Le magazine de la contemporaine
Magazine
Lundi 27 octobre 2014
1h

L'invité : Philippe Schœller

Le compositeur Philippe Schœller évoque sa partition pour "J’accuse" de Abel Gance, le 8 novembre à la salle Pleyel (Paris 8ème) avec le Philharmonique de Radio France.

L'invité : Philippe Schœller
Le compositeur Philippe Schœller / L'affiche originale du film "J'accuse" de Abel Gance

Le billet d'Arnaud Merlin

« On le sait de longue date, musique et politique font bon ménage, et l’opéra ne fait pas exception, bien au contraire : de par l’expression scénique, la faculté narrative et le propos dramaturgique que le genre sous-tend, l’art lyrique fait souvent son miel de situations complexes qui impliquent un certain discernement et un goût prononcé pour la psychologie. Comme la bonne littérature, l’opéra n’est jamais aussi pertinent que lorsqu’il touche aux questions les plus sensibles en s’appuyant sur des histoires individuelles. Emblématiques, parfois, tels les mythes de la tragédie grecque, ou plus triviaux, quand le livret s’inspire de faits réels, plus ou moins récents. Le compositeur américain John Adams, souvent en tandem avec le metteur en scène Peter Sellars, est passé maître dans cet art difficile, faisant sien des sujets polémiques. La controverse qui entoure ces jours-ci la nouvelle production de son opéra « The Death of Klinghoffer », au Metropolitan Opera de New York, en témoigne avec violence : d’un côté, des manifestations houleuses qui dénoncent le parti pris supposé des auteurs de cet ouvrage qui met en scène la prise d’otage par des Palestiniens en 1985 d’un navire de croisière et le meurtre d’un retraité juif américain, Leon Klinghoffer. Les protestations ont déjà porté leurs fruits puisque Peter Gelb, le directeur du Met, a dû renoncer à inclure l’œuvre dans son offre de diffusion sur grand écran dans des cinémas du monde entier. Mais elles n’auront pas réussi à perturber la tenue des représentations new-yorkaises, au grand soulagement du compositeur, qui affirme haut et fort que son opéra « traite la mémoire de Klinghoffer avec dignité » et qu’il « condamne son exécution brutale ». « Il reconnaît au même titre les rêves et les souffrances des peuples israélien et palestinien, et ne tolère ni ne promeut aucune forme de violence, terrorisme ou antisémitisme », ajoute John Adams dans une déclaration au Wall Street Journal. Comme souvent aux Etats-Unis, la meilleure réponse à l’obscurantisme et à l’intolérance tient sans doute en ces quelques mots que le Met a choisis pour sa campagne de communication sur l’opéra de John Adams : « Venez le voir. Vous déciderez après »... »

John Adams (né en 1947)
The Death of Klinghoffer – Acte II scène 2 (extrait)
Sheila Nadler, Marilyn Klinghoffer
Orchestre de l’Opéra de Lyon
Kent Nagano
, direction
Enr. 1992
Nonesuch Records

Le reportage de Pierre Rigaudière

Quai Ouest de Régis Campo à l’Opéra national du Rhin

L’adaptation à l’opéra d’un texte théâtral est souvent un défi qui, malgré ses risques, tente de nombreux compositeurs. Kristian Frédric, co-librettiste avec Florence Doublet et metteur en scène confronté pour la première fois à un opéra, commente les étapes de son travail sur cette production. Régis Campo retrace quant à lui une collaboration fructueuse au cours de laquelle ses impératifs de compositeur ont présidé à de nombreux choix tout en restant orientés par la logique dramaturgique.

♫ Extraits de Quai Ouest de Régis Campo
Orchestre symphonique de Mulhouse
Chœur de l’Opéra national du Rhin
Marcus Bosch
, direction
Enregistrement de l’Opéra national du Rhin

L'invité : Phillipe Schœller

►Le compositeur :
Né à Paris en 1957, le compositeur Philippe Schœller est doté dès son plus jeune âge d'une formation musicale solide comprenant l'enseignement du piano, du chant choral, de l'harmonie, du contrepoint, de l'analyse et de la direction d'orchestre. Il suit de 1982 à 1986 les cours de Pierre Boulez au Collège de France ainsi que ceux de Franco Donatoni et de Iannis Xenakis au Conservatoire et à l'École des Hautes Études de Paris. C'est au contact de Helmut Lachenmann, Henri Dutilleux, Elliott Carter et Wolfgang Rihm que se nouent des échanges particulièrement fructueux entraînant d'inévitables répercussions sur sa démarche compositionnelle.

Outre les « perceptions texturales » qu'il affectionne particulièrement, Philippe Schœller se montre en permanence soucieux du détail, que celui-ci se niche au cœur d'un orchestre foisonnant (Totems ) ou au sein d'une œuvre pour soliste extrêmement dépouillée (Hypnos Linéa ). Son travail s'adresse en effet à des formations très différentes pouvant inclure des moyens électroniques (Feuillages ). Également féru d'enseignement, Philippe Schœller donne de multiples conférences, enseigne l'analyse et la composition au Conservatoire national supérieur de Lyon et anime des master classes, notamment au sein de l'Ircam. C'est là qu'il réalise d'importants travaux sur la « synthèse sonore », avec pour finalité de produire une nouvelle lutherie qui soit à même de s'accorder avec son temps et avec les composantes traditionnelles de l'orchestre.

Compositeur en résidence auprès de l'Orchestre lyrique de région Avignon Provence au cours de la saison 2011-2012, Philippe Schœller est lauréat du concours international de composition Antidogma de Turin en 1984, du Prix Henri Dutilleux de Tours en 1990, de la Fondation Natixis - Banque Populaire - Crédit National en 1993-1997, du Prix Paul Gilson à l’unanimité en 2001 pour Totems et du Prix de la meilleure création instrumentale décerné par la Sacem en 2009 pour Tree to Soul, qui lui décerne aussi en 2012 le Prix de la meilleure musique de film pour L'exercice de l'Etat.

J'accuse de Abel Gance :
"Au sortir de la Première guerre mondiale, Abel Gance signe un film exalté et vengeur, J’accuse, plaidoyer contre la violence et la guerre. Ce film connaîtra une seconde version, parlante (1938), mais c’est la version originale de 1919 qui sera projetée le 8 novembre, Salle Pleyel. Elle sera accompagnée d’une partition de Philippe Schœ*ller* qui connaîtra à cette occasion sa création mondiale. « La guerre est une terreur absolue qu’Abel Gance transcende sans cesse en ouvrant les limites de la fresque, entre le naturalisme des scènes de tranchées, et la dimension hypnotique, onirique, quasi ‘chamanique’ de ce qui devient une danse macabre », explique le compositeur. L’Orchestre Philharmonique de Radio France sera dirigé par Frank Strobel."
Le samedi 8 novembre 2014 à la salle Pleyel (Paris). En savoir plus**

► Programmation musicale :
Philippe Schoeller (né en 1957)
Songs from Esstal numéro 3 pour soprano et grand orchestre
Orchestre Philharmonique de Radio-France
Barbara Hannigan, soprano
Jukka-Pekka Saraste, direction
Salle Pleyel , Paris, 7 juin 2013
Document du compositeur

Philippe Schoeller (né en 1957)
Cinq Totems, pour grand orchestre - 1. Saharien – allegro maestoso, 2. Cyclonal – andantino, électrique, 3. Stellaire – largo, paradoxal, 4. Météorique – vivo energico, 5. Glaciers – largo, exactement
Orchestre National de France
Pascal Rophé, direction
Enr. 2001 (Radio France)
Document du compositeur

Philippe Schoeller (né en 1957)
Songs from Esstal numéro 2 pour soprano et grand orchestre
Orchestre Philharmonique de Radio-France
Barbara Hannigan, soprano
Jukka-Pekka Saraste, direction
Salle Pleyel , Paris , 7 juin 2013
Document du compositeur

Sur le même thème

Les invités :
L'équipe de l'émission :