Le portrait contemporain
Entretien
Mercredi 17 mai 2017
1h

Renaud Gagneux, du Requiem au haïku

Le compositeur Renaud Gagneux fête cette semaine ses soixante-dix ans ! C’est l’occasion de revenir sur son œuvre et sa formation plurielle : il fut l’élève d’Alfred Cortot et de Vlado Perlemuter, de Karlheinz Stockhausen et d’Henri Dutilleux, d’André Jolivet et d’Olivier Messiaen.

Renaud Gagneux, du Requiem au haïku
Renaud gagneux, © DR

L’occasion aussi d’évoquer ses passions citadines, et de partir avec lui au Japon, devenu sa destination de prédilection depuis quelques années.

Programme musical

Renaud Gagneux (né en 1947), Triptyque pour violoncelle et orchestre – 1. Premier mouvement
Mstislav Rostropovitch (violoncelle), London Symphony Orchestra, Seiji Ozawa (direction)
Enr. novembre 1994 (Abbey Road, Londres)
Teldec [4509-94570-2]

Olivier Messiaen (1908-1992), Turangalîla-Symphonie – 5. Joie du sang des étoiles
Yvonne Loriod (piano), Jeanne Loriod (ondes Martenot), Orchestre de l’Opéra Bastille, Myung-Whun Chung (direction)
Deutsche Grammophon [480 1346]

Renaud Gagneux, Signal de brume op. 50 bis pour orchestre (1997)
Orchestre Philharmonique de Radio France, Marek Janowski (direction)
Enr. 1997
[Enregistrement Radio France / INA]

Gagaku (Japon)
Musique Kagura
JVF [VZCG-515]

Renaud Gagneux, Torii pour cuivres
Orchestre National de Montpellier, Pascal Verrot, direction
Enr. 21 novembre 1999
[Enregistrement Radio France / Copie privée]

Renaud Gagneux, Nojiriko (trois premiers haïku)
Akemi Suetaka, piano
Enr. 2011
Mofto Sine [MF 23702]

L'équipe de l'émission :