Mercredi 16 janvier 2013
1h 25mn

Debussy : 3 chansons de Bilitis avec Karine Deshayes, mezzo-soprano

Debussy : 3 chansons de Bilitis avec Karine Deshayes, mezzo-soprano
Debussy : 3 chansons de Bilitis avec Karine Deshayes, mezzo-soprano

Bilitis illustré par Edmund Blair

Prochains enregistrements :


Vendredi 18 janvier 2013 au Studio 105

14h : Schubert, Sonate D959 (2)
diffusion mercredi 30 janvier

16h30: Brahms, Quintette op.34 (1&2)
avec la participation du Quatuor VOCE
diffusion mercredi 6 février 2013

19h : Brahms, Quintette op.34 (3&4)
avec la participation du Quatuor VOCE
diffusion mercredi 13 février 2013


Jeudi 24 janvier 2013 au Studio 105

15h : Hommage à Roger MURARO

diffusion mercredi 27 février 2013.

17h30 : Mozart, Concerto K466 en ré mineur (1)

diffusion mercredi 6 mars 2013


Mardi 12 février 2013 au Studio 106

15h : Spéciale Dominique MERLET, à l'occasion de ses 75 ans

diffusion mercredi 20 février 2013.


Concert de KARINE DESHAYES- PHILIPPE CASSARD sur le thème d'une autre modernité.
Le jeudi 18/04/2013 à 20h00
MUSEE D'ORSAY Musee D'orsay
1 rue de la Légion d'Honneur 75007 PARIS
Mélodies de Gioachino Rossini, Charles Gounod, Georges Bizet, Henri Duparc et Maurice Ravel.


Générique de " Notes du traducteur ": "Warum",
Extrait de "Fantasiestücke Op.12"(1837)
de Robert Schumann,
interprétée par Philippe Cassard.
Ce disque est édité chez AMBROISIE sous la référence AMB9961 (2004)


Quelques Chansons de Bilitis (Pierre LouYs)


Les Chansons de Bilitis furent publiés en 1894: il s'agit prétendument d'une traduction due à Pierre LouYs de l'œuvre d'une poétesse antique fictive, à qui LouYs attribue des poèmes sulfureux et passionnés (Source wikipédia)

LA FLUTE DE PAN
Pour le jour des Hyacinthies, il m'a donné une syrinx faite de roseaux bien taillés, unis avec de la blanche cire qui est douce à mes lèvres comme du miel.

Il m'apprend à jouer, assise sur ses genoux ; mais je suis un peu tremblante. Il en joue après moi, si doucement que je l'entends à peine.

Nous n'avons rien à nous dire, tant nous sommes près l'un de l'autre ; mais nos chansons veulent se répondre, et tour à tour nos bouches s'unissent sur la flûte.

Il est tard, voici le chant des grenouilles vertes qui commence avec la nuit. Ma mère ne croira jamais que je suis restée si longtemps à chercher ma ceinture perdue.


LA CHEVELURE

Il m'a dit : « Cette nuit, j'ai rêvé. J'avais ta chevelure autour de mon cou. J'avais tes cheveux comme un collier noir autour de ma nuque et sur ma poitrine.

« Je les caressais, et c'étaient les miens ; et nous étions liés pour toujours ainsi, par la même chevelure la bouche sur la bouche, ainsi que deux lauriers n'ont souvent qu'une racine.

« Et peu à peu, il m'a semblé, tant nos membres étaient confondus, que je devenais toi-même ou que tu entrais en moi comme mon songe. »

Quand il eut achevé, il mit doucement ses mains sur mes épaules, et il me regarda d'un regard si tendre, que je baissai les yeux avec un frisson


LE TOMBEAU DES NAIADES

Le long du bois couvert de givre, je marchais ; mes cheveux devant ma bouche se fleurissaient de petits glaçons, et mes sandales étaient lourdes de neige fangeuse et tassée.

Il me dit : « Que cherches-tu ? — Je suis la trace du satyre. Ses petits pas fourchus alternent comme des trous dans un manteau blanc. » Il me dit : « Les satyres sont morts.

« Les satyres et les nymphes aussi. Depuis trente ans il n'a pas fait un hiver aussi terrible. La trace que tu vois est celle d'un bouc. Mais restons ici, où est leur tombeau. »

Et avec le fer de sa houe il cassa la glace de la source où jadis riaient les naïades. Il prenait de grands morceaux froids, et, les soulevant vers le ciel pâle, il regardait au travers.


L'ARBRE

Je me suis dévêtue pour monter à un arbre ; mes cuisses nues embrassaient l'écorce lisse et humide ; mes sandales marchaient sur les branches.

Tout en haut, mais encore sous les feuilles et à l'ombre de la chaleur, je me suis mise à cheval sur une fourche écartée en balançant mes pieds dans le vide.

Il avait plu. Des gouttes d'eau tombaient et coulaient sur ma peau. Mes mains étaient tachées de mousse, et mes orteils étaient rouges, à cause des fleurs écrasées.

Je sentais le bel arbre vivre quand le vent passait au travers ; alors je serrais mes jambes davantage et j'appliquais mes lèvres ouvertes sur la nuque chevelue d'un rameau.

Invités

Karine Deshayes

Site officiel de Karine Deshayes

Programmation musicale

Pierre LouYs (Auteur) Claude Debussy
Trois chansons de Bilitis La flûte de Pan - La chevelure -Le tombeau des naïades .
Karine Deshayes (Soprano) Philippe Cassard (Piano)
Enregis. studio 105 Radio France 14/12/12

Debussy
Pelléas et Mélisande
Maria Ewing (Soprano) José van Dam (Baryton-Basse)
Wiener Philharmoniker
Claudio Abbado
DGG 4353442

Musique de théâtre pour Psyché de Gabriel Mourey (Acte 3, sc.1)
La flûte de Pan (Syrinx) pour flûte seule
Irène Jacob (récitante) Philippe Bernold (flûte en or Brannen Cooper )
Harmonia Mundi 901647

Debussy
Musique de scène pour Les Chansons de Bilitis
Philippe Bernold, Mathieu Dufour (Flûtes traversières) Irène Jacob (Récitante)
Ariane Jacob (Célesta) Isabelle Morati (Harpe)
Harmonia Mundi 901647

LouYs / Debussy
La Flûte de Pan
Victoria de los Angelos (Soprano) Gerald Moore (Piano)
EMI Classics 5650612

LouYs / Debussy
La chevelure
Irène Joachim (Soprano) Jane Bathori (Piano)
Aeon 12151948

LouYs / Debussy
Le tombeau des naïades
Suzanne Danco (Soprano) Guido Agosti (Piano)
TESTAMENT SBT 1289

Ravel
La flûte enchantée de Shéhérazade
Karine Deshayes (Mezzo- Soprano)
Orchestre Philharmonique du Luxembourg
Emmanuel Krivine
Zig Zag Territoire 311

L'équipe de l'émission :