Lundi 29 juin 2015
54 min

L'invité : Christian Zanési

Le responsable du Groupe de Recherches Musicales vient évoquer l’ensemble de son œuvre.

Le billet d'Arnaud Merlin

« Quand on aime la musique, il n’est pas rare que l’on nourrisse un certain attachement à la radio. Et l’inverse est aussi vrai : les fous de radio sont souvent des mélomanes patentés. J’imagine donc que parmi les auditeurs de cette émission, il en est un certain nombre qui se passionnent pour la radio non seulement comme canal de diffusion, mais aussi comme lieu et outil de création. Un ouvrage vient de paraître chez L’Harmattan, qui fait le point sur la question du lien entre les compositeurs et l’art radiophonique : on le doit à Andrea Cohen, qui signa des portraits pour cette émission voici quelques années, et que l’on a plaisir à lire aujourd’hui. Pierre Schaeffer, John Cage, Luciano Berio et Mauricio Kagel bénéficient de longs développements, mais l’auteur cite également Luc Ferrari, qui était un proche de notre invité de ce soir, Christian Zanési. C’est l’occasion de se souvenir de l’œuvre de Luc Ferrari, disparu voici tout juste dix ans, au cours de l’été 2005… »

Luc Ferrari (1929-2005)
L’Escalier des aveugles – 13. La Nouvelle de l’escalier
Luc Ferrari « L’œuvre électronique »
INA G 6026

Le reportage de Pierre Rigaudière

Aracne de Hèctor Parra

En lien avec l’exposition Vélazquez qui a lieu jusqu’au 13 juillet à Paris au Grand Palais, le Quatuor Tana proposait il y a quelques semaines à l’Auditorium du Musée du Louvre un programme espagnol centré sur la création d’une œuvre de Hèctor Parra. Dans Aracne, le compositeur catalan s’inspire de la célèbre toile Les Fileuses (Las Hilanderas), qui représente le mythe d’Aracne tel que présenté par Ovide, pour tisser une impressionnante « folie animale insectivore qui engloutit tous les aspects classiques du quatuor ». Composée sur mesure pour le Quatuor Tana dont elle exploite la palette de modes de jeux, cette pièce amène les interprètes à jouer par moments sur un fil de soie fixé sur le chevalet de leur instrument.
À l’occasion d’une répétition, Hèctor Parra et Antoine Maisonhaute, violoniste du quatuor, donnent un aperçu des enjeux de cette pièce.

Illustrations musicales :
Hèctor Parra
Aracne
Quatuor Tana
Extraits enregistrés en répétition et en concert.

L'invité : Christian Zanési

Christian Zanési est né à Lourdes en 1952. Il commence sa formation musicale à l'Université de Pau avec Marie-Françoise Lacaze et Guy Maneveau, de 1974 à 1975, et poursuit ses études au Conservatoire de Paris avec Pierre Schaeffer et Guy Reibel, de 1976 à 1977. Attiré par la musique sur bande après avoir entendu une œuvre de Bernard Parmegiani, il rejoint, en 1977, le Groupe de recherches musicales (GRM) à l’Ina et parfait son apprentissage. Il y pratique tous les métiers du son – de la prise de son à la réalisation d’émissions – et multiplie les expériences et les rencontres. Il est ainsi à l'origine de diverses publications : coffrets de disques compacts Archives GRM ; Bernard Parmegiani, l'œuvre musicale ; Luc Ferrari, l'œuvre électronique. Christian Zanési est également l’initiateur de manifestations musicales, dont le festival « Présences électroniques ». Pédagogue de la musique électroacoustique à la radio, il produit et réalise les émissions « Electromania », « Akousma » et « Fins de mois difficiles » sur France Musique et dirige les émissions acousmatiques « Prières d’écouter » et « Multipiste ». En 1994, avec Jean-Yves Bosseur et Marianne Lyon, il fonde l’association Ars Sonora pour aider et promouvoir la musique électroacoustique par diverses actions : soutien à des concerts, organisation de colloques nationaux, participation à des échanges internationaux et publication d’une revue électronique trimestrielle, Ars Sonora Revue.
Christian Zanési anime également des séminaires de composition musicale en France et en Europe. Il est, par ailleurs, directeur-adjoint du GRM

En tant que compositeur, Christian Zanési se consacre exclusivement à la musique électroacoustique. Depuis les années 1990, il compose dans son home studio et puise son inspiration dans la rencontre poétique avec des sons remarquables. Il a su intégrer et dépasser les influences revendiquées d'aînés tels Bernard Parmegiani et Karlheinz Stockhausen (auquel il rend hommage en 1995 avec Arkheion, les mots de Stockhausen ) pour se forger un style à la fois puissant et lyrique, déployé dans le temps qu'il traite comme un espace à traverser. Il est animé par le sentiment que la musique est comme un « grand bruit » sculpté à l’intérieur de mille détails et s’ouvrant comme un organisme vivant afin que l’écoute puisse s’y déplacer en tous sens. Son travail le pousse vers une maîtrise de l’espace stéréophonique et il manipule volontiers les sons qui ont pour origine la circulation moderne : automobiles, trains, avion. Christian Zanési collabore également avec d’autres artistes, notamment le sculpteur Bauduin pour lequel il créé des environnements sonores, ou encore le plasticien Pierre Galais qui réalise des installations lumineuses permettant de détourner un milieu et de plonger les auditeurs dans des dispositions d’écoute propices. Il compose également pour le cinéma (Entre chiens et loups de Jean Louis Le Tacon, 1991 ; Les Maîtres du temps, 1982 et Gandahar-Les années lumière, 1988, longs métrages d'animation de René Laloux) ainsi que pour le théâtre (Les mille et une nuits, 1994 et Les chevaliers de la Table ronde, 1996, de François Joxe) et la danse (Po-de-bal de José Montalvo, 1992 ; Le paradoxe de la femme-poisson de Michel Kelemenis, 1998).

Citons parmi ses œuvres : Stop ! L'horizon qui le révéla en 1983 ; Profil-désir (1988) ; Grand Bruit (1990), fruit d’enregistrements successifs effectués dans le métro ; Arkheion, les voix de Pierre Schaeffer (1997), où Christian Zanési manipule des documents provenant d'archives sonores de Pierre Schaeffer ; Saphir, sillons, silences (1998) exprimant l’idée d’un théâtre où sont convoquées des images anciennes ; Constructions métalliques (2001) ; 2006, l’aube rouge (2006), œuvre conçue à partir d’un son d’alerte trouvé sur un synthétiseur construit au GRM, son électronique tendu, presque acide ; ou Sémaphores (2008) composé à partir de signaux électroniques.

► Programmation musicale :
Christian Zanesi (né en 1952)
Voix anciennes (1998) (extrait)
Document du compositeur

**♫ Christian Zanesi *
Audio Visage (2004) * (extrait)
Megadisc Classics 978 0201 379 655

**♫ Christian Zanesi
Kyzyl (extrait)
Kyzyl
Edward Perraud, batterie
Frederick Galiay, basse
Christian Zanes** i, électronique
Enr. 28 novembre 2014 (Bruxelles, festival Ars Musica)
Document du compositeur

**♫ Christian Zanesi*
Stop ! l’horizon (1984) – Deuxième mouvement*
CD INA C 2001

► Réécoutez pendant 30 jours le concert diffusé en première partie de soirée dans les Lundis de la contemporaine : Festival ManiFeste : Gervasoni, Glerup, Fedele et Bartók par le Quatuor Diotima

Les invités :
L'équipe de l'émission :