Les Grands Macabres
Programmation musicale
Mercredi 2 septembre 2020
3 min

Claude Figus, la fascination jusqu’au bout

Sa passion pour Édith Piaf l’a conduit à devenir chanteur, puis à trahir son idole et enfin à choisir de mourir.

Claude Figus, la fascination jusqu’au bout
Couverture du disque Claude Figus
  • Aujourd’hui 2 septembre, je voudrais vous parler de Claude Figus, mort le 2 septembre 1963 à l’âge de trente ans. 

Le malheur de Claude Figus commence par un extraordinaire coup de chance.
En août 1956, sur la Côte d’Azur, il rencontre Charles Aznavour. Le chanteur embarque cet admirateur très sympathique dans sa voiture pour aller donner un concert à Megève. Mais, dans un virage, un gros camion fait une bêtise. Accident. Aznavour a les deux bras cassés. Le jeune garçon, assis à l’arrière, est indemne.
À l’hôpital, Claude Figus se rend indispensable. Il répond aux journalistes, il écrit les lettres que lui dicte Aznavour. Et, grâce au grand Charles, le petit Claude atteint son Graal : il rencontre Édith Piaf, dont il dit qu’elle est la passion de sa vie. À quatorze ans, il avait créé un fan-club ; il l’imite à la perfection – petite robe noire comprise. 

Nous écoutons :
À t’aimer comme j’ai fait, chanté par Claude Figus en 1961, une chanson de son premier 45 tours signée par deux proches d’Édith Piaf : une musique de son accordéoniste Francis Lai et des paroles de Bernard Dimey. 

L'équipe de l'émission :