Le magazine de la contemporaine
Magazine
Lundi 2 mars 2015
1h 1mn

L'invité : Pierre-André Valade

Le chef d’orchestre évoque le concert Murail/Dufourt qu'il dirigera le 6 mars à Radio France.

L'invité : Pierre-André Valade
Pierre-André Valade © Guy Vivien (gauche) et Claude Dufêtre (droite)

Le billet d'Arnaud Merlin

« Né en février 1915, il aurait eu cent ans ces jours-ci : qui se souvient aujourd’hui de Marcel Landowski ? Le compositeur eut pourtant son heure de gloire dès les années 50 avec son opéra Le Fou, et de nouveau dans les années 80 avec une autre partition lyrique, Montségur. Mais force est de dire que notre siècle ignore sa musique, et que son nom reste attaché à des réalisations moins directement artistiques. Nommé par le ministre André Malraux à la direction de la musique en 1966, Marcel Landowski y oeuvra avec ténacité à l’organisation et à la structuration de la vie musicale dans l’Hexagone. Le spectacle vivant, avec la création de l’orchestre de Paris et le réseau des orchestres et des théâtres lyriques en régions, et l’enseignement, avec la structure pyramidale des conservatoires et la mise en place des horaires aménagés, doivent beaucoup à son action. Certes, les temps ont changé, mais on ne peut s’empêcher de penser que cette manière de penser sur la durée possédait quelque vertu. On sait les dissensions qui opposèrent Landowski à certaines personnalités, Pierre Boulez en tête : les deux hommes étaient sans doute trop différents pour s’entendre, et le Boulez des années 60 n’était pas disposé à transiger. Et l’on vit aussi les limites de ses réformes, lorsqu’une autre vision de la politique culturelle s’imposa dans les années 80, sous la tutelle de Maurice Fleuret, directeur de la musique de Jack Lang. Mais Fleuret lui-même construisit ces nouveaux édifices sur les fondations conçues par ses prédécesseurs, Landowski en tête. Un ouvrage vient de paraître, sous la signature de NoémiLefebvre, et une journée d’étude intitulée : « Marcel Landowski : l’invention d’une politique musicale », se tient mardi 17 mars, au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob, à Paris. On se saurait trop recommander à nos décideurs d’aller y faire un tour, histoire de ne pas oublier définitivement les bâtisseurs, à l’heure où l’on accorde volontiers les permis de démolition… »

Marcel Landowski (1915-1999)
Messe de l’Aurore – VII. Amen
Ian Caley, ténor
Choeur de l’Orchestre Colonne
Orchestre Colonne

Pierre Cao, direction
Enr. 1988 (Paris)
Erato 2292-45528-2

Le reportage de Pierre Rigaudière

Januibe Tejera au Festival Présences

Le compositeur brésilien Januibe Tejera réside depuis plusieurs années en France. Dans le contexte d’un festival qui braque ses projecteurs sur « Les deux Amériques », la création de sa pièce Flashforward II pour ensemble et sons fixés offre un point de vue particulièrement intéressant. Loin d’un exotisme facile et d’une couleur locale « latino », le compositeur n’entend pas non plus renier ses racines. Il nous propose une autre façon de faire dialoguer son double héritage.

♫ Januibe Tejera
Flashforward II
Ensemble TM+
Laurent Cuniot
, direction
Extraits enregistrés en répétition et en concert.

L'invité : Pierre-André Valade

Le compositeur dirigera le 6 mars l'Orchestre Philharmonique de Radio France et le pianiste Pierre-Laurent Aimard à l'Auditorium de la Maison de la Radio, pour un programme autour de la musique spectrale. Nous y entendrons Le Désenchantement du monde de Tristan Murail en création française et Le Passage du Styx d’après Patinir de Hugues Dufourt en création mondiale.
Le concert du 6 mars sur le site de la Maison de la Radio.

Depuis près de vingt-cinq ans, Pierre-André Valade mène une active carrière de chef-invité et se produit dans de nombreux pays. Il co-fonde en 1991 l’ensemble Court-circuit, dont il restera le directeur musical pour seize années, jusqu’en janvier 2008, puis il prend les fonctions de Chef principal d’Athelas Sinfonietta Copenhagen pour cinq saisons, de septembre 2009 à juin 2014. Il devient en 2013 principal chef-invité de l’Ensemble Orchestral Contemporain.

Pierre-André Valade fait ses débuts symphoniques en 1996 avec la Turangalîla Symphonie d’Olivier Messiaen au Festival of Perth (Australie), à la tête du West Australian Symphony Orchestra. Il reçoit alors de nombreuses invitations en Europe, parmi lesquelles celle du Bath International Music Festival où il dirige pour la première fois le London Sinfonietta dont il est depuis un invité fréquent. C’est à la tête de cet ensemble qu’il participe à l’hommage à Pierre Boulez au South Bank Centre de Londres en 2000 pour le 75° anniversaire du compositeur, qu’il se produit au Festival de Sydney, et qu’il dirige, notamment aux Proms de Londres, Theseus Game de Harrison Birtwistle, œuvre pour deux chefs et grand ensemble dont il donne la création mondiale en novembre 2003 à Duisburg avec Martyn Brabbyns, à la tête de l’Ensemble Modern de Francfort.

Avec ce même Ensemble Modern, il enregistre Theseus Game pour la firme allemande Deutsche Grammophon et participe en septembre 2004 au Festival de Lucerne. Son enregistrement d’œuvres de Hugues Dufourt à la tête de l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg en 2008 reçoit un diapason d’Or de l’année ainsi qu’un "Choc" du Monde de la Musique. En 2013, son enregistrement en concert de Interludium de Vitold Lutosławski avec le Polish National Radio Symphony Orchestra est choisi pour figurer sur le CD rassemblant les nombreux hommages à ce compositeur pour le centenaire de sa naissance

Si Pierre-André Valade dirige régulièrement les plus importants ensembles européens dévoués au répertoire du XXe siècle, on le retrouve également à la tête de grandes formations symphoniques dans des œuvres majeures du répertoire (Mahler, Debussy, Ravel, Wagner, Stravinsky, Bartók…). Il s’est ainsi produit à la tête du Philharmonia Orchestra, tout d’abord pour le cinquantième anniversaire du Royal Festival Hall à Londres en 2001, puis en 2003, 2004 et 2006. Il a également dirigé les solistes de la Philharmonie de Berlin à l’Osterfestspiele Salzburg (Festival de Pâques de Salzbourg), l’Orchestre de la Tonhalle de Zürich, l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg, le B.B.C. Symphony Orchestra, le Göteborgs Symfoniker, l’Orchestre Philharmonique de Radio-France, l’Orchestre Symphonique de Montréal, ou encore le Sinfonieorchester Basel, l’Orchestre Symphonique de la Radio Nationale de Pologne Katovice, le Tokyo Philharmonic, et d’autres orchestres de premier plan.

Son concert donné en août 2008 à la tête du Tokyo Philharmonic a été salué comme l’un des trois concerts de l’année 2008 au Japon. Il reçoit la même année le Grand Prix de l’Académie Charles Cros dans la catégorie "chef d’orchestre" où il est seul nommé, pour plusieurs de ses enregistrements discographiques. En 2013, il est l’invité de l’Opéra d’Oslo pour une production de Khairos, opéra du compositeur norvégien Knut Vaage, et de l'Opera North (Irlande du Nord) pour une production très remarquée de The Importance of being Earnest de Gerald Barry.

En 2014 il fait ses débuts avec l’Orchestre Philharmonique de Séoul et l’Orchestre de la Scala de Milan.

Site internet de Pierre-André Valade

Programmation musicale :
** Philippe Leroux (né en 1959)
Plus loin (extrait)
**
Orchestre Philharmonique de Radio France
Pierre-André Valade, direction
Enr. 2001
Nocturne NTCD358

** Tristan Murail (né en 1947)
Le Partage des eaux (extrait) pour grand orchestre (1995-1996)
**
BBC Symphony Orchestra
Pierre-André Valade, direction
Enr. 2002
Aeon AECD 1222

** Hugues Dufourt (né en 1943)
Surgir (extrait)
**
Orchestre Philharmonique du Luxembourg
Pierre-André Valade, direction
Enr. 2006 (Luxembourg)
Timpani 1C1112

► Réécoutez pendant 30 jours le concert diffusé en première partie de soirée dans les Lundis de la contemporaine : Festival Présences #10 : Markeas, Griffin, Tejera et Alvarez par les ensembles TM+ et Tambuco

Sur le même thème

Les invités :
L'équipe de l'émission :