Mardi 15 janvier 2013
1h 25mn

Scott LaFaro, avec Riccardo Del Fra

Scott LaFaro, avec Riccardo Del Fra
Scott LaFaro, avec Riccardo Del Fra

Aujourd'hui nous allons nous intéresser à une comète de la galaxie jazz, le contrebassiste Scott LaFaro, qui a d'autant plus marqué les esprits que son passage dans le paysage a été fulgurant. Et cela, pour des raisons tragiques, puisque le jeune bassiste s'est tué dans un accident de voiture à l'âge de vingt-cinq ans, en juillet 1961, alors qu'il était en pleine gloire. Originaire de la côte Est, Scott LaFaro était issu d'une famille de musiciens, et il a tout de suite baigné dans cet univers, même s'il a mis un certain temps à trouver son instrument. Pourtant, une fois le choix de la contrebasse entériné, il est rapidement devenu le plus grand virtuose de son époque, au point qu'il se voyait demandé de toute part, dans des registres esthétiques très divers. Ainsi, au moment de sa disparition, tout en participant au quartette de Stan Getz, il se partageait entre les groupes du pianiste Bill Evans et du saxophoniste Ornette Coleman. Chez l'un comme chez l'autre, il investissait l'espace musical de son talent révolutionnaire, qu'il s'agisse de l'interaction qu'il contribuait à propager au sein du trio d'Evans aux côtés du batteur Paul Motian, ou de la réactivité et de l'intuition qu'il savait partager dans les petites formations réunies par Ornette. Ce matin, en compagnie de Riccardo Del Fra, que j'ai le plaisir d'accueillir une nouvelle fois dans cette émission, nous nous pencherons bien sûr sur ces enregistrements historiques où figure Scott LaFaro, mais nous essaierons aussi de percer quelques petits secrets de son art, en l'écoutant en amont, encore en devenir, faisant son miel du jeu de ses aînés comme Paul Chambers ou Red Mitchell, lorsque Scott était le partenaire apprécié de Victor Feldman, Herb Geller, Stan Kenton ou Hampton Hawes, en Californie comme à Chicago ou à New York.

Invités

Riccardo Del Fra

Riccardo Del Fra est né à Rome en février 1956. Il étudie la contrebasse au conservatoire de Frosinone où Franco Petracchi et Franco Noto sont ses professeurs. Il mène en parallèle des études de sociologie à l'université de Rome.
L'orchestre de la RAI (Radio Télévision Italienne) fait appel régulièrement au jeune contrebassiste qu'il est pour les concerts jazz et les enregistrements, notamment pour de nombreuses musiques de films.

L'Italie
Il se produit avec diverses formations de musiciens italiens (le pianiste Enrico Pieranunzi, le saxophoniste Maurizio Giammarco, le batteur Roberto Gatto, le trompettiste Oscar Valdambrini, le tromboniste Dino Piana). Il accompagne aussi des jazzmen américains de passage en Italie et en Europe puis au
Japon, aux Etats-Unis et un peu partout dans le monde.
Il joue aux côtés de très nombreux solistes (Art Farmer, Dizzy Gillespie, Art Blakey, Sonny Stitt,
James Moody, Lee Konitz, Tommy Flanagan, Kai Winding, Clifford Jordan, Horace Parlan, Joe
Diorio, Kenny Wheeler, Paul Motian, Dave Liebman,
Vernell Fournier, etc.). Il est également le contrebassiste titulaire de divers groupes (Barney Wilen, Bob Brookmeyer, Johnny Griffin, Toots Thielemans, Michel Herr, Charles Loos).
Fin 1979, il joue à Rome avec le trompettiste Chet Baker. Rencontre décisive, puisqu'il va l'accompagner pendant neuf ans, en Europe et au Japon pour de longues tournées, des radios, des télévisions.
De cette collaboration, naîtront douze disques,
des vidéos, le film Chet's Romance de Bertrand Fèvre, et Chet Baker trio live in London at Ronnie Scott's.
De Chet Baker, Riccardo dit : « Il a influencé ma manière de jouer et d'écrire. De la qualité du son dans la rondeur avec un très léger vibrato dans le sustain, à une relation directe avec la vocalité dans tout geste instrumental, de la recherche de construction de longues phrases traversant les harmonies à une pensée quasi constante de la respiration et du silence.»

La France
Au début des années 80, installation à Paris, où il fait alors partie d'une section rythmique très
active avec le pianiste Alain Jean-Marie et le batteur Al Levitt, tout en continuant à jouer avec Chet Baker et Michel Graillier (piano).
En 1989, Riccardo Del Fra dédie à Chet, disparu en mai 1988, son disque A Sip Of Your Touch, une série de duos avec Art Farmer, Dave Liebman, Enrico Pieranunzi, Rachel Gould et Michel Graillier (Grand prix Fnac 1989). Ce disque est réédité en janvier 2007 chez Nocturne (Plus loin music) et à nouveau récompensé (Choc Jazzman, Disque d'émoi Jazzmag).
Après la disparition de Chet, il se consacre à l'étude de la composition. Dans les années 90, le tromboniste et compositeur Bob Brookmeyer, dont il a suivi les classes de composition à Cologne, l'invite à faire partie de son quartet. Ils tourneront ensemble et enregistreront le CD Paris Suite (Grand Prix de l'Académie du Jazz en 1994).

Les rencontres
Eclectique et sans a priori, Riccardo Del Fra l'est et le revendique. Il fait des incursions dans la musique contemporaine, aime autant Charlie Parker que Gustav Mahler, John Coltrane que Ligeti, Debussy, Alban Berg, Henri Dutilleux ou Tôru Takemitsu, compositeur japonais qu'il chérit particulièrement. L'ensemble 2e2m de Paul Mefano a fait appel à lui pour des concerts et l'enregistrement d'un disque de musiques de Tôru Takemitsu (CD Tree Line, Rain Coming ; Assai-222182). Il écrit plusieurs oeuvres où le jazz et l'improvisation rencontrent une écriture exigeante : Silent Call, pour quartet de jazz et orchestre à cordes, créé au Théâtre de la Ville de Paris en 1993 ; Inner Galaxy, pour saxophone ténor soliste, contrebasse et quatuor de violoncelles, créé à Anvers, en 1995, pour le Festival des Flandres.
En 1996, c'est à la musique traditionnelle qu'il mêle ses cordes. La rencontre avec la chanteuse bretonne Annie Ebrel donnera vie à un duo très particulier et à une création au Théâtre de Quimper, Douar Glizh, puis l'enregistrement de Voulouz Loar - Velluto di Luna, "Choc" du Monde de la Musique et "Diapason d'or" de l'année 1999. En 2001, le duo s'entoure d'invités : Paolo Fresu (tp), Laurent Dehors (cl), Kuljit Bhamra (tabla) et Jean-Luc Landsweerdt (d) pour créer Flouradenn à Paris, au Théâtre de la Ville (Abbesses).

Le cinéma
Si la musique a toujours été présente dans la vie de Riccardo, le cinéma a également nourri son enfance et sa jeunesse. «Ma mère adorait le cinéma et beaucoup de ses musiques...et dans les années 60, la télé italienne passait un nombre incroyable de films dès 11 heures. On se préparait, on attendait, c'était comme un rituel ». Lorsqu'il jouait avec l'orchestre de la RAI, il a participé à des enregistrements de musiques de films comme La Cité des femmes, avec le souvenir de Fellini non loin de lui dans le studio, qui supervisait le travail de Louis Bacalov, le compositeur qui venait de succéder à Nino Rota ; La Peau de Liliana Cavani (musique de Lalo Schifrin) et d'autres signées Ennio Moricone, Piero Umiliani, Gianni Ferrio, etc.
Depuis plusieurs années, il compose à son tour pour le 7e Art, et particulièrement pour le cinéaste Lucas Belvaux. Il a écrit la musique des films : Pour rire avec Ornella Muti et Jean-Pierre Léaud, (1996) ; la Trilogie (2002) constituée des films : Un couple épatant /Cavale/Après la vie, prix Louis Delluc, La Raison du plus faible (2005), sélection officielle du Festival de Cannes 2006, Rapt (2009) ou pour la télévision Mère de toxico (2000), Nature contre nature (2005). Et en 2007, toujours pour Lucas Belvaux, Les Prédateurs (4 h de film sur “l’Affaire Elf”). La Cinémathèque française lui a donné une carte blanche en mars 2008. Il est aussi régulièrement sollicité pour créer (et jouer) la musique de films muets (au musée d’Orsay en février 2008 dans le cadre d’un festival du cinéma muet).

L’enseignement
En septembre 2004, il a été nommé responsable du Département Jazz et Musiques Improvisées au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP), où, en 1998, il avait pris la succession, comme enseignant, du contrebassiste Jean-François Jenny-Clark. Sa volonté de décloisonner et le désir d’élargir les champs d’actions et d’interactions sont au coeur de son travail au conservatoire (comme dans sa propre musique). Il aime construire des passerelles, aménager des rencontres entre les mondes du jazz et les mondes du classique et du contemporain qui semblent parfois éloignés « mais qui, dit-il, peuvent avoir les mêmes exigences et partager les mêmes rêves en réalité ».
Il initie bon nombre de collaborations avec d’autres disciplines du CNSMDP, la danse par exemple, ainsi que des master classes ouvertes à des personnalités provenant d’univers très différents. Le pianiste Michael Levinas sur l’oeuvre pianistique de Claude Debussy, Alain Mabit sur Olivier Messiaen ou encore le compositeur Denis Cohen sur l’orchestration. Il accueille des musiciens de jazz, mais représentant des esthétiques différentes (Joey Baron, Enrico Rava, Alain Jean-Marie, André Villégier, Bruno Chevillon, Archie Shepp, Barry Guy, Henri Texier, Daniel Humair, Louis Sclavis, François Jeanneau, Michel Portal, Bernard Lubat, Marc Ducret, Ran Blake, Billy Hart, Dave Liebman, Tim Berne, Vince Mendoza, Gil Goldstein Jim McNeely, Adam Nussbaum, Ralph Alessi, Jeff Ballard, Danilo Perez…). Des journalistes, des directeurs de festivals ou de lieux de diffusion sont aussi invités afin de donner aux jeunes musiciens une ouverture sur le monde du travail et une meilleure connaissances des aspects techniques de la profession. Pour Riccardo « ce que nous transmettons aux jeunes musiciens passe évidemment par la technique, le style, l’histoire, le répertoire, mais nous devons aussi être à leur écoute, veiller à leur potentiel créatif et les aider à grandir. "Le professeur" est un musicien actif et l’étudiant est un futur collègue. L’ouverture, la disponibilité et l’humilité sont essentielles. Il est nécessaire de savoir écouter les autres et soi-même – l’importance de ce qui est dit, ou non-dit, ce qui est écrit ou non écrit, ce qui est suggéré et/ou sous-jacent dans la conception d’une oeuvre musicale écrite ou improvisée ».
En 2003, Riccardo Del Fra a été nommé Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres par le ministère de la Culture et de la Communication. En 2005, il constitue le Jazoo Project, un sextet composé de jeunes musiciens issus pour la plupart du Conservatoire, avec lequel il enregistre Roses & Roots. Disque-voyage, souvenir de lieux et d’êtres qui ont jalonné sa route musicale, Roses & Roots a été largement récompensé (4Jazzman, Disque d’émoi Jazzmag, R10 Classica-Repertoire, 4 f Télérama, 4 Le Monde de la Musique...). Riccardo a reçu, en novembre 2006, le Django d’Or du “Musicien confirmé”, la plus haute des distinctions décernée dans le monde du jazz. L’Académie du Jazz lui a décerné, en janvier 2008, le prix du “Meilleur musicien européen”.
En 2009, Riccardo Del Fra écrit Sky changes - Tree thrills pour l’Ensemble Intercontemporain et le saxophoniste Dave Liebman. Ces deux pièces ont été créées à la Cité de la Musique à Paris par l’Ensemble sous la direction de Susanna Mälkki le 12 mars 2009, et ont été jouées en octobre 2010 à la Manhattan School of Music de New York par le Chamber Jazz ensemble et Tactus et Dave Liebman. Ce concert a été enregistré pour un disque, Sky Changes, à paraître en 2012 (Jazzheads).

Actualités et projets
En août 2011, le festival Jazz in Marciac a accueilli sa création My Chet My Song, avec Roy Hargrove à la trompette, Pierrick Pedron au sax alto, Bruno Ruder au piano, Billy Hart à la batterie, lui-même à la contrebasse et l’orchestre du Conservatoire de Toulouse. Dans cet hommage à Chet Baker, enregistré par la chaîne de télévision Mezzo, Riccardo Del Fra a écrit et conçu un univers sonore où les standards prennent une épaisseur et un velouté nouveaux grâce à une orchestration qui fait croiser les voix – jazz et classiques – dans un frisson soyeux, fluide et lumineux. A l'issue de cette création est né le quintette
My Chet My Song (Airelle Besson à la trompette,
Pierrick Pedron, Bruno Ruder et Billy Hart) qui poursuit la revisitation du monde poétique et magnétique de Chet au travers des compositions et arrangements de
Riccardo.
Son activité de leader donne naissance à divers projets : les trios Intime In Time (avec Glenn Ferris et Alain Jean-Marie), Rendez-vous (franco-italien) (avec le saxophoniste Maurizio Giammarco et Bruno Ruder, le
sextet Jazoo Project ; des créations avec le clarinettiste John Ruocco ou en trio avec le pianiste Marc Copland et le batteur Billy Hart. En janvier 2011, le pianiste Danilo Perez invite Riccardo à jouer dans son festival, le Panama Jazz Festival à Panama City. Naît ainsi un groupe, Amanap, que Riccardo partage avec de jeunes musiciens français issus du conservatoire : Yoann Durant aux saxophones, Bastien Ballaz au trombone, Romain Clerc-Renaud au piano et Julien Loutelier à la batterie.

site personnel Riccardo Del Fra

Programmation musicale

Cy Coleman (1929-2004)
Witchcraft (Bill Evans « The Complete Riverside Recordings »)
Bill Evans, piano; Scott LaFaro, contrebasse; Paul Motian, batterie
12RCD 018-228 déc 1959

Paul Denniker / Andy Razaf
S'posin' (Victor Feldman « The Arrival of Victor Feldman » )
Victor Feldman, vibraphone; Scott LaFaro, contrebasse; Stan Levey, batterie
Contemporary OJC 2682janvier 1958

Vince Guaraldi (1928-1976)
Ginza Samba (Stan Getz & Cal Tjader « Getz / Tjader Sextet »)
Stan Getz, , Cal Tjader, Vince Guaraldi, Eddie Duran, Scott LaFaro,Billy Higgins
Fantasy OJC20 275-28 février 1958

Hampton Hawes (1928-1977) / Harold Land (1928-2001)
For Real (Hampton Hawes & Harold Land « For Real ! »)
Hampton Hawes, Harold Land, Scott LaFaro, Frank Butler
Contemporary OJCCD-713-217 mars 1958

John Klenner (1899-1955) / Sam Lewis (1885-1959)
Just Friends (Harold Land « Jazz At the Cellar 1958 »)
Harold Land, Elmo Hope, Scott LaFaro, Lenny McBrowne
LoneHill Jazz LHJ 10291novembre 1958

Frank Rosolino (1928-1978)
Onilosor (Pat Moran « Complete Trio Sessions »)
Pat Moran, Scott LaFaro, Gene Gammage
Fresh Sound FSR-CD 440décembre 1958

Cole Porter (1891-1964)
It's All Right With Me (Marty Paich Big Band « The Modern Touch »)
George Roberts, Victor Feldman, Bob Evevoldsen, Stu Williamson, Scott LaFaro
Marty Paich Big Band
LoneHill Jazz LHJ 101861959

Bernie Miller
Bernie's Tune (Stan Kenton « Orchestra in Concert »)
Lennie Niehaus, saxophone alto et Scott LaFaro, contrebasse
Stan Kenton Orchestra
Hindsight Records HCD 612mars 1959

Jule Styne (1905-1994) / Stephen Sondheim (né en 1930)
Cow Song (Herb Geller & His All Stars « Play Gypsy »)
Herb Geller, Thad Jones, Billy Taylor, Scott LaFaro, Elvin Jones
Atco Records 33-109fin 1959

Tony Scott (1921-2007)
Misery (To Lady Day)
Tony Scott, Bill Evans, Scott LaFaro, Paul Motian
Sunnyside SSC 1015-Doctobre 1959

Joseph Kosma (1905-1969) / Johnny Mercer (1909-1976)
Autumn Leaves (Bill Evans « The Complete Riverside Recordings »)
Bill Evans, piano; Scott LaFaro, contrebasse; Paul Motian, batterie
12RCD 018-228 déc 1959

Gunther Schuller (né en 1925)
Abstraction (Ornette Coleman « Beauty Is A Rare Thing / The Complete Atlantic Recordings »)
Coleman, Hall, Brehm, LaFaro, Evans, The Contemporary String Quartet
Gunther Schuller, arrangement et direction
Atlantic R2 7141019 déc 1960

Ornette Coleman (né en 1930)
Free Jazz (Ornette Coleman « Free Jazz »)
Cherry, LaFaro, Higgins, Dolphy, Hubbard, Haden, Blackwell
Atlantic 781 347-2 1364-221 déc 1960

John Carisi (1922-1992)
Israel (Bill Evans « Explorations »)
Bill Evans, piano; Scott LaFaro, contrebasse; Paul Motian, batterie
Riverside 99.9042 février 1961

Bill Evans (1929-1980)
Waltz For Debby (Take 2) (Bill Evans Trio « Waltz For Debby »)
Bill Evans, piano; Scott LaFaro, contrebasse; Paul Motian, batterie
Riverside OJC Remasters 088807232326125 juin 1961

Scott LaFaro (1936-1961)
Gloria's Step (Bill Evans Trio « Sunday At the Village Vanguard »)
Bill Evans, piano; Scott LaFaro, contrebasse; Paul Motian, batterie
Riverside VDJ-151925 juin 1961

L'équipe de l'émission :