Lundi 15 septembre 2014
1h 9mn

Les invités : Franck Chevalier et Zhao Yun Peng

Respectivement altiste et violoniste du Quatuor Diotima, ils évoquent la prochaine création du Quatuor, le 28 septembre à l’Abbaye de Royaumont.

Le billet d'Arnaud Merlin

«Contrairement aux apparences, ou aux idées reçues, la musique contemporaine connaît aujourd’hui en France une période plutôt faste, en tout cas en ce qui concerne la formidable vivacité de sa production. Sans même parler de la qualité des interprètes, les compositeurs sont nombreux, ils viennent d’un peu partout dans le monde, avec leurs propres références, leurs propres envies et leur talent personnel. A tel point qu’il semble difficile désormais de dresser une typologie quelque peu fiable de la situation si l’on veut s’en tenir à des critères purement esthétiques. Chaque année, la session de composition de Royaumont nous apporte ainsi son lot de surprises - comme autrefois le centre Acanthes, aujourd’hui réincarné en Manifeste à l’Ircam. C’est peut-être dans cet entre-deux entre l’actualité la plus brûlante et le recul des années que la référence à quelques grands maîtres reste particulièrement pertinente. On peut aujourd’hui regarder, écouter, questionner différemment les différents acteurs de la célèbre génération née aux alentours de 1925. Certains d’entre eux sont encore parmi nous, à commencer par Pierre Boulez - nos invités du quatuor Diotoma ont pu travailler avec lui ; d’autres sont un peu écartés du paysage – je pense à Klaus Huber qui fêtera le 30 novembre prochain son 90e anniversaire dans une indifférence quasi générale - ; et puis il y a tous ceux qui nous ont quittés, et que les programmes de concerts n’honorent pas suffisamment. On se réjouit donc à l’avance de l’affiche que propose cette année le Festival d’Automne autour de la personnalité de Luigi Nono, lui aussi né en 1924, mais disparu trop tôt en 1990. Bien sûr, nous en reparlerons dans cette émission, et nous irons enregistrer plusieurs concerts du festival, mais d’ores et déjà je voulais célébrer cette belle affiche en y associant une toute récente parution de disque, un bel enregistrement proposé par l’ensemble vocal Exaudi et son chef James Weeks. Ils y associent des pièces de Wolfgang Rihm et de Luigi Nono, Nono qui a mis en musique ce splendide poème de Cesare Pavese, Sara dolce tacere, il sera doux de se taire…»

Luigi Nono (1924-1990)
Sarà dolce tavere (extrait)
Exaudi
James Weeks, direction
Enr. 2009
Wolfgang Rihm / Luigo Nono « Passion Texts »
æon AECD 1441

Le reportage de Pierre Rigaudière

Louis Andriessen à la Ruhrtriennale 2014
Heiner Goebbels proposait, pour sa dernière année en tant que directeur artistique de la Ruhtriennale, un week-end d’ouverture assez spectaculaire, avec notamment la re-création en grand format d’un opéra quasi oublié depuis sa création en 1989, De Materie (La matière) du compositeur néerlandais Louis Andriessen. Heiner Goeebels et Louis Andriessen commentent, chacun de leur point de vue, leurs points communs : goût pour les orchestres de rue dans leurs jeunes années, rôle tutélaire de Brecht et Eisler, aspiration à un théâtre musical capable de s’affranchir des frontières entre les formes d’expression artistique. Peter Rundel, qui dirigeait à l’occasion de cette reprise l’Ensemble Modern Orchestra, donne un aperçu des difficultés techniques de sa mission dans le contexte de cet impressionnant lieu aux dimensions hors-normes qu’est la Kraftzentrale de Duisbourg, ancien site industriel.

Louis Andriessen
Extraits de De Materie
Avec Susan Narucki, James Doing, Cindy Oswin, Gertrude Thoma
Netherlands Chamber Choir
Schönberg Ensemble et Asko Ensemble
Reinbert de Leeuw, direction
Nonesuch 7559-79367-2

Les invités : Franck Chevalier et Zhao Yun Peng du Quatuor Diotima

Fondé par des lauréats des conservatoires de Paris et de Lyon, le quatuor prend son nom de l’oeuvre de Luigi Nono Fragmente-Stille, an Diotima, affirmant ainsi son engagement en faveur de la musique de son temps.

Le Quatuor Diotima est le partenaire privilégié de nombreux compositeurs (Helmut Lachenmann,Pierre Boulez, Brian Ferneyhough, Toshio Hosokawa…) et commande régulièrement de nouvelles pièces à des compositeurs tels qu’Alberto Posadas, Gérard Pesson, Emmanuel Nunes, James Dillon, Oskar Bianchi ou encore Miroslav Srnka. Le Quatuor ne néglige pas pour autant le répertoire classique du quatuor à cordes, portant une attention particulière aux derniers quatuors de Beethoven, à la musique française et au répertoire du début du XXe siècle.

Depuis sa création, le Quatuor s’est produit sur la scène internationale et a joué dans la plupart des festivals et séries de concerts européens (Philharmonie et Konzerthaus de Berlin, Konzerthaus de Vienne, Reina Sofia Madrid, Cité de la musique, Wigmore Hall…). Il a réalisé de nombreuses tournées aux États-Unis, en Asie (Chine, Corée, Japon) en Australie et en Amérique du Sud.

Lauréat de plusieurs concours internationaux (concours de Londres, Berlin), il reçoit régulièrement le soutien de l’Institut français, de la Spedidam et de Musique Nouvelle en Liberté. Il est également soutenu par la Drac et la Région Centre pour sa présence en région Centre.

Son premier disque (Lachenmann/Nono) a reçu le Coup de coeur de l’Académie Charles Cros ainsi qu’un Diapason d’or de l’année 2004 dans la catégorie « découverte ». Sa discographie inclut les deux quatuors de Janácek (Diapason d’or 2008), les quatuors de Lucien Durosoir (Choc du Monde de la musique), le concerto pour quatuor et orchestre de Schoenberg (mdr Leipzig), le cycle d’Alberto Posadas Liturgia Fractal (Kairos, Diapason d’or), l’oeuvre pour quatuor de Toshio Hosokawa (Neos), un disque Chaya Czernowin (Wergo) et un album avec Thomas Larcher (ECM). Son enregistrement des quatuors d’Onslow (2009) a été un grand succès critique (Diapason d’or, Événement du mois de Diapason, Excepcional de Scherzo…). Il a été suivi d’un second disque consacré à Berg, Schoenberg et Webern, avec la participation de Sandrine Piau et de Marie-Nicole Lemieux.

Site du Quatuor Diotima
En savoir plus sur le concert du 28 septembre à l'abbaye de Royaumont

Programmation musicale :
Anton Webern (1883-1945)
Passacaille pour orchestre op. 1
Orchestre Philiharmonique de Berlin
Herbert von Karajan
, direction
Enr. 1974 (Berlin)
Deutsche Grammophon 457 760-2

Helmut Lachenmann (né en 1935)
Quatuor à cordes n° 2 « Reigen seliger Geister » (extrait)
Quatuor Diotima
Enr. 2003
« Lachenmann / Nono »
Assai 222492

Mikel Urquiza (né en 1988)
Belarretan
Bertrand Chavarria-Aldrete, guitare électronique
Enr. 7 mars 2014
Enregistrement fourni par le compositeur

► Réécoutez le concert diffusé en première partie de soirée dans les Lundis de la contemporaine : De Rerum Mechanica, la mécanique sonore de l'ensemble CBarré

Sur le même thème

Les invités :
L'équipe de l'émission :