Mardi 27 novembre 2012
1h 25mn

Betty Carter, avec Sara Lazarus

Betty Carter, avec Sara Lazarus
Betty Carter, avec Sara Lazarus

Aujourd'hui, c'est à une grande voix que nous allons nous intéresser, Betty Carter. Elle est certes moins aimée que ses consœurs du triangle d'or, Billie Holiday, Ella Fitzgerald et Sarah Vaughan, et sans doute moins reconnue que son amie Carmen McRae, qui était aussi sa première admiratrice. Pourtant Betty Carter occupe une place à part dans le cœur des amateurs comme des musiciens, qui admirent l'originalité de sa démarche. Lancée dans le grand bain dès avant ses vingt ans, engagée par Lionel Hampton alors qu'elle ne rêve que de bebop, Betty Carter fait montre dès le milieu des années 50 d'une formidable énergie et d'un sens de l'urgence qui s'épanouissent particulièrement dans le cadre de ses trios successifs, où se révèleront Ray Bryant, Harold Mabern, John Hicks, Mulgrew Miller, Cyrus Chestnut ou encore Geri Allen, pour ne parler que des pianistes. Sur des standards totalement réinventés comme sur des compositions personnelles qu'elle arrange avec force breaks d'une prodigieuse efficacité, Betty Carter impose son phrasé mélodique unique, souvent loin du modèle, en agrémentant son propos d'un système d'ornementations éminemment original. Quant à ses improvisations en scat, elles révèlent un vocabulaire tout aussi personnel, qui aime se déployer dans la durée, jusqu'à de longues formules de conclusion sur une même suite d'accords que l'on retrouve en abondance dans une discographie qui fait la part belle aux enregistrements de concert. Et pour évoquer cette figure maîtresse du chant jazz, j'ai le plaisir de recevoir une nouvelle fois dans cette émission la chanteuse Sara Lazarus, qui est déjà venue la saison passée pour se pencher avec nous sur le style de Sarah Vaughan et sur celui de Carmen McRae, aujourd'hui Sara Lazarus vient compléter le tableau d'honneur des chanteuses qui l'ont inspirée avec ce portrait de Betty Carter.

Invités

Sara Lazarus

Sara Lazarus nait à Wilmington (Delaware), qui est aussi la ville natale de Clifford Brown. C'est par les comédies musicales que Sara Lazarus découvre très jeune les standards de jazz. À 8 ans, elle prend des cours de piano. Elle apprend ensuite le saxophone ténor et joue dans l'orchestre de son collège, dans sa ville natale. À 16 ans, elle intègre l'American Youth Jazz Band comme saxophoniste ténor et chanteuse, et fait avec ce groupe une tournée européenne qui se termine au Festival de Jazz de Montreux en 1980 [1].

Elle poursuit ses études, en littérature anglaise, à Harvard et rentre dans l'orchestre de jazz de l'université. Illinois Jacquet, qu'elle rencontre alors, l'encourage dans la voie du chant et lui propose de se joindre à sa formation comme chanteuse. Down Beat, l'un des principaux magazines américains consacrés au jazz, la sacre "Meilleur(e) soliste en jazz vocal (niveau université)".

Après ses études, Sara Lazarus s'installe en France, et participe à de nombreux festivals européens: Jazz in Marciac, Crest Jazz Vocal, festival de Montlouis-sur-Loire, Braga Jazz, et le JVC Jazz Festival Paris. Elle se produit avec les musiciens comme Alain Jean-Marie, Jacky Terrasson, Manuel Rocheman, Franck Amsallem, Dominique Lemerle, Riccardo Del Fra, Gilles Naturel et Andrea Michelutti.

En 1994, elle remporte le premier prix du concours international Thelonious Monk[2], dont le jury compte Jon Hendricks, Shirley Horn, Cleo Laine, Abbey Lincoln, Dianne Reeves et Jimmy Scott. À l'occasion de la remise des prix, Sara Lazarus participe à une jam session avec Herbie Hancock, Ron Carter, Grady Tate, Kenny Burrell, Jimmy Heath et Clark Terry.

En novembre 2000, elle participe au projet de Patrice Caratini et son Jazz Ensemble, centré sur la musique de Cole Porter, et à son disque « Anything Goes ».

En mars 2005, l'accueil enthousiaste de la critique comme du public pour son disque Give Me the Simple Life établissent sa réputation, qu'elle confirme lors de tournées en France et dans le reste de l'Europe, notamment dans les grands festivals de jazz.

Sara Lazarus met sa « voix sobre et délicate » au service de sa spontanéité, sa tendresse et son sens communicatif du swing.

Programmation musicale

Richard Rodgers, Oscar Hammerstein
Surrey with A Fringe on Top
Betty Carter, Norman Simmons, Lisle Atkinson, Al Harewood
Roulette 600210Décembre 1969

Andy Gibson, Roy Alfred
The Hucklebuck
Betty Carter, Benny Bailey, Lionel Hampton
Lionel Hampton and his orchestra
Dreyfus Jazz FDM 36735-210 mai 1949

Paul Hampton et Ben Kynard
Red Top
King Pleasure, Betty Carter, Charlie Ferguson, Eddie Lewis, Ed Swanston (...)
Prestige OJC20 217-212 déc. 1952

B. Hagner / J. Canning
Tell Him I Said Hello
Betty Carter, Ray Bryant, Wendell Marshall, Philly Joe Jones
Columbia 485099 213 mai 1955

Richard Rodgers, Lorenz Hart
Thou Swell
Betty Carter, Ray Bryant, Wendell Marshall, Philly Joe Jones
Columbia 485099 213 mai 1955

Richard Rodgers, Lorenz Hart
I Could Write A Book
Miles Davis, John Coltrane, Red Garland, Paul Chambers, Philly Joe Jones
Prestige CDJZD 00326 octobre 1956

Richard Rodgers, Lorenz Hart
I Could Write A Book
Betty Carter, Jerome Richardson, Ray Bryant, Wendell Marshall, Philly Joe Jones
Columbia 485099 213 mai 1955

Victor Young, Edward Heyman
When I Fall In Love
Betty Carter, Paul Bley, Henry Grimes, Roy McCurdy
RLR 8863719 sep. 1963

Richard Rodgers, Oscar Hammerstein
My Favorite Things
Betty Carter, Harold Mabern, Bob Cranshaw, Roy McCurdy
Capitol Jazz CDP 0777 7 88702 2 4Avril 1964

Thelonious Monk, Babs Gonzales
'Round Midnight
Betty Carter, Norman Simmons, Lisle Atkinson, Al Harewood
Roulette 600210Décembre 1969

Ralph Blane, Hugh Martin
The Trolley Song
John Hicks, Curtis Lundy, Kenny Washington
Verve 589 778-26 au 9 Déc.1979

Michel Legrand, Eddie Barclay, Eddy Marnay
La Valse des lilas
Michel Legrand, voix, piano et direction
Polygram 830 878 21964

Michel Legrand, Eddie Barclay, Johnny Mercer
Once Upon a Summertime
Mulgrew Miller, Chris McBride, Lewis Nash
Verve 513 870-225-26 mai 1992

Geri Allen
Feed the Fire
Betty Carter, Geri Allen, Dave Holland, Jack DeJohnette
Verve 523 600-230 octobre 1993

Betty Carter
Tight
Betty Carter, Danny Mixon, Buster Williams, Chip Lyles
Verve 843 274-21976

Betty Carter
Open the Door
John Hicks, Curtis Lundy, Kenny Washington
6 au 9 Dec.1979

Betty Carter
I Can't Help It
Betty Carter, Danny Mixon, Buster Williams, Chip Lyles
Verve 843 274-21976

Betty Carter
Droppin' Things
Freddie Hubbard, Craig Handy, Betty Carter, Marc Cary, Tarus Mateen (...)
Verve 843 991-225-26 mai 1990

Basheer Quisim (pseudonyme de Gigi Gryce) , Jon Hendricks
Social Call
Betty Carter, Bernie Glow, Nick Travis, Conte Candoli, Urbie Green (...)
Gigi Gryce, arrangement, direction
Columbia 485099 225

Frank Loesser
Baby, It's Cold Outside
Betty Carter, Ray Charles
Dunhill Compact Classics DZS03913-14 juin 1961

Bob Haggart, Johnny Burke
What's New
Betty Carter, Carmen McRae, Eric Gunnison, Jim Hughart, Winard Harper
Verve 314 529 579-21er fév. 1987

L'équipe de l'émission :