Le magazine de la contemporaine
Magazine
Lundi 21 septembre 2015
1h 7mn

Invité : Yann Robin

Le compositeur vient commenter la diffusion du concert donné le 18 septembre au Palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg dans le cadre du festival Musica, et évoquer le concert du 19 septembre.

Invité : Yann Robin
Gauche : pochette de l'album Solitude de Séverine Ballon / Droite : © Accents Online

Le billet d'Arnaud Merlin

On ne dira jamais assez l’importance de la relation entre les interprètes et les compositeurs en matière de musique d’aujourd’hui. Une relation qui enrichit l’un et l’autre des partenaires : là où le compositeur tire profit de modes de jeu insoupçonnés, l’interprète élargit sans cesse sa palette où se confrontant à des imaginaires divers. La violoncelliste Séverine Ballon mène depuis une dizaine d’années une quête passionnée de nouvelles expériences qui l’amène à travailler au long cours auprès des compositeurs : il en résulte aujourd’hui un premier disque en solitaire, qui témoigne de son engagement dans des aventures exigeantes. En adoptant des accords inhabituels, en ayant recours à un deuxième archet un peu particulier, par exemple, la violoncelliste sert au mieux les idées des compositeurs d’aujourd’hui, comme le Français Thierry Blondeau, l’Australienne Liza Lim, l’Italien Mauro Lanza ou l’Anglaise Rebecca Saunders. Séverine Ballon fête la sortie de ce disque mardi 22 septembre, à 19h, à la Galerie Univer, c’est au 6, cité de l’Ameublement, dans le 11e arrondissement, l’entrée est libre, et si vous n’êtes pas dans la région, sachez que le disque paraît aussi demain mardi sous le label Aeon, sous le titre de « Solitude »…
L'événement sur le site du CDMC

Rebecca Saunders (née en 1967)
Solitude (extrait)
Séverine Ballon, violoncelle
Enr. 2013-2015
Séverine Ballon « Solitude »
Aeon AECD 1647

Le reportage de Pierre Rigaudière

Mon corps parle tout seul

En juillet dernier, le festival ManiFeste de l’Ircam réunissait pour un atelier « In vivo théâtre » le scénographe et metteur en scène Daniel Jeanneteau et le compositeur Daniele Ghisi. De cette collaboration naissait une installation-performance particulièrement originale : sur un mur de brume, dans une salle obscure, était projetée l’image d’une bouche géante, sorte d’oracle énonçant des propos banals empruntés au quotidien. Les mots, progressivement disloqués et parasités, se fondaient dans le flux musical diffusé avec la technologie de la WFS (Wave Field Synthesis, ou synthèse de front d’ondes). Daniele Ghisi et Daniel Jeanneteau commentent la genèse et les motivations de ce projet commun.

Illustration musicale :
**♫ Daniele Ghisi*
Mon corps parle tout seul*
Report stéréo de la boucle sonore de l’installation.
Mixage réalisé par le compositeur.

L'invité : Yann Robin

►Le 19 septembre, l'Ensemble Modern sous la direction d'Emilio Pomàrico créait la pièce Arkham de Yann Robin. Le concert sur le site du Festival Musica
►Le 26 septembre, dans le cadre du Bal Contemporain, l'Orchestre Comité des fêtes créera la pièce Unza-Danza (kusturidance) de Yann Robin. L'événement sur le site du Festival Musica

« Un son libéré, une rythmique effervescente et une indéniable énergie caractérisent la musique de Yann Robin, marquée également par des concepts de saturation et de distorsion. Pensant avant tout espaces, plans successifs, volumes, lignes et couleurs, partant d'une idée poétique plutôt que d'un matériau, il construit ses formes musicales en fonction d'un scénario imaginaire, d'une narration intérieure au discours clairement orienté (Phigures, 2004 ; Vulcano, créé en 2010 à Musica). Fasciné par le rapport au temps « hors temps » tel que le conçoit Stockhausen, il emploie l'électronique pour créer, par le son, un espace naturel en trois dimensions, sans jamais renoncer à la beauté du geste instrumental (Scratches, 2009).

Après des études de jazz et de composition au Conservatoire de Marseille, Yann Robin se forme auprès de Frédéric Durieux et de Michaël Levinas au CNSMD de Paris puis de Jonathan Harvey au Centre Acanthes, ainsi qu'à l'Ircam (2006-08) et à la Villa Médicis de Rome (2009-10). Profondément engagé en faveur de la création et de la diffusion musicale, il est directeur artistique et fondateur en 2005 du collectif Multilatérale et du festival de musique contemporaine Controtempo créé en 2010 à la Villa Médicis.

Après avoir travaillé étroitement avec le clarinettiste Alain Billard pour le cycle Art of Metal (2006-08), il a récemment collaboré avec le contrebassiste Nicolas Crosse pour le diptyque Symétriades / Asymétriades (créations en 2013 et 2014). Sa dernière œuvre pour orchestre Ashes a été créée en janvier 2015 par le Seattle Symphony (direction Ludovic Morlot), et reprise en France par l'Orchestre National de Lille.»
Biographie issue du site du Festival Musica

► Programmation musicale :
Thomas Tallis (1515-1585)
Spem in alium
The Tallis Scholars
Peter Phillips, direction
Gimell CDGIM 006

**♫ Yann Robin (né en 1974)
Symétriades pour contrebasse et électronique live
Nicolas Crosse**, contrebasse
Enr. 2013
Document du compositeur

**♫ Yann Robin (né en 1974)
Asymétriades pour contrebasse et ensemble
Nicolas Crosse, contrebasse
Ensemble Intercontemporain
Bruno Mantovani**, direction
Enr. 2014
Document du compositeur

► Réécoutez pendant 30 jours le concert diffusé en première partie de soirée dans les Lundis de la contemporaine : Musica #1 : Concert d'ouverture du Festival Musica 2015

Sur le même thème

Les invités :
L'équipe de l'émission :