Mercredi 22 avril 2015
4 min

Les migrants

Plus de 1750 morts en Méditerranée, soit un mort toutes les deux heures dont de très nombreux enfants de moins de dix ans. Une tragique actualité qui a inspiré Cécile de Kervasdoué et Benjamin Laurent.

Plus de 1750 morts en Méditerranée, soit un mort toutes les deux heures dont de très nombreux enfants de moins de dix ans. Pour tenter d’enrayer la série de naufrages de migrant un sommet européen d’urgence est prévu demain. Un sommet sous haute tension puisque les ONG accusent directement les représentants politiques de toute l’Union européenne. En cause les politiques coupables de reflux de l’immigration qui plaisent aux électeurs d’extrême droite mais forcent les migrants à se tourner vers des passeurs mafieux.
Alors que l’ONU dénombre 50 millions de réfugiés dans le monde, du jamais vu depuis la seconde guerre mondiale, l’Union Européenne transformée en véritable forteresse viole chaque jour ses propres principe d’asile et de protection des réfugiés. Morts en Méditerranée, vous en voulez encore ? C’est l’actualité chantée de Cécile de Kervasdoué et Benjamin Laurent.

Chant 1

C’est une fatalité
Il y a des inégalités
Ou bien c’est parce que c’est l’été
Qu’ils tentent l’horrible traversée !
On ne peut pas tous les sauver
Ni même tous les accepter
Même si ce sont des réfugiés
Que nous devrions protéger.
Chez nous il y a des difficultés !
Bref, termine ton petit déjeuner.

Chant 2

Dans le chaos libyen il y a des trafiquants
Ils rackettent et torturent hommes femmes et enfants
Qui rêvent d’un nouveau départ.

Au Maroc, en Turquie ces policiers musclés
En Ukraine, ces prisons pour réfugiés
Et ce mur dressé à la frontière bulgare.

Non, tout cela n’est pas une fatalité
L’Europe verse des millions pour l’organiser
Et nous détournons le regard.

Chant 3

Arrêtons là les faux semblants
Nous trouvons cela satisfaisant
De rejeter tous ces migrants

Larmes de cro larmes de cro larmes de crocodile
D’une société trop mercantile
Larmes de cro larmes de cro larmes de crocodile
D’une société qui refuse l’asile

Si l’on veut dire la vérité
Nous ne voulons pas partager
Ce qui fait peur à notre société
N’est rien d’autre que la Pauvreté (bis).

L'équipe de l'émission :
Mots clés :