Lundi 8 juin 2015
1h 24mn

L'invité : Philippe Hurel

Le compositeur vient évoquer son œuvre et prolonger le concert diffusé en première partie d'émission.

Le billet d'Arnaud Merlin

«Comme tous les artistes, les compositeurs entretiennent des rapports souvent assez ambivalents avec les institutions de prestige. On en connaît qui tueraient père et mère pour porter l’habit vert, tandis que d’autres éclatent de rire à la moindre allusion à un quelconque Mérite agricole. Si l’on veut bien laisser de côté quelques mauvaises raisons, appétit de pouvoir, grenouillage, ambition mal placée, il faut sans doute admettre que l’attitude des uns et des autres traduit une relation diverse avec la tradition, l’inscription dans une histoire, le besoin de reconnaissance, surtout lorsque l’on est issu d’un milieu modeste, ou, pour les artistes étrangers, le bonheur de se voir lié à la culture française qu’ils admirent souvent depuis toujours. A titre personnel, j’avoue faire peu de cas des décorations et des épées d’académicien, mais je suis bien obligé de constater que chaque élection d’un compositeur à l’Académie des Beaux-Arts secoue démesurément le petit landerneau de la musique contemporaine. Et si l’on fait montre d’un certain scepticisme en face d’une telle brûlante actualité, on se voit rétorquer que nos chers académiciens ne chôment pas sous la coupole, qu’on leur doit nombre de bourses et de prix susceptibles d’accompagner l’éclosion des jeunes talents. Fort bien, je propose donc que l’on abandonne fanfreluches et colifichets, installation dans les fauteuils du quai Conti et discours d’éloge plus ou moins sincères aux prédécesseurs, et que l’on conserve en revanche le principe des aides, voire qu’on les augmente substantiellement en se débarrassant d’un folklore un peu coûteux pour notre époque ! En attendant cette hypothétique révolution de palais, mercredi prochain, le 10 juin, les compositeurs Jean Prodromidès, Laurent Petitgirard, François-Bernard Mâche, Edith Canat de Chizy, Charles Chaynes, Michaël Levinas et Gilbert Amy accueilleront au sein de la section de composition musicale un petit nouveau, un jeune quinquagénaire, l’organiste et compositeur Thierry Escaich, que l’on félicite, bien entendu !»

Thierry Escaich (né en 1965)
Claude (extrait) – Scène 3
Jean-Sébastien Bou, Claude
Rodrigo Ferreira, Albin
Orchestre de l’Opéra de Lyon
Jérémie Rohrer
, direction
Enr. mars 2013 à l'Opéra de Lyon
Thierry Escaich « Claude »
DVD Bel Air BAC 118

Le reportage de Pierre Rigaudière

Le festival Controtempo à la Villa Médicis

Le festival Controtempo, l’un des événements publics les plus visibles de l’Académie de France à Rome, propose le plus souvent la musique de compositeurs français et italiens. Si la sixième édition mettait à l’honneur le Franco-grec Georges Aperghis, et à travers lui le théâtre musical, la musique « pure » y était elle aussi représentée. À l’occasion de répétitions, nous rencontrons les musiciens du Quatuor Béla, les compositeurs Sebastian Rivas et Jérôme Combier, puis l’altiste Geneviève Strosser.

Illustrations musicales :
Sebastian Rivas
Stains on the carpet pour quatuor à cordes et contrebasse
Quatuor Béla
Florentin Ginot
, contrebasse
Jérôme Combier
Parler longuement de fantômes pour quatuor à cordes
Georges Aperghis
Quartet Movement
Quatuor Béla

Luciano Berio
Sequenza VI pour alto
Georges Aperghis
Uhrwerk
Helmut Lachenmann
Toccatina
Geneviève Strosser, alto
Extraits enregistrés en concert et en répétition

L'invité : Philippe Hurel

Compositeur né en 1955. Après des études au Conservatoire et à l’Université de Toulouse (violon, analyse, écriture, musicologie) puis au Conservatoire de Paris (composition et analyse dans les classes d’Ivo Malec et Betsy Jolas), il participe aux travaux de la Recherche musicale à l'Ircam en 1985/86 et 1988/89, et y enseignera dans le cadre du Cursus d’informatique musicale de 1997 à 2000. Il est pensionnaire de la Villa Medicis à Rome de 1986 à 1988, et prend la direction artistique de l’Ensemble Court-circuit en 1991. En 1995, il reçoit le Siemens-Stiftung-Preis à Münich pour ses Six Miniatures en Trompe-l’œil. Il entre en résidence à l’Arsenal de Metz et à la Philharmonie de Lorraine de 2000 à 2002, année où il reçoit le Prix Sacem des compositeurs, puis le Prix Sacem de la meilleure création de l’année en 2003 pour Aura. Depuis 2013, il est professeur de composition au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon.

Ses œuvres, éditées par Gérard Billaudot et Henry Lemoine, ont été dirigées notamment par Pierre Boulez, François Xavier Roth, David Robertson, Ludovic Morlot, Tito Ceccherini, Jonathan Nott, Esa Pekka Salonen, Pierre-André Valade, Kent Nagano, Christian Eggen, Lorraine Vaillancourt, Reinbert de Leeuw, Bernard Kontarsky…

Site du compositeur Philippe Hurel

**► Actualité : **

  • En avril 2014, son opéra Les pigeons d'argile, composé sur un livret de Tanguy Viel - mise en scène Mariame Clément, direction Tito Ceccherini - a été créé au Capitole de Toulouse qui en est le commanditaire. Juste après cette création, il entreprend la composition du dernier volet du cycle pour grand orchestre Tour à tour. Ce cycle est donné dans son intégralité le 5 juin 2015 à Radio France dans le cadre du festival Manifeste sous la direction de Jean Deroyer par l'orchestre Philharmonique de Radio France et l'Ircam qui en sont les commanditaires. Tour à tour fera aussi l'objet d'un enregistrement studio à Radio France.

  • Parallèlement, il compose Trait pour violon, commandé par MNL, qui constitue le dernier volet du cycle Traits pour violon et violoncelle qui sera joué pour la première fois dans son intégralité le 22 septembre à Paris, Salle Cortot, par Alexandra Greffin Kein et Alexis Descharmes.

  • Pour les 90 ans de Pierre Boulez, sa pièce pour violoncelle solo fut créée le 22 mars 2015 à la Philharmonie de Paris par Marc Coppey.

  • A la demande de l'ensemble Utopik qui fête ses 10 ans, il écrit une « chanson » pour soprano et ensemble, créée le 29 mai 2015 au théâtre Graslin de Nantes par Françoise Kubler et Utopik sour la direction de Michel Bourcier.

  • Ses prochaines pièces lui ont été commandées par l'Ensemble Recherche de Freiburg, l'Ensemble Nikel de Tel Aviv (commande de l'Etat français), le Quatuor Arditti/Wittener Tage für Neue Kammermusik, le Quatuor Diotima, et le Spectra Ensemble.

  • En 2015 sortira chez Motus un double CD qui regroupera les enregistrements de Phasis, Cantus, Traits, Plein-jeu, Interstices, œuvres interprétées par Elise Chauvin, Pascal Contet, Vincent David, Alexis Descharmes, Yejin Gil, Carol McGonnell, Alexandra Greffin-Klein et les ensembles Court-circuit et Argento Chamber Ensemble sous la direction de Jean Deroyer et Michel Galante.

► Programmation musicale :
Philippe Hurel (né en 1955)
Figures libres pour huit musiciens
Ensemble Court-circuit
Pierre-André Valade
, direction
Enr. 2004-2005
Philippe Hurel « Phonus »
Soupir / Plus Loin S217

Philippe Hurel (né en 1955)
Trait d’union
Alexandra Greffin-Klein, violon
Alexis Descharmes, violoncelle
Document du compositeur

Philippe Hurel (né en 1955)
Les Pigeons d’argile (extrait)
Gaëlle Arquez, Charlie
Aimery Lefèvre, Toni
Vannina Santoni, Patricia Baer
Vincent Le Texier, Bernard Baer
Sylvie Brunet-Grupposo, La Chef de la Police
Gilles Ragon, Pietro
Orchestre national et Chœur du Capitole
Tito Ceccherini
, direction
Mariame Clément, mise en scène
Enr. 2014 (Toulouse)
DVD à paraître

► Réécoutez pendant 30 jours le concert diffusé en première partie de soirée dans les Lundis de la contemporaine : Festival ManiFeste : "Tour à tour" de Philippe Hurel par l'Orchestre Philharmonique de Radio France sous la direction de Jean Deroyer

Sur le même thème

Les invités :
L'équipe de l'émission :