Samedi 29 août 2015
59 min

En direct du studio 107, avec Renaud Machart (2/2)

France Musique en direct du studio 107 avec Emmanuelle Bertrand, Hervé Billaut et Baptiste Trotignon

Les Invités :

Emmanuelle Bertrand 603
Emmanuelle Bertrand 603

Emmanuelle Bertrand

, violoncelle
*Elue Artiste de l’année 2011 par le magazine Diapason et les auditeurs de France Musique, Diapason d’Or de l’année pour son disque Le violoncelle parle, Emmanuelle Bertrand a été révélée au grand public par une Victoire de la Musique en 2002. Formée par Jean Deplace et Philippe Muller dans les Conservatoires Nationaux Supérieurs de Musique de Lyon et de Paris, lauréate du Concours International Rostropovitch, elle remporte le Premier Prix du Concours de Musique de Chambre du Japon à Tokyo en 1996, le Prix de l’Académie Internationale Maurice Ravel, et devient lauréate de la Fondation d’Entreprise Natexis.

En 1999, sa rencontre avec le compositeur Henri Dutilleux est déterminante : « Son interprétation m’a immédiatement comblé par la transparence de la sonorité, la rigueur rythmique, la perfection technique, le brio du jeu. Je n’hésite pas à dire qu’il s’agit pour moi d’une véritable révélation ».

Son goût pour la création contemporaine lui a permis de créer des œuvres dont elle est aussi dédicataire et parmi lesquelles figurent celles d’Edith Canat de Chizy, de Pascal Amoyel, de Bernard Cavanna (Shanghai Concerto). En 1997, elle crée au Japon la Quatrième Suite pour violoncelle seul de Nicolas Bacri, et en 2000, elle donne en première audition mondiale la dernière œuvre pour violoncelle seul de Luciano Berio : Chanson pour Pierre Boulez. En 2002, elle s’est vue décerner le Grand Prix de la Critique par le Syndicat Professionnel de la Critique Dramatique et Musicale récompensant la « Révélation Musicale de l’Année ».

Passionnée de musique de chambre, membre de l’ensemble des Violoncelles français, elle se produit en duo avec le pianiste Pascal Amoyel. En 2005-2006, ils créent ensemble le concert théâtral Le Block 15, mis en scène par Jean Piat, qui restitue les témoignages de deux musiciens sauvés par la musique lors de la seconde guerre mondiale. Son nouveau spectacle, Maurice Maréchal : Carnets de guerre, rend hommage au grand violoncelliste français. Ces deux programmes font l’objet d’une adaptation pour la télévision française.

En tant que soliste, on a pu l’entendre avec l’Orchestre Symphonique du Grand Montréal, l’Orchestre National d’Ukraine, l’Orchestre Symphonique d’Etat de Moscou, le BBC National Orchestra of Wales, l’Orchestre Symphonique de Busan (Corée), l’Orchestre Musica Vitae de Suède, l’Orchestre Symphonique de Québec, l’Orchestre Symphonique de la RTV de Slovénie, l’Orchestre Symphonique de Wuhan, les Orchestres Nationaux de Lille, d’Ile de France, de Lorraine, les Orchestres Philharmoniques de Strasbourg, de Monte Carlo…

Ses enregistrements parus chez harmonia mundi en solo et en duo avec le pianiste Pascal Amoyel ont tous été distingués par la critique nationale et internationale : Cannes Classical Award, Diapason d’Or de l’année, Choc de Classica, ffff de Télérama 10 de Répertoire-Classica…

Emmanuelle Bertrand est Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres et dirige le Comité Artistique du Festival de Violoncelle de Beauvais.

  • (Source : emmanuelle-bertrand.com) Prochain concert :
    Festival Classique Au Vert à Paris, le 06 septembre à 16h
    Eternity
    Quatuor Hermès
    Emmanuelle Bertrand, violoncelle
    Antonin DVORAK, Quatuor américain à cordes n°12, Op. 96, mouvements 1-2-4
    Franz SCHUBERT, Quintette à deux violoncelles en ut majeur, D. 956

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Hervé Billaut 603
Hervé Billaut 603

Hervé Billaut ©Jin Ho Kim

Hervé Billaut

, piano
*Pianiste discret qui mène pourtant une brillante carrière internationale. Moins médiatique que nombre de ses confrères, ce 3e Grand Prix du Concours Marguerite Long en 1983 ne sème pourtant en chemin que des pépites. Après une intégrale remarquée d’Iberia d’Albéniz chez le même éditeur, il récidive avec un disque consacré à des œuvres pour piano de Fauré qui couvrent les différentes périodes de création du compositeur français. Avec le temps, Fauré s’est de plus en plus détaché du pittoresque et de la virtuosité pour accéder à une pensée débarrassée des oripeaux de la virtuosité et de la séduction encore présents dans les pièces de jeunesse. Hervé Billaut se fait le chantre d’un clavier pur, sans fioritures, qui sait avec intelligence allier grâce et vitalité – Thème et Variations op. 73 –, lyrisme contenu et angoisse pudique – Nocturnes, Préludes – mais aussi avec tact et souplesse rendre toute la substantifique moelle des pages plus proches de l’esprit de salon. Il serait dommage de ne pas prêter une oreille attentive à ce piano sans fard, marqué du sceau d’une sobriété toute patricienne et qui connaît son Fauré comme personne

  • (Source : hervebillaut.com) Prochain concert :
    Festival de l'Orangerie à Sceaux, le 30 août à 17h30
    Hervé Billaut, piano
    Raphaël Pidoux, violoncelle
    Patrick Messina, clarinette

    Alban Berg : 4 pièces pour clarinette et piano op.5
    Ludwig van Beethoven : Trio en sib majeur n°4 op.11
    Ludwig van Beethoven : Variations pour violoncelle
    Alexander Zemlinsky : Trio en ré mineur op.3


Baptiste Trotignon 603
Baptiste Trotignon 603

Baptiste Trotignon

, piano
*Né en 1974, il commence le piano à l'age de 8 ans. Adolescent, il découvre le jazz et l'improvisation qu'il apprend en autodidacte. En 1994, il est à la fois pianiste et comédien dans le film d'Alain Corneau "Le Nouveau Monde", et un an plus tard, décide de s'installer à Paris. Il monte en 1998 son trio avec Clovis Nicolas (contrebasse) et Tony Rabeson (batterie) et signe avec le label indépendant Naïve: ses deux premiers albums "Fluide" et "Sightseeing" le révèlent, à 26 ans, comme l'un des plus spectaculaires, complets et séduisants pianistes de la nouvelle génération. Il se voit alors décerner plusieurs récompenses: Django d'Or, Prix Django Reinhardt de l'Académie de Jazz, Révélation française aux Victoires du Jazz 2003, et il obtient également en 2002 le Grand Prix du Concours International Martial Solal. Suivent à partir de 2003 deux albums en piano solo, tous deux grandement salués par la presse et le public ("Solo" et "Solo II"), et Baptiste commence alors à être présent sur la plupart des grandes scènes françaises et internationales: Salle Pleyel, Marciac, Montréal, Vienne, Nice, Montreux, Toronto, La Roque d'Anthéron, Piano aux Jacobins... A partir de 2005 il entame une période de collaboration musicale avec le saxophoniste David El-Malek qui donnera naissance à deux albums en quartet, ainsi qu'avec Aldo Romano (dont l'album "Flower power", reprises de chansons pop des années 70).

Au cours des années suivantes il multiplie les rencontres éclectiques tout en continuant à développer une musique résolument ouverte et bouillonnante: concerts en duo avec des improvisateurs de haut vol comme Tom Harrell, Brad Mehldau ou encore avec les pianistes classiques Nicholas Angelich et Alexandre Tharaud; direction artistique de soirées-hommages à Edith Piaf et Claude Nougaro à Montreux; musique de film pour le "Sartre" de Claude Goretta; tournées à l'orgue Hammond B3 avec le "Trouble shootin'" de Stefano Di Battista…

Début 2009 sort le premier album "américain" de Baptiste, "Share", enregistré à New-York. Il y retrouve Eric Harland et y réunit Tom Harrell (légende vivante et inimitable de l'histoire du jazz) et Mark Turner. L'album est un succès et sera suivi d'un Live survolté enregistré à Londres ("Suite…"-2010) . Dans les mois qui suivent il en écrit une version avec orchestre à cordes et vents créée au Festival Jazz in Marciac.

La Sacem lui décerne en novembre son Grand Prix du Jazz 2011.

En 2012, outre plus de 80 concerts en France et Europe ainsi qu'en Asie, Baptiste sort à l'automne un album étonnant et audacieux intitulé "Song Song Song" où il évoque son amour de la voix et invite une belle poignée d'artistes à se joindre à lui, dont Miossec (avec qui il co-écrit 2 titres) et Melody Gardot. A la même période est créé son Concerto pour Piano "Different Spaces" par Nicholas Angelich, Commande de l'Orchestre National de Bordeaux Aquitaine, première pièce orchestrale d'envergure totalement écrite et sans improvisation, accueillie avec beaucoup d'enthousiasme et pour laquelle Baptiste est nommé aux Victoires de la Musique Classique 2014 en tant que Compositeur de l'année. Il développe cette nouvelle facette de son travail également dans le domaine de la musique de chambre: Quatuor à Cordes "Empreintes", Sonate pour Flûte et Piano…

Après un album acoustique de ballades réalisé en duo avec le saxophoniste Mark Turner ("Dusk is a quiet place", 2013), le jeune quadragénaire présenté par "Le Monde" comme "Une leçon, un modèle, la perfection de A à Z" revient en 2014 à l'art du trio avec "Hit", avec à ses côtés son fidèle partenaire Thomas Bramerie et le maitre américain du groove Jeff Ballard.

  • Prochains concerts :
    • 16 octobre Chailles ( 41 )
    • 17 octobre Janvry ( 51 )
    • 23 & 24 octobre Paris-Sunside, avec Minino Garay
    • 21 novembre Créteil - "Alcools" PREMIERE
    • 22 novembre Eragny : Jazz au fil de l'OIse, Duo avec Minino Gara
    • 5 décembre St Omer ( 62 ), avec Minino Garay
    • 13 décembre Paris-TCE, avec Natalie Dessay

Sortie disque : le 11 septembre sur le label n a ï v e
BAPTISTE TROTIGNON & NICOLAS ANGELICH
**"CONCERTO POUR PIANO : DIFFERENT SPACES" **


Programmation musicale :

Ernest Bloch :
Prière
Supplication
Chanson juive

Emmanuelle Bertrand, violoncelle
accompagnée par Hervé Billaut, piano Henri Dutilleux :
Première strophe sur le nom de Sacher
Emmanuelle Bertrand, violoncelle

Paul Dukas :
La plainte, au loin, du Faune
Le « scherzo », 3ème mouvement, de la Sonate : Vif et léger
Hervé Billaut, piano

Baptiste Trotignon
Trois Préludes pour piano seul :
1er : Moderato
3ème : Largo

Baptiste Trotignon, piano

Baptiste Trotignon
Jazz
Baptiste Trotignon, piano

L'équipe de l'émission :