Les grands entretiens
Entretien
Vendredi 25 décembre 2020
25 min

Bernard Cavanna (5/5) : "Il faut accepter d’être anonyme. Ce qui est beau, ce sont les échanges."

Compositeur amoureux de cinéma et de peinture, Bernard Cavanna a lui même réalisé plusieurs documentaires, dont un consacré au compositeur roumain Aurel Stroë. Dans ce dernier volet des entretiens, nous évoquons ses compagnonnages avec les ensembles Ars Nova et 2e2m, et ses convictions esthétiques.

Bernard Cavanna (5/5) : "Il faut accepter d’être anonyme. Ce qui est beau, ce sont les échanges."
Bernard Cavanna, © Ars Nova

Sur les caractéristiques de sa musique, très ancrée dans l’héritage et les traditions classiques, Bernard Cavanna ne triche pas ! Il se définit comme un compositeur du XIXème siècle (et du 20ème arrondissement parisien). Il aime aussi se confronter à ses racines populaires, et revisite, comme arrangeur, les musiques d'Enrique Delfino et d'Astor Piazzolla, compositeurs argentins. 

Dans beaucoup de ses œuvres, on retrouve les accents populaires de son enfance : le souvenir de Nino Rota est là, comme celui du grand-père accordéoniste. De sa famille, il conserve et cultive un goût pour l'image, une envie de filmer : son père possédait une petite caméra. Bernard Cavanna réalise deux films sur sa mère, et un film sur Aurel Ströe.

La peinture est une inspiration également. La façon dont les éléments se posent dans un espace fermé sur la toile l'attire : Max Beckmann, Francis Bacon, Mark Rothko...

Bernard Cavanna est avant tout un grand Agité, un Intranquille !  Le cousin-musicien, en quelque sorte, de Fernando Pessoa, auteur du livre de l'intranquillité.

Pour aller plus loin

Karl Koop Konzert, Bernard Cavanna
Karl Koop Konzert, Bernard Cavanna, © Aeon
A l’Agité du bocal, Bernard Cavanna
A l’Agité du bocal, Bernard Cavanna, © Empreinte digitale

Programmation musicale

Bernard Cavanna
Trio n°1, pour accordéon, violon et violoncelle Noëmi Schindler, violon
Anthony Millet, accordéon
Atsushi Sakai, violoncelle
NOMADMUSIC

Aurel Stroë
Concerto pour violon
Noëmi Schindler, violon
Ensemble 2e2m
Jean-Louis Forestier, direction
Enregistrement public à Mannheim, inédit

Bernard Cavanna
 Scordatura, Concerto n°2, 1er mouvement : "Im memoriam Berg" Noëmi Schindler, violon
Mickaël Cozien, cornemuse
Florentino Calvo, Mandoline
Orchestre de Picardie
Arie van Beck, direction
Enregistrement de la création, inédit

Bernard Cavanna
 Goutte d'or blues, pour saxophone, soprano et bande Daniel Kientzy, saxophones
ADDA

Charles Mingus
 Pedal Point Blues
Charles Mingus, contrebasse
Booker Ervin, Shafi Hadi, John Handy, saxophones
William Dennis, trombone
Horace Parlan, piano
Dannie Richmond, batterie
COLUMBIA

Astor Piazzolla / Bernard Cavanna et Louise Jallu, arrangement
 Tristezas de un Doble A
Mathias Levy, violon
Louise Jallu, bandonéon
Gustavo Beytelmann, piano
Alexandre Perrot, contrebasse
KLARTHE

Bernard Cavanna
 A l'agité du bocal, d'après Céline, pour 3 ténors et 18 musiciens : Jig Christophe Crapez, ténor
Euken Ostolaza, ténor
Paul-Alexandre Dubois, ténor
Ensemble Ars Nova
Philippe Nahon, direction
L'EMPREINTE DIGITALE

Bernard Cavanna
 Les Disparus, pour violon, accordéon et récitant
Marianne Piketty, violon
Pascal Contet, accordéon
MAGUELONE

L'équipe de l'émission :