Dimanche 26 juillet 2020
58 min

Le Pays des orgues : Gabriel Wolfer à l'orgue Waltrin-Callinet de la cathédrale de Belfort

Notre randonnée musicale continue avec une première étape dans le Territoire de Belfort et sa cathédrale Saint-Christophe. Le grand-orgue historique Waltrin-Callinet (1750-1840) permet à Gabriel Wolfer d'interpréter un très vaste répertoire d'Eustache du Caurroy à Michael Radulescu.

Le Pays des orgues : Gabriel Wolfer à l'orgue Waltrin-Callinet de la cathédrale de Belfort
Le grand-orgue Waltrin de la cathédrale Saint-Christophe de Belfort, Gabriel Wolfer, © Benjamin François

Non loin des fortifications Vauban édifiées à la fin du XVIIème siècle, Belfort abrite le grand-orgue historique Waltrin-Callinet (1750-1840) au sein de la cathédrale Saint-Christophe.

Malgré son annexion du département du Haut-Rhin par l'Empire allemand, Belfort est restée française. Après avoir survécu à trois sièges majeurs au cours du XIXème siècle, le Territoire de Belfort est créé sur une partie de l'ancien Haut-Rhin avec la ville comme chef-lieu, bientôt rejointe par de nombreux Alsaciens souhaitant rester français.

Jean-Charles Ablitzer, titulaire de l'orgue Waltrin-Callinet de la cathédrale de Belfort, nous présente un instrument épargné par la Révolution qui a croisé la route de plusieurs célèbres familles de facteur d'orgue. Nous écouterons également Gabriel Wolfer, titulaire de l'orgue de Porrentruy que nous découvrirons le 16 août, aux claviers de cet orgue historique.

L'orgue Waltrin-Callinet-Schwenkedel de la cathédrale Saint-Christophe de Belfort

La cathédrale Saint-Christophe de Belfort
La cathédrale Saint-Christophe de Belfort, © Benjamin François

De grandes familles de facteurs ont participé à la création de l'orgue Waltrin-Callinet-Schwenkedel. La famille Waltrin d'abord, qui s'installe à Belfort au milieu du XVIIIème siècle, va concevoir un instrument classique français. Il survit à la Révolution, grâce à la protection d'un de ses titulaires, Nicolas Metzer, qui aurait sauvé l'instrument car il était un révolutionnaire convaincu.

En 1816, François Callinet, le père de Joseph et de Claude-Ignace Callinet, remonte l'orgue d'un étage et agrandit le buffet de chaque côté. Plus tard, les frères Callinet de Rouffach agrandissent l'orgue, mais conservent l'essentiel des éléments classiques de Waltrin.

Entretenu jusqu'à la fin du XIXème siècle et relativement épargné par l'histoire, et grâce à la découverte de restes du 18ème siècle de Waltrin, Kurt Schwenkedel put entreprendre une belle restauration.

Depuis, l'orgue est classé monument historique. Il est inauguré en 1971 par Michel Chapuis. La cathédrale possède un deuxième instrument, un orgue de chœur dû au facteur d'orgue Henri Didier. Jean-Charles Ablitzer en est le titulaire depuis 1971.

Gabriel Wolfer

Après quelques années de piano et un goût déjà prononcé pour l'orgue, Gabriel Wolfer prend ses premiers cours avec Paul Flückiger. Le professeur oriente de manière décisive ses goûts musicaux, au moment où l’orgue Ahrend de l’église des Jésuites de Porrentruy va être installé. En hiver 1984-1985, il en suit la phase d’harmonisation et observe le facteur Jürgen Ahrend travailler. Il poursuit ses études d’orgue au Conservatoire de Belfort dans la classe de Jean-Charles Ablitzer, participe aux Académies Bach – Orgue et Cantates dirigées par Michael Radulescu. Pendant une trentaine d’années, chanteurs et musiciens se réunissent lors de ce rendez-vous devenu incontournable, constituant peu à peu une référence pour l’interprétation de la musique de Bach. 

En 2009, Gabriel Wolfer succède à Paul Flückiger à la tête de la Fondation Pro Musica et devient conservateur de l’orgue Ahrend. L’activité débordante qui a découlé de l’installation de l’orgue Ahrend de Porrentruy et des Académies Bach se poursuit aujourd’hui, sous le regard attentif et passionné de l'organiste.

Nous l'écoutons jouer sur l'orgue de la cathédrale Saint-Christophe, œuvre du facteur d'orgue Jean-Baptiste Waltrin, installé en 1752, rénové à plusieurs reprises et classé monument historique. 

Rendez-vous le 26 juillet prochain où vous découvrirez en compagnie de Jean-Charles Ablitzer l'orgue Marc Garnier du Temple Saint-Jean de Belfort (1984), ainsi que l'orgue baroque espagnol de Grandvillars.

Le Lion de Belfort, vendredi 26 juin 2020 lors du tournage de l'épisode
Le Lion de Belfort, vendredi 26 juin 2020 lors du tournage de l'épisode , © Benjamin François

Discographie sélective

  • "De la mer du Nord à la Thuringe", 2020, Label G, orgue Ahrend, église des Jésuites, Porrentruy. À retrouver ici.
  • "Du Grand Siècle aux Lumières", orgue de Sainte-Ursanne, avec plain-chant. À retrouver ici.

Programmation musicale

Samuel Capricornus
Protector in Te Sperantium Deus, Theatrum musicum, pour haute-contre, ténor, basse, quatre basses de viole et basse-continue
La Chapelle Rhénane, Benoît Haller, ténor et direction
CHRISTOPHORUS

Eustache Du Caurroy
Fantaisie sur "Une jeune Fillette"
Gabriel Wolfer

Jehan Titelouze
Exultet coelum laudibus, 3 versets

Johann Sebastian Bach
« Jesu, meine Freude » BWV 1105 ; « Ach Herr mich armen Sünder » BWV 742 - Chorals de la Collection Neumeister

Johannes Brahms
O Traurigkeit, o Herzeleid op. 122

Michel Radulescu
« Da Jesu an dem Kreuze stund », Choral de la Passion

Johannes Pachelbel
Ciaconna in D (ré majeur), tirée du recueil « Hexachorum Apollinis »

Rendez-vous dimanche prochain à 8h pour la cinquième étape de notre randonnée au "Pays des Orgues". Nous resterons à Belfort en compagnie de l'organiste Jean-Charles Ablitzer afin de découvrir les autres richesses de la commune.

L'équipe de l'émission :