Les Grands Macabres
Programmation musicale
Vendredi 2 juillet 2021
3 min

Camarón de la Isla, un Everest du flamenco

Au côté de Paco de Lucia, il a porté son art à des sommets de génie et de popularité. Mais sans doute fumait-il trop… Et c’est le dernier défunt « Grand Macabre » de cette saison.

Camarón de la Isla, un Everest du flamenco
Le chanteur de flamenco Camaron de la Isla, et le guitariste Tomatito, © Getty / Matias Nieto/Cover
  • Aujourd’hui, 2 juillet, je voudrais vous parler de Camarón de la Isla, mort le 2 juillet 1992 à l’âge de quarante et un ans. 

Il s'appelle José, comme tout le monde – José Monje Cruz. Comme il est tout petit, tout frêle, on l’appelle crevette c'est-à-dire Camarón. Il a huit ans quand il commence à chanter en faisant la manche aux arrêts de bus,  quatorze ans quand il apparaît dans un film d’Antonio Gadès, seize ans quand il emporte son premier prix et que l'on commence à dire que Camarón de la Isla est un génie.
À dix-huit ans, il commence un parcours discographique phénoménal en compagnie du guitariste Paco de Lucia. Camarón et Paco, les deux Everest du flamenco, sortent neuf albums entre 1969 et 1977. Puis Camarón aura Tomatito pour accompagnateur privilégié.
Alors oui, c’est un génie. Mais il n’y a pas que la musique dans la vie. Il y a aussi le haschich, l'héroïne, paradoxalement pas trop d'alcool, mais du tabac, beaucoup de tabac. Quatre paquets de cigarettes par jour. Cela contribue au grain singulier de sa voix mais entraîne de manière assez prévisible un cancer du poumon. Il a beau être un géant du chant flamenco, il est resté une crevette, et le cancer le liquide assez rapidement. Il meurt le 2 juillet 1992 à l'âge de quarante et un ans.

Nous écoutons :
Al verte las flores lloran, enregistré en 1969 par Camaron de la Isla accompagné à la guitare par Paco de Lucia. 

L'équipe de l'émission :