l’aiguille

Neil Young a écrit à son propos The Needle and the Damage Done, avant de se repentir longtemps de la mort du guitariste de Crazy Horse.

Danny Whitten et les dégâts de l’aiguille
Le group Crazy Horse (Danny Whitten à gauche) vers 1970, © Getty / Michael Ochs Archives

 

  • Aujourd’hui, 18 novembre, je voudrais vous parler de Danny Whitten, mort le 18 novembre 1972 à l’âge de vingt-neuf ans. 

La mort, ça ne sert pas qu’à mourir soi-même. Ça peut servir aux autres, parfois. La mort, ça fabrique le remords, l’inspiration, l’exemple. 

D’ailleurs, avant même la mort de Danny Whitten, son histoire laisse un goût de cendres. C’est en pensant à lui que Neil Young écrit The Needle and the Damage Done, une des chansons qui parle avec le plus de franchise de l’immense gâchis de l’héroïne – les dégâts de l’aiguille.

En 1970,  alors qu’il commence l’enregistrement de l’album After the Gold Rush, il renvoie du studio les musiciens qui l’accompagnent d’habitude sur scène, le groupe Crazy Horse. Le problème n’est pas le bassiste Billy Talbot, ni le batteur Ralph Molina, mais le guitariste Danny Whitten. Tous les trois, à la fin de l’adolescence, en 1963, avaient créé un groupe de doo-wop a cappella avant de passer au psychédélique et, finalement, d’être embauchés, fin 1968, par Neil Young dont la carrière solo commence à vraiment prendre forme. 

Or Danny Whitten est tombé dans la poudre. Il explique que l’héroïne le soulage de son arthrite rhumatoïde. Au début, cela n’handicape ni son jeu, ni son inspiration. Mais Neil Young commence à voir les dommages de l’héroïne sur son guitariste et, une fois que celui-ci a quitté le chantier de l’album, il écrit The Needle And the Damage Done – une chanson qui restera un an sur une étagère, avant de sortir en ouverture de l’album Harvest.  

Nous écoutons :
I Don’t Want To Talk About It, le chef d’œuvre de la carrière de Danny Whitten, sa composition enregistrée sur le premier album du groupe Crazy Horse, paru en 1971, et depuis reprise par Rod Stewart ou Everything But The Girl. 

L'équipe de l'émission :