Lundi 5 octobre 2015
1h 35mn

L'invitée : Unsuk Chin

La compositrice vient annoncer les concerts des 9 et 10 octobre à la Maison de la Radio dans le cadre du Festival d’Automne.

Le billet d'Arnaud Merlin

Unsuk Chin est à l’affiche du festival d’automne ces jours-ci, avec notamment une série de concerts qui auront lieu vendredi 9 et samedi 10 octobre ici-même à la Maison de la Radio. Unsuk Chin est venue en Europe il y a trente ans pour travailler avec György Ligeti, en Allemagne, et elle s’y est installée depuis lors, à Hambourg dans un premier temps, puis à Berlin. Ligeti lui-même avait fait le voyage une trentaine d’années plus tôt d’Est en Ouest, de sa Transylvanie natale et de la Hongrie sous tutelle du réalisme socialiste, vers l’Allemagne de l’Ouest. La réédition cette semaine du « Ligeti Project », paru à l’origine chez Teldec permet de se souvenir de ce passage de frontière en 1956, et, par la même occasion, de pouvoir écouter sur pièces d’où venait le compositeur, notamment à traverfs une œuvre antérieure, son concerto roumain de 1951, encore très marqué par les musiques folkloriques de Transylvanie, en voici le premier mouvement, noté « andantino », enregistré en 2001 par le Philharmonique de Berlin dirigé par Jonathan Nott…

György Ligeti (1923-2006)
Concert românesc – I. Andantino
Berliner Phlharmoniker
Jonathan Nott
, direction
Enr. 2001 (Berlin)
« The Ligeti Project »
Warner Classics 0825646028580

Le reportage de Pierre Rigaudière

Musique-Mythe-Nature

Paru pour la première fois en 1983, réédité et traduit, l’ouvrage clé de François-Bernard Mâche était de longue date épuisé. En voici une troisième édition en français, accompagnée d’un très utile CD d’exemples qui vient en enrichir la lecture. Cet ouvrage essentiel, qui défend la place des mythes dans la création, envisagés comme des schèmes psychologiques profonds, en amont des mythologies qu’ils ont engendré, pose par voie de conséquence la question des universaux. Considérée comme particulièrement audacieuse, voire scandaleuse au début des années 80, la thèse qui prêtait un sens musical aux animaux, et plus particulièrement aux oiseaux, a aujourd’hui fait son chemin, et la zoomusicologie initiée par François-Bernard Mâche s’est consolidée.

La critique du primat de l’historicité dans la création contemporaine, comme l’appel à reconsidérer l’art à la lumière de la relation de l’homme à son environnement naturel, donnent aussi à ce livre une valeur de manifeste, qui trouve directement son pendant dans la musique du compositeur.

Illustrations musicales :
Oeuvres de François-Bernard Mâche :
Kassandra (1977) pour orchestre et bande
Ensemble du Nouvel Orchestre Philharmonique
Boris de Vinogradov
, direction
INA-GRM

Aulodie (1983) pour clarinette et sons enregistrés
Armand Angster, clarinette
L’empreinte digitale

Sopiana (1980) pour flûte, piano et chants d’oiseaux
Cécile Daroux, flûte
Emmanuelle Bouillot, piano
Loreley

Korwar (1972) pour clavecin et bande
Elisabeth Chojnacka, clavecin
Erato

Taranis (2005) pour récitant, chœur et orchestre
Chœur et Orchestre Philharmonique de Radio France
Alexander Briger
, direction
Enregistrement Radio France

L'invitée : Unsuk Chin

►Le Festival d'Automne à Paris consacre un portrait à la compositrice Unsuk Chin, les 9 et 10 octobre à la Maison de la Radio. Informations et réservations sur le site du Festival d'Automne.
► Ce portrait sera suivi par un concert-rencontre le 27 novembre à la Cité de la Musique.

Unsuk Chin s’initie très jeune au piano et à la théorie musicale. Elle entre à l’Université nationale de Séoul où elle suit des cours de composition avec Sukhi Kang jusqu’en 1985. Elle se produit comme pianiste aux Pan Music Festivals. Sa composition Gestalten est retenue pour les journées mondiales de la musique de la Société internationale de musique contemporaine au Canada en 1984 et pour la Tribune internationale des compositeurs de l’Unesco à Paris. Une bourse du DAAD lui permet de suivre l'enseignement de György Ligeti à l’académie de musique de Hambourg de 1985 à 1988. Depuis 1988, elle vit à Berlin.

Ses pièces sont jouées dans de nombreux festivals et cycles de concerts principalement au Royaume-Uni, en Allemagne, en France, en Corée du Sud, en Finlande, en Scandinavie. Akrostichon-Wortspiel (1991), programmé dans de nombreux pays, est interprété par l’Ensemble Modern, le Birmingham Contemporary Music Group, le Nieuw Ensemble, l’Ensemble Asko, l’Ensemble Ictus, l’Orchestre philharmonique de Los Angeles et l’Orchestre Philharmonia. Spektra gagne le Grand prix du Concours international Gaudeamus d'Amsterdam en 1985, Santika Ekataka, le Premier prix du concours d'œuvres pour orchestre en commémoration du cinquantenaire du gouvernement de Tokyo en 1993.

Unsuk Chin est compositrice en résidence pour l’Orchestre symphonique de Berlin en 2001-2002 et reçoit une commande pour son Concerto pour violon, créé en janvier 2002 à la Philharmonie de Berlin par Viviane Hagner, sous la direction de Kent Nagano. Suivront plusieurs concertos : un Double Concerto pour piano, percussion et ensemble (2002), Šu pour sheng et orchestre (2009), un Concerto pour violoncelle (2006-2008, révisé en 2011).

Parmi ses autres œuvres figurent un cycle d'études pour piano (1995-2003), un quatuor avec bande ParaMetaString, commande du Kronos Quartet (1996), plusieurs pièces pour ensemble, parmi lesquelles les scènes de rue Gougalon (2009-2011), Fantaisie mécanique (1997), Xi (1998) et la Fanfare chimérique (2011), créées par l'Ensemble intercontemporain, Rocaná pour orchestre (2008), créé par Kent Nagano à Montréal, cosmigimmicks créé en 2012 au Muziekgebouw d'Amsterdam.

De grandes pièces avec voix solistes – Miroirs des temps, commande de la BBC pour l’Ensemble Hilliard et l’orchestre philharmonique de Londres (1999-2001), Kalá, co-commande par les orchestres symphoniques de la Radio danoise, de Gothenburg et d’Oslo (2000), Cantatrix Sopranica, commande du London Sinfonietta, pour deux sopranos, contre-ténor et ensemble (2004-2005) – sont suivies d'Alice au Pays des Merveilles, opéra d'après Lewis Carroll créé à l’Opéra de Bavière à Munich en juin 2007.
Biographie issue du site de l'Ircam

► Programmation musicale :
Unsuk Chin (née en 1961)
Gougalon - Scenes from a Street Theatre for ensemble – I. Dramatic Opening of the Curtain
New York Philharmonic
Alan Gilbert, direction
Document du compositeur

**♫ Unsuk Chin (née en 1961)
Three movements from « Cantatrix Sopranica for two sopranos, countertenor and ensemble » - Cis n’est pas Ces, Con tutti i Fantasmi, Echo Shadow Canon
Anu et Piia Komsi, sopranos
David Cordier, contreténor
MusikFabrik
Stefan Asbury**, direction
Document du compositeur

**♫ Unsuk Chin (née en 1961)
Cosmigimmicks - a musical pantomime for ensemble
Nieuw Ensemble
Celso Antunes**, direction
Document du compositeur

**♫ Unsuk Chin (née en 1961)
Double Concerto pour piano préparé, percussion et ensemble
Dimitri Vassilakis, piano
Samuel Favre, percussion
Ensemble Intercontemporain
Stefan Asbury**, direction
Document du compositeur

**♫ Unsuk Chin (née en 1961)
Su, pour sheng et orchestre
We Wie, sheng
Orchestre Philharmonique de Séoul
Myung-Whun Chung**, direction
Document du compositeur

**♫ Unsuk Chin (née en 1961)
Concerto pour piano – III.
Sunwook Kim, piano
Orchestre Philharmonique de Séoul
Myung-Whun Chung**, direction
Document du compositeur

**♫ Unsuk Chin (née en 1961)
Graffiti pour ensemble – III. Passacaglia
MusikFabrik
Peter Rundel, ** direction
Document du compositeur

**♫ Unsuk Chin (née en 1961)
Concerto pour clarinette – III.
Kari Kriikku, clarinette
Orchestre symphonique de la WDR
Brad Lubman**, direction
Document du compositeur

► Réécoutez pendant 30 jours le concert diffusé en première partie de soirée dans les Lundis de la contemporaine : Musica #3 : L’Ensemble Linea joue Lachenmann et Cendo

Sur le même thème

Les invités :
L'équipe de l'émission :