Les grands entretiens
Entretien
Mardi 22 décembre 2020
25 min

Bernard Cavanna (2/5) : "je me souviens de mes grands chocs musicaux : Messiaen, Dutilleux"

La relation de Bernard Cavanna à la musique prend forme lors de son adolescence, au contact d'un disquaire, à Nogent-sur-Marne et à l'écoute de la radio. Dans ce deuxième volet, le compositeur évoque une rencontre déterminante - celle de Henri Dutilleux -, et les débuts de sa vie musicale...

Bernard Cavanna (2/5) : "je me souviens de mes grands chocs musicaux : Messiaen, Dutilleux"
Bernard Cavanna, © © Festival Musica

France Musique et France Culture, un disquaire de Nogent-sur-Marne, l'électrophone de sa sœur ou les partitions de sa mère, et enfin un échange de lettres avec le compositeur Henri Dutilleux... Voilà les ingrédients de la passion naissante de Bernard Cavanna pour la création musicale. Dutilleux fait partie des grands chocs musicaux qui furent déterminants pour le compositeur, tout comme la rencontre de la musique d'Olivier Messiaen. Bernard Cavanna apprend beaucoup au contact d'Henri Dutilleux, à qui il présente son travail pendant une quinzaine d'années, à partir d'un première rencontre en 1967.

Quand j'avais neuf ans, j'avais l'impression que tous les compositeurs étaient morts, qu'il n'y en avait plus, et donc qu'il y avait un créneau à prendre !"

Bernard Cavanna gagne d'abord sa vie en accompagnant des cours de danse, des chanteurs, mais aussi grâce à l’enseignement de la musique à l'école. Au début des années 1970, il se rend au Festival de Royan. Il y découvre la musique du compositeur roumain Aurèle Stroë, avec qui il se lie d’amitié. La musique de compositeur exerce sur lui une grande influence.

J'ai toujours aimé les curés sans croire en Dieu, sauf peut-être à l'âge de huit ans avec une vierge phosphorescente qui m'a fait douter quelques mois, c'est tout !"

En 1992, Maurice Ohana commande une Messe pour le festival d’Art Sacré. Cette Messe devient "Messe, un Jour Ordinaire", et sort des codes traditionnels de l’œuvre religieuse. Le rapport de Bernard Cavanna à la religion est complexe. Afin de confronter la parole véhémente et verticale du rituel et la parole humaine, individuelle, le compositeur choisit d'articuler sa messe autour de deux textes, celui du rituel de la messe et celui d'une voix. Cette voix, c'est celle de Laurence, jeune femme à la dérive et toxicomane ordinaire. La pièce est créée au Festival Musica sous la direction de Rachid Satir.

Pour aller plus loin

Karl Koop Konzert, Bernard Cavanna
Karl Koop Konzert, Bernard Cavanna, © Aeon
A l’Agité du bocal, Bernard Cavanna
A l’Agité du bocal, Bernard Cavanna , © l’empreinte digitale

Programme musical

Igor STRAVINSKY
Berceuse du chat - Sur le poële
Cathy Berberian, soprano
Ensemble de Chambre de Columbia
Igor Stravinsky, direction
SONY

Olivier MESSIAEN
Vingt Regards sur l'Enfant-Jésus - XX. Regard de l'église d'amour
Roger Muraro, piano
DEUTSCHE GRAMMOPHON

Henri DUTILLEUX
Les Métaboles
Orchestre National de France
Mstislav Rostropovitch, direction
MUSIFRANCE

Bernard CAVANNA
FauveI
Noémi Schindler, violon
MFA RADIO FRANCE

Aurèle STROË
Ciaccona con alcune licenze, pour grand orchestre
Orchestre de la Radio de Bucarest
Ludovic Bacs, direction
INEDIT

Bernard CAVANNA
Jodl, pour orgue
Pierre Rousseau, orgue
ADDA

Bernard CAVANNA
Messe pour un jour ordinaire, pour voix, violon solo, chœur et 14 instruments
Noémi Schindler, violon
Ensemble Ars Nova
Philippe Nahon, direction
Sophie Grimmer, soprano
Isa Lagarde, soprano
Ian Honeyman, ténor
MFA RADIO FRANCE

L'équipe de l'émission :