Les Grands Macabres
Programmation musicale
Lundi 3 mai 2021
3 min

Dalida, l’icône

Il y a dans toute la carrière de Dalida un sens du tragique qui passionne le public. Son issue fatale est-elle donc une surprise ?

Dalida, l’icône
La chanteuse et actrice franco-égytienne Dalida , © Getty / Universal/Corbis/VCG
  • Aujourd’hui, 3 mai, je voudrais vous parler de Dalida, morte le 3 mai 1987 à l’âge de cinquante-quatre ans. 
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Dalida continue de heurter, de gêner, de diviser. Si certains peuvent accepter de déposer les armes lorsque l'on exhibe le mythe, ils se rétractent dès qu'on leur fait entendre les chansons. Et on ne sait plus si les chiffres sont des preuves à charge ou à décharge – 100 millions de disques vendus, 500 chansons enregistrées en français, 200 en italien et 200 en cinq autres langues, 52 disques d'or et la performance unique pour une Française d’avoir été numéro 1 dans douze pays la même année – c’est en 1974 avec Gigi l'amoroso.
Une étoile populaire qui émeut dès qu’on la transpose en téléfilm, une madone dont la tombe au cimetière de Montmartre est toujours fleurie, une valeur sûre du show business et des programmateurs télé dès que l’on cherche à sauver les fins de mois des audiences sans trop réfléchir…
Oui, Dalida était trop glorieuse, façon Cléopâtre ou impératrice de Chine, au-delà des limites de son temps et de sa géographie, comme un prodige, un scandale, un podium, une honte.

Nous écoutons :
Mourir sur scène, chanson enregistrée par Dalida en 1983, qui prendra évidemment une connotation singulière après son suicide. 

L'équipe de l'émission :